J’haïs la Saint-Jean

Je vais utiliser des gants blancs, mais tant qu’à moi, la Fête nationale, je m’en câlisse.

De mémoire (qui a eu la vie dure à la fin des nineties) d’homme, je n’ai jamais été enthousiasmé par la Saint-Jean. Or, si vous meniez une existence absolument ennuyante et que vous meubliez vos nombreux temps libres en effectuant des recherches auprès de mon entourage, vous trouveriez certainement plusieurs témoignages attestant que j’ai dit, à un moment ou à un autre : « Cette année, la Saint-Jean, ça va être malade. »

Oui oui, j’ai déjà dit ça.

Mais bon, je fais mon coming-out : si j’ai déjà dit ça, c’était seulement pour être dans la gang. Ben oui. Syndrome du gars en détresse de coolitude genre…

En fait, j’haïs la Saint-Jean pour les mêmes raisons que j’haïs Noël. J’haïs ça sentir que je suis obligé de participer à quelque chose à un moment prédéfini. J’aime faire la fête, mais seulement quand elle te tombe dessus comme la foudre. À mon humble avis, l’authentique esprit du party, c’est comme un infarctus : il y a des signes avant-coureurs et si tu n’y fais pas attention, le temps d’un atchoumage, les dés en minou sont lancés et te voilà sur l’autoroute dangereuse de l’ébriété.

C’est assez difficile de faire une fête qui soit à la hauteur des attentes que tu t’étais fixées. Tsé, juste de fêter l’arrivée de la fin de semaine, je trouve ça tough. En partant du fait que mon amour pour le Québec vaut bien 15 fins de semaine, la barre est vraiment trop haute.

J’haïs aussi la Saint-Jean parce que je ne pense pas que de partir sur la brosse est une façon cohérente de souligner son amour pour quelqu’un ou quelque chose. Par exemple, il y a quelques jours, on célébrait l’anniversaire de mon kid. J’ai bu une bière pour le protocole pis après ça, tout était ben beau.  Pourtant, j’aime mon kid ben plus que 2000 fins de semaine, mais quelque chose me disait qu’il n’aurait pas tripé plus que ça de me voir tituber en l’aidant à ouvrir un de ses cadeaux. Mais bon… remarquez que ça aurait pu donner lieu à un moment cocasse où j’aurais pu chuter tête première dans le gâteau de fête et me crever un œil avec la figurine de Woody le Cowboy.

J’haïs la Saint-Jean parce que si tu décides de ne pas rejoindre le clan de la brosse, la seule autre option que tu as afin de fêter, c’est de te rendre à un des événements organisés pour les citoyens. Tsé les maudits shows plates avec des medleys plates de chansons plates dans une mise en scène plate.

J’haïs la Saint-Jean parce que si tu choisis tout simplement de ne rien faire, il y a ta conscience qui te fait sentir cheap. En plus de ça, si tu as la fibre nationaliste, ça t’hypothèque directement ton prochain jour férié parce que ça serait vraiment louche que tu partes sur le party pour la fête du Canada.

J’haïs la Saint-Jean parce que toute la journée, année après année, on fait toujours jouer les mêmes tounes plates à la radio. Tsé, je capote sur la chanson québécoise, mais pas celle qui a été digérée par le système radiophonique. Traitez-moi de chialeux, mais les chansons plates de Michel Rivard, le répertoire quétaine et cucul de Charlebois, les hits de camping de Paul Piché, le dernier single de Marie-Mai pis Les chats sauvages de Marjo, c’est pas la vision que j’ai du Québec. La Saint-Jean où en embarquant dans mon char pis en ouvrant la radio, j’entendrai Dimanche des Goules ou Que je t’étranglerai de Fred Fortin, je me ferai un plaisir de revenir sur ma position. Promis.

J’haïs la Saint-Jean parce que ce jour-là, il y a tout le temps deux ou trois caves qui me rappellent pourquoi j’ai, pendant un moment, mis de côté le rêve d’un nouveau pays. Je vous avertis, ne venez jamais me parler de l’indépendance du Québec en surfant sur l’argument de marde des maudits anglais. Je réitère, ne venez jamais me parler de l’indépendance du Québec en surfant sur l’argument de marde des maudits anglais. C’est clair?

J’haïs la Saint-Jean, mais je vais quand même la fêter cette année. Peut-être ne suis-je qu’un pauvre rêveur, mais dans le contexte actuel de crise sociale que nous vivons, j’ai espoir que cette Saint-Jean donne un nouveau souffle à un projet de société. Et si on slaquait un peu sur la bière, genre juste question de se mettre pompette à la limite, et qu’on profitait de cette soirée-là afin de partager ensemble ce à quoi nous aspirons comme société.

Et si comme les Power Rangers, on mettait tous en commun nos pouvoirs spéciaux afin de faire un gros robot?

Un jour, j’aimerai la Saint-Jean.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

8 thoughts on “J’haïs la Saint-Jean

  1. Je partage en partie ton manque d’intérêt à cette fête, qui fini presque toujours par être un gros party de bière ou l’on nous sert toujours, effectivement, les mêmes tounes plates d’artistes plates que l’on fait toujours tourner à la radio Beige. Quand je pense à tout les groupes de musique traditionnel qui pourraient vraiment faire lever le party et l’amener à des sphères, jusque là insoupçonnées d’allégresse. Ceux qui ont déjà assisté à un party de l’avant veille mené depuis quinze ans par le groupe “Le Vent du Nord”, savent de quoi je parle. C’est comme si notre musique traditionnelle qui rayonne partout ailleurs dans le monde par sa qualité, n’avait pas sa place dans le pays qui l’a engendrée. Des fois…

  2. Québec corrompu

    Tant à moi, si on parle de musique, la saint-jean c’Est un gros zéééééééééééééééééro!!! Vraiment poche!!! Avec une gang de babyboomer qui savent pas boire qui aime jerry boulet woohoo, party! NON MARCI!

  3. Émile Lafrenière

    Le problème avec la St-Jean, c’est que beaucoup de gens ont oublié pourquoi on fêtait cette fête. On parle plus de qui fait le show sur les plaines que de la question nationale et je trouve ça déplorable, surtout dans un contexte comme maintenant. Et effectivement, il y a quatre mille arguments en faveur de l’indépendance, mais beaucoup ne savent pas aller plus loin que les maudits anglais. En ce qui me concerne, je vais sûrement mettre un peu de Malajube dans le tapis juste pour dire…

  4. Louis

    Et si chacun fêtait la st-jean à sa façon, si cette fête ou tu te sens coupable de ne pas participer, et que tu te sens obliger d’hypotequer la fête du Canada etait en réalité seulement dû au fait que l’opinion que tu as de toi-même est conséquente à celle des autre? On reproche souvent à des gens d’être trop matérialiste et de ne pas profiter du présent, à lire beaucoup des articles que tu écrit, j’ai l’impression que tu n’est jamais heureux, que le Québec ne sera jamais à la hauteur de tes attentent autant qu’une maison n’est jamais assez rénové pour l’attente d’un propriétaire.

    Pourquoi fêterait ton notre anniversaire, si on analyse ça d’un point de vue totalement rationnel, ça représente uniquement le nombre de fois que la terre à fait le tour du soleil depuis qu’on est né. On le fait pourtant car c’est une convention social, le même type de convention social que la st-jean. Personne n’est obliger de se mettre saoul mort pour qu’on juge qu’il a bien profité de la St-Jean, c’est une occasion de fêter ou on est pratiquement certain que personne ne travaillera, que personne n’aura prévu un autre évènement permettant de vivre ensemble cette journée, soiré et/ou nuit.

    Pour la musique qui passe à la radio, même si elle ne te plait pas, c’est ce qui rappel de bon souvenir à bien des québécois et qui augmente les cotes d’écoutes des radios lors de cette journée. Personnellement quand je n’aime pas ce qui passe à la radio, je change de poste, et si il n’y a rien qui me plait, alors je ferme la radio et je met un CD.

    Pour ceux qui mélange la question Nationale à la st-jean, dans votre cas c’est p-e applicable comme questionnement mais sachez que l’on peut être fier d’être québécois sans être indépendantiste, et de vouloir fêter l’anniversaire de notre province. La St-jean n’est pas un évènement qui vise a débattre sur des questions sociales, mais plutôt être capable de tous s’accepter malgré nos différents et de célébrer tous ensemble notre point en commun qui est notre nation.

  5. Robr Auclr

    On peux façilement expliquer pourquoi on fête Noël ou Pâques, mais qui pourrait m’expliquer ( sans l’aide de Google ) qui est Jean Baptiste que l’on a sanctifié pour l’occasion ?!

    C’est un peu comme la fête de la St-Patrick … pourquoi tout le monde se jour là s’habille en vert et se saoule la gueule ?! encore une fois …. qui est Patrick le Saint ?! À part si t’est irlandais ou t’as un peu de leur sang dans les veines …. Pourquoi les gens se saoule ?! Pour une raison de le faire simplement …

    À quand le jour ou les irlandais vont se vêtir de bleu pour boire à la St-Jean ?! Pensez-y

  6. J’haïs la S⊥-Jean parce que c’es⊥ une appella⊥ion d’origine mal con⊥rôlée. ⊥ou⊥ le monde s’en dou⊥e, mais quand un pays signe sa déclara⊥ion d’indépendance, ça presse. E⊥ ça me surprendrai⊥ énormémean⊥ que ça ⊥ombe un 24 juin ce⊥⊥e da⊥e-là.

    1. Joël Martel

      Vos « t » sont disparus ou quoi?

  7. Héhéhé. J’ai bien aimé le bout sur les «Anglais» (ça fait tellement 1760 de dire ça!). C’est tellement difficile à faire comprendre à certaines personnes que si on veut mettre les «Anglais» de notre bord (eh oui! c’est possible et il y en a déjà qui le sont) il faut les traiter comme des humains! Certains sont prêts à le faire pour nous.

    Mon mari n’est pas responsable du fait que mon père a dû travailler en anglais à la Sun Life. Il trouve ça effrayant, d’ailleurs.

    J’aimerais ça qu’on sorte mentalement des années 1970. Et qu’on arrête de fêter la saint-Jean comme en 1970.

Laisser un commentaire