Herbe bleue et Anse-de-Rock (introduction)

maxantoine

 
Après quelques semaines surchargées et un petit syndrome du blog blanc, après avoir un peu trop réfléchi au sujet de mon premier texte sur cette belle plate-forme qui émerge, afin de me situer dans cet archipel de pensées, dans le concert organique de toute cette mauvaise herbe qui partait en rhizomes.

 
Me voici.

 
Ce que j’avais réellement envie de présenter dans Mauvaise Herbe à la base, la raison pour laquelle j’ai accepté cette invitation à prendre une petite place, c’était pour y faire un photojournalisme d’événements culturels en tandem avec mon bon ami le photographe Tom Core.

 

Celui-ci étant justement en ce moment sur la route aux États-Unis afin de traquer le visible, armé de son appareil, pour y récolter des clichés vibrants et improbables, il nous étaient impossible de collaborer sur ce projet qui aujourd’hui germe dans ma tête en friche.

 

Ce que j’aimerais vous proposer, mon projet fou de narrateur full pine post-moderne, ce serait de vous inviter. De vous inviter à être la matière de mon prochain texte, celui que j’introduis ici, d’une manière un peu longue et maladroite.

 

Ce soir au pied du Mont-Édouard dans la très charmante municipalité de l’Anse-Saint-Jean, on annonce une tempête de musique avec le groupe pas légendaire mais disons très anecdotique, Quebec Redneck Bluegrass Project.

 

Ce soir, en plus de rencontrer les membres du groupe, j’écrirai vos corps dans l’espace et j’utiliserai vos mots comme trame.

 

Je ne ferai pas de photographie mais je prendrai quand même des petits morceaux de votre âme, morceaux que j’assemblerai en mosaïque pour constituer un récit désarticulé, en tableaux.

 
N’hésitez pas, venez vous offrir.

 

Pour ceux qui ne connaîtraient pas cet excellent groupe, auquel s’est joint dernièrement le contrebassiste François Gaudreault, vous pouvez consulter leur MySpace, leur BandCamp ou les suivre sur Facebook.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire