Deux ou trois choses que je sais de… Martineau (Richard)

Les journalistes, en général, sont frivoles, sceptiques et lucides. Souvent cyniques.

«J’appartenais, dit l’épitaphe de Gauvreau, Émile, l’une des vedettes américaines du journalisme à sensation (il l’avait composée lui-même), à cette étrange race de gens qui passent leur vie à faire ses choses qu’ils détestent pour gagner un argent dont ils n’ont pas envie afin d’acheter des choses dont ils n’ont pas besoin pour impressionner des gens qu’ils méprisent.»

Alexandre Vialatte, Les Champignons du détroit de Behring 

 

Richard Martineau, le chroniqueur du Journal de Montréal qui travaille sur toutes les plates-formes de l’empire Quebecor et à Télé-Québec – que fait-il encore là au juste ? –  n’a pas toujours été comme ça. C’est à dire, réactionnaire compulsif, anti-syndicaliste, anti-étudiant gréviste, anti-nationaliste, anti-féministe, anti-islamique, anti-amir, anti-intellectualisme, anti-anti-capitaliste et capitaliste parvenu. L’ennemi public numéro un des carrés rouges qui n’ose plus se promener seul dans les rues, de peur de se faire cracher dessus pour son acharnement à combattre la «dissidence et l’anarchie».

Au départ, ce n’est qu’un anonyme critique de cinéma dans la revue catholique Séquences du frère Léo Bonneville et par la suite à TV-Hebdo (Il a quitté son cégep André-Laurendeau sans diplôme avec un compte à régler avec les institutions scolaires et les profs comme beaucoup de décrocheurs un peu pressés de brûler les étapes…). Il est rémunéré comme tous les pigistes qui s’arrachent la vie, je sais pas moi, 25$, 50$ du feuillet quand ça paye. Il se met alors à piger partout, dans toutes les revues inimaginables, avant d’aboutir à l’hebdomadaire Voir à la fin des années 80. Lui et d’autres comme Jean Barbe par exemple (Blogueur comme lui au JdeM, son revers idéologique), veulent créer un journal culturel qui incitera les gens à sortir de chez-eux, à aller voir des spectacles, lires des livres, à décrocher de la télé (Pas de Voir-TV…) qu’ils détestent tous alors. À Voir, les petits nouveaux veulent changer le monde par la culture. Martineau fait un travail honnête de journaliste culturel et de commentateur de l’actualité montréalaise et québécoise. Il dévoile franchement la vérité du milieu culturel et parfois politique. Il est ouvert aux idées neuves, aux courants «émergents », aux artistes qui poussent, aux penseurs allumés et se fait une réputation de franc-tireur pince-sans-rire. On l’aime, on le trouve drôle. Il est dans le vent, semble honnête et intègre. Il plante même régulièrement l’Establishment. Si l’on consulte ses chroniques d’alors, on fait le saut aujourd’hui. Il a changé toutes ses idées en même temps que sa garde-robe. Les chroniqueurs du Voir actuel ne le reconnaissent plus. Ils le renient tous et toutes, haut et court. Il est passé rapidement du côté des mononcles.

Les années de pigiste passent. Il écrit, édite des livres, réalise des films sur des «sujets chauds» (Les frères Hilton…), se fait inviter à la télé (Tiens, on ne la boude plus la machine à vedettes?), défend la veuve, la télé et le gay power, pourfend les babyboomers. On le consulte sur tout. Il commence à changer d’idées, se trouve un agent et rêve de travailler dans un vrai journal, soit un quotidien grand public comme son ex. Il a de l’ambition et des projets plus dispendieux, faut croire. Sans doute une pension alimentaire à régler. C’est personnel tout ça, mais ça entre un peu dans la balance du changement de cap et d’idées. Il vieillit mal et se range du côté des journalistes parvenus. Découvre les médias sociaux et blogue jour et nuit pour contrer ses insomnies, faut croire, et prendre de vitesse ses confrères pigistes. Il est reconnu comme «l’Un des Cent Canadiens de l’avenir» par la revue Maclean’s et « l’Une des cents personnalités qui font bouger (Ou sacrer ?) le Québec » par l’Express. Il ne se peut plus. Sky is the limit… Ça lui monte à la tête. Il se prend pour lui.

Quand Pierre Bourgault décède (juillet 2003), le poste envié et reconnu de chroniqueur «nationaliste» au Journal de Montréal s’ouvre (C’est avant que le même journal engage à la dizaine des blogueurs opportunistes de tous horizons). Martineau en rêve depuis des années. C’est Lise Payette qui le décroche. Ce n’est que partie remise pour lui.

Le lock-out du Journal de Québec pousse les chroniqueurs pigistes de l’Empire Quebecor à faire des choix. La plupart se balancent des journalistes syndiqués et continuent de collaborer avec PKP, même Bernard Landry, un temps. Lise Payette refuse de franchir la ligne de piquetage virtuelle et quitte le poste convoité. Elle ira, quelques mois plus tard, rejoindre les pigistes du Devoir.

Martineau saute à pieds joints sur la job de chroniqueur-scab-vedette en insistant pour dire que les pigistes n’ont de comptes à rendre à personne parce qu’ils ne sont pas syndiqués. Ils ont besoin de travailler pour vivre, même dans un journal lockouté. Il se met alors au service de PKP pour réduire les demandes des journalistes syndiqués à leur plus simple expression et les dénigre systématiquement. Durant des mois, il pourfend le travail et les ambitions du syndicat du Journal de Québec. Il fera la même chose lors du déclenchement du lock-out des journalistes du Journal de Montréal. Une fois sur deux, ses chroniques anti-syndicalistes semblent commander par la haute direction de Quebecor. Il devient le porte-parole de PKP, son attaché de presse déguisé. Pour services rendus, à la fin du lock-out montréalais, il déniche un poste de chroniqueuse «culturelle» à sa blonde au JdeM, elle qui végète dans les publications périphériques de l’Empire et à Vox. Il lui avait promis.

Son travail de sape anti-syndicale qu’il fait pendant les deux lock-outs des quotidiens de Québec et de Montréal lui ouvre des portes. Il décroche son émission télévisée quotidienne à LCN/TVA Nouvelles où il plogue certains de ses complices exaltés de la droite simpliste, dont Johanne Marcotte, Éric Duhaime et «le prof universitaire» binaire Réjean Breton. Ses efforts pour soigner l’image de PKP et Quebecor sont payants. Il se négocie une maison de 1M$ à Outremont, sur une rue qui porte le nom d’une marque de biscuits – face à un beau petit parc – entourée de familles hassidiques. Peu de pigistes à 50$ du feuillet peuvent se payer ça. Ceux-là, ils restent dans un trois et demi dans Hochelaga-Maisonneuve avec colocs, vue sur la station de métro la plus proche et le pont Jacques-Cartier.

Depuis peu, son home Outremontais, devenu le haut lieu de pèlerinage des grévistes étudiants lors des marches nocturnes, a été mis en vente. Pigiste parvenu en foin recherché.

Ce monsieur Martineau donc a des obligations. Il a un train de vie hors du commun à entretenir et un agent à satisfaire. Il a choisi son camp, celui des pigistes repus, bien arrivés qui peuvent faire et dire n’importe quoi pour le défendre. Il est installé, célèbre, riche et truand. Il défend désormais sa loi et son ordre, les valeurs de ceux qui possèdent. Quand il se sent menacé et contredit par ses opposants, «les fascistes» comme il les appelle, il a recours à la police pour se défendre comme les élus contrariés au pouvoir. Ça se paye tout ça quand on se met au service de l’Empire sans scrupules. C’est normal qu’on le déteste. Il a tout fait pour. Il est d’ailleurs fort au courant de son petit jeu. C’est la marque de commerce au JdeM, écœurer pour faire réagir. Pousser les sophismes populistes à l’excès. Bien mêler les cartes pour que la majorité silencieuse qui ne lit pas autre chose que ça saisisse les enjeux politiques, sociales et économiques tout de travers. C’est la marque de commerce de ce journal, semer la confusion et tirer sur ceux qui réfléchissent en moussant les produits maison. Martineau est à la bonne place jusqu’à ce que PKP le trouve trop encombrant, lui et ses idées fixes. Qu’il le remplace par n’importe qui dans son genre, Mario Dumont ou…

Citation de la semaine

Si vous lisez Le Journal de Québec, ne lisez pas Martineau, c’est un mangeux de marde.

Bernard Adamus à la Fête estivale d’Arvida, vendredi le 15 juin.

Le monde est petit.

 

Pierre Demers, poète rouge d’Arvida