Films québécois cherchent public

Films québécois cherchent public

Une grande partie de mon entourage va voir mes films pour la seule et unique raison qu’ils me connaissent. Mon père, ma mère, ma famille, mes amis, n’écoutent pratiquement jamais de films québécois à part les miens. Pourquoi écoutent-ils mes films? Certains par curiosité, d’autres par « obligation », mais la grande majorité par amour. Ils me connaissent et ils m’aiment. Ils veulent mon bien. J’ai l’impression qu’il est possible de recréer ce lien d’amour à plus grande échelle, entre le public et le cinéma québécois.

Lire la suite

Le « renouveau » des salles de cinéma saguenéennes : dix (10) questions à monsieur Papalia

Le « renouveau » des salles de cinéma saguenéennes :  dix (10) questions à monsieur Papalia

Bref, cher monsieur Papalia, si nous n’avions pas les cinémas parallèles au Saguenay pour assurer une meilleure présence des films d’auteur et en même temps une plus large éducation cinématographique, la région serait sans doute considérée comme le tiers-monde de la diffusion du cinéma courant au Québec. Votre monopole nous entretient dans la grande noirceur cinématographique. Nous ne recevons malheureusement que la partie visible (Hollywoodienne) de l’iceberg du cinéma actuel. Et les productions québécoises qui entretiennent notre petit star system.

Lire la suite

Pour un mouvement de décolonisation de la rue

Pour un mouvement de décolonisation de la rue

Personnes en situation d’itinérance, personnes marginalisées, sont chassées de leurs rues et de leurs repères pendant que l’on y marchandise le droit des plus riches d’y dormir. Nous sommes collectivement appauvri-e-s par le capitalisme et par les mesures d’austérité, nous perdons notre droit de cité dans nos propres rues. L’espace public devient encore plus ségrégué et hiérarchisé. Democracy has left the building.

Lire la suite