De village en VIRAGE

De village en VIRAGE

Je n’ai pas la prétention de dire que mes actions auront un impact réel sur la survie des espèces ou qu’elles sauveront l’humanité. Mais je préfère croire que chaque geste compte plutôt que de me mettre des œillères et m’enliser dans le confort de l’indifférence.

Voilà pourquoi le festival VIRAGE m’allume.

Lire la suite

La lutte finale

La lutte finale

Rendus sourds, aveugles et même parfaitement idiots par l’idéologie néolibérale, nos dirigeants partout à travers le monde n’entendent même pas le FMI, ce dangereux repère de gauchistes, qui vient d’avertir officiellement des dangers d’une telle soumission aux évidences trompeuses des lois du marché.

Pire encore : ce sont souvent des jeunes, comme l’aile jeunesse du Parti libéral, qui encouragent les détenteurs du pouvoir à embarquer dans cette autre nef des fous que le néolibéralisme nous vend sous l’appellation d’« économie du partage ».

Lire la suite

Qui veut des asperges? [7]

Qui veut des asperges? [7]

Lorsque j’étais à l’école, la seule présence de mon pupitre se faisait contraignante si je ne comprenais pas ce qu’on me demandait, je me sentais imploser et exploser en même temps. J’ai parfois pleuré en silence en pleine classe pendant les examens, il est arrivé aussi qu’on prenne mes délais pour un refus des consignes. Au primaire et au secondaire, des amis ont pensé que je boudais parce que je mettais un très long moment avant de leur répondre, et ce n’était pas mieux quand je leur écrivais; je ne savais alors ni doser mon vocabulaire ni mettre en place mes valeurs.

Lire la suite

Qui veut des asperges? [6]

Qui veut des asperges? [6]

Parce que je n’ai pas toujours l’autisme; la plupart du temps, c’est l’autisme qui m’a et ça te rendrait aussi en colère. Mais je vais garder cette curiosité que j’ai envers moi-même, et surtout, cette intuition que j’ai raison de persévérer.

Parce que des fois, comme ça, j’ai l’impression moi aussi de te faire du bien.

Lire la suite

Qui veut des asperges? [5]

Qui veut des asperges? [5]

Te souviens-tu de Dustin Hoffman, dans Rain man, faisant la liste dans son carnet de notes des gestes agressifs de son frère contre lui? Cette scène du film caractérise de belle manière la façon de prendre conscience de la réalité des personnes autistes : quoi qu’elles aient réussi à apprendre des règles, consignes et diktats sociaux (le refus de la violence en faisant partie), ils ne reconnaissent qu’après les faits la présence des situations en face d’elles, et comprennent trop tard de quelle manière elles auraient dû se comporter.

Lire la suite

L’empereur (des cubes) est nu

L’empereur (des cubes) est nu

J’écris ce papier ce dimanche. Je me demande pourquoi les journalistes régionaux n’ont pas eu l’idée de fouiller davantage la structure financière du grand Manitou de la santé régionale et nationale? Mais comme dit un éditorialiste du Quotidien gagné à sa cause, tout le monde ici aime Pierre Lavoie, c’est un intouchable; et pour le paraphraser, bien des cyclistes seraient prêts à crever dans le Parc sur son vélo à 3000$ pour embrasser toutes ses entreprises humanitaires.

Lire la suite

Qui veut des asperges? [3]

Qui veut des asperges? [3]

Au plus tôt de mes souvenirs personnels j’entends mieux que toi, mais je peux aussi éteindre mon audition et me concentrer en faisant fi de tout. Je te vois mieux si tu t’éloignes alors que tu t’approches pour mieux me regarder – ce qui me donne l’impression que tu me scrutes. Pourtant, je me fies très souvent sur toi parce que tu arrives à ne te soucier que de ce qui est nécessaire alors que je me soucie trop des détails. Au plus tôt de mes ressentis, j’ai eu mal avec toi en dedans comme en dehors quand tu te blessais ou quand tu étais triste alors que toi, tu sembles ne pas avoir mal pour moi. Du plus loin que je me souvienne, j’ai eu plus souvent froid que chaud alors que tu sembles ne ressentir l’un ou l’autre que rarement. Au plut tôt de ma mémoire, j’ai mal quand tu me touches et je n’ose jamais te toucher.

Lire la suite

Le maire qui voulait parler au micro

Le maire qui voulait parler au micro

Le propre du sot n’est pas de dire des sottises (Tout le monde le fait), Mais de les redire Albert Brie, Le mot du silencieux (1978) Enfin, le chat sort du sac, le maire de sa tanière, en acceptant une participation quotidienne à l’une des 3-4 radios poubelle de Québec, le FM 93, comme chroniqueur matinal à l’émission de Sylvain Bouchard. Ce dernier est un joyeux exalté qui carbure aux insultes contre les soviétiques (Françoise David), les BS, les écolos, les syndicalistes, les féministes, les cyclistes, les étudiants qui manifestent more »

Lire la suite