Presse-toi à droite!

Presse-toi à droite!

Polémiquons. Lit-on La Presse parce qu’on est de droite ou est-on de droite parce qu’on lit La Presse? La question est subjective, voire tendancieuse, même si on reconnait intuitivement un fond de vérité à ce chiasme.

Mine de rien, en posant cette question, j’ai procédé à une « restriction de champ», postulant implicitement que La Presse loge à droite du spectre politique et que ce parti pris influe sur sa couverture de l’actualité.  C’est une évidence pour peu qu’on l’ait lue, et malgré la présence de quelques voix dissidentes pour se donner bonne conscience, mais en toute justice, je dois admettre que je prends ici un raccourci argumentatif.

Je m’en confesse volontiers parce que c’est justement ce que je reproche à La Presse de faire sans le reconnaitre : prendre des raccourcis et découper le réel pour servir son propos.

Admettons un instant que ce soit vrai. Où est le mal ? Le Devoir penche sérieusement à gauche et personne ne s’en plaint !

Pratte, Roy, Dubuc Boisvert et Gagnon défendent un point de vue de droite dans leurs éditoriaux et leurs chroniques? La belle affaire ! Une fois qu’on s’est entendu pour l’admettre, on fait quoi ? On se console en lisant Ouimet, Lagacé ou Elkouri ?

Il ne s’agit pas démoniser ici des valeurs qui ne sont pas les miennes, mais de soulever la question du rôle et de la responsabilité des journalistes dans le débat public.

On peut être personnellement convaincu, par exemple, que les étudiants ont tort de revendiquer le maintient du gel, voire la gratuité scolaire, et il est tout à fait légitime de défendre ce point de vue sur la place publique.

Cependant, à la différence du quidam qui débat vigoureusement avec ses proches, le journaliste occupe une position d’influence qui commande un minimum d’éthique. Le Conseil de Presse du Québec stipule à cet effet que la fonction première des professionnels de l’information « est de livrer à la population une information exacte, rigoureuse, complète sur toute question d’intérêt public. » (Droits et responsabilités de la presse, p. 7)

Le hic, c’est que le journalisme d’opinion échappe largement à ces devoirs. Par exemple, « en matière d’éditorial et de commentaire, l’éditeur est libre d’exclure les points de vue qui s’écartent de la politique du média, sans qu’une telle exclusion puisse être considérée comme privant le public de l’information à laquelle il a droit. »  (ibid.)

D’accord, je peux vivre avec cela. Mais je voudrais attirer votre attention sur un aspect troublant : l’idée qu’il puisse exister une telle chose qu’une « politique du média », et donc  des préoccupations autres que le service de l’intérêt public.

Presse-toi à droite! Je veux bien, mais jusqu’où?

Quels intérêts La Presse sert-elle quand son équipe éditoriale choisit de réfuter et de stigmatiser de manière systématique le point de vue étudiant ?

Quels intérêts La Presse sert-elle quand une majorité de chroniqueurs crachent leur fiel et leur mépris sur la jeunesse militante?

Quels intérêts La Presse sert-elle quand ses analystes condamnent la « violence de la rue » mais banalise la répression institutionnelle ?

Quels intérêts La Presse sert-elle quand l’expression de ses « opinions » se confond avec l’argumentaire du gouvernement ?

Si le travail de sape des revendications étudiantes et l’instrumentation de l’opinion publique contre elles sont bien le fruit d’une « politique éditoriale », celle-ci mérite d’être examinée de plus près.

Se pourrait-il qu’une telle politique influe sur le choix de publier ou non une information comme celle placée bien en vue sur Cyberpresse le 27 juin dernier sous le titre objectif: « La CLASSE obtient l’appui des raëliens» ?

Je veux qu’on m’explique. En quoi cette nouvelle sert-elle l’intérêt public ? Je suis sûr qu’en cherchant bien, on pourrait trouver quelques pédophiles qui sont membres en règle du Parti Libéral du Québec : est-il pour autant nécessaire ou justifiable de leur consacrer un article?

Un tel torchon n’a de raison d’être que pour stigmatiser la CLASSE en l’associant à un regroupement perçu comme étant constitué d’hurluberlus (sauf votre respect les gars : s.v.p., ne tirez pas sur le messager).

Entendez-moi bien : ce n’est pas parce que La Presse défend des valeurs de droite qu’elle mérite d’être pointée du doigt, mais parce que sa politique éditoriale est démagogique.

Pour rappel, la démagogie est une stratégie de manipulation politique par laquelle la classe dirigeante cherche à s’attirer le soutien populaire. Elle consiste notamment à conforter le public ciblé dans ses valeurs, délaissant le discours rationnel pour exploiter ses passions et ses frustrations (« C’est vos poches ou celles des étudiants», ça vous dit quelque chose ?) Elle multiplie les raccourcis logiques afin d’être bien assimilée et reprise par le public.  Elle prétend servir l’intérêt général alors qu’elle sert en réalité des intérêts particuliers. Afin de préserver l’ordre établi, elle cherche à discréditer les contestataires et à étouffer les revendications de la sphère publique.

Si le Québec est tant divisé sur la question de la grève étudiante, si l’on en vient si facilement aux insultes (j’en attends quelques unes à la suite de cet article), c’est parce que des démagogues ont excité nos passions.

Or à l’analyse des éditoriaux de Mario Roy, des chroniques d’Yves Boisvert et, aujourd’hui, de Lysiane Gagnon, on peut distinguer nettement le recours à un discours démagogique. Je ne lâche pas l’accusation à la légère et j’avance des preuves pour étayer mon propos. Je réserve le même traitement à Alain Dubuc la semaine prochaine, puis ce sera le tour d’André Pratte.

Quand on exploite «Le clivage anglo-franco» (17 mai 2012) pour rabaisser les étudiants grévistes en leur opposant le sérieux et la discipline des étudiants anglophones…

Quand on redéfinit les termes du débat pour les délégitimiser en parlant de « boycott » (Notes sur un boycott, 17 avril 2012) plutôt que de « grève étudiante », alors que ce moyen de revendication est reconnu depuis le Moyen Âge…

Quand on instrumentalise l’opinion publique à coup de références à des sondages bidons (« les leaders étudiants ont perdu la bataille de l’opinion publique, comme le confirme le dernier CROP », Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)…

Quand le mépris et les arguments tendancieux l’emportent sur le discours rationnel (La grève des ados, 28 avril 2012)…

Quand on rapporte des allégations sans les vérifier et qu’après avoir été averti de son erreur et contredit par un article de son propre journal, on néglige de se rétracter (« Alors, les enfants? 325$ de plus par année, ou un an de service militaire non rémunéré? » Notes sur un boycott, 17 avril 2012)…

Quand on sème délibérément la peur et la division en exposant une « violence subversive » qui procède en fait d’un découpage sensationnaliste de l’actualité (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)…

Quand on cherche à justifier une loi liberticide au nom de la nécessité de rétablir l’ordre qu’on a soi-même contribué à perturber en excitant la colère (Vent de folie, 12 juin 2012)…

Alors, messieurs et mesdames de La Presse, on se fait complice d’une répression politique contre une partie du peuple que l’on prétend servir, ce qui, que l’on soit de gauche ou de droite, revient à trahir la raison d’être du journalisme et le déshonore.

 

Le cas Lysiane Gagnon

Réfutation, stigmatisation et marginalisation de la position des étudiants :

« Ah! Mais il y a aussi la Scandinavie, direz-vous, où les universités n’ont pas à rivaliser avec les Grandes Écoles. Eh oui! Il y a par exemple la Norvège, où l’université est gratuite… mais en échange, les étudiants doivent effectuer un an de service militaire non rémunéré. C’est ainsi que la société se rembourse. » (Notes sur un boycott, 17 avril 2012)

« Les leaders étudiants radicaux veulent la gratuité, premier pas, croient-ils, vers le renversement du «système». On ne pourra jamais les accommoder. Les leaders modérés, eux, veulent une médiation, mais ce serait bien la pire des abdications. Qu’on l’aime ou pas, ce gouvernement a été élu et c’est à lui de gérer les finances publiques jusqu’à ce qu’un autre le remplace… » Des élections au printemps? 1er mai 2012)

« Dans le même cégep, les leaders étudiants ont annulé l’assemblée qui devait se prononcer sur la reconduction de la grève, sous prétexte que «seulement» 60% des membres la réclamaient, alors qu’il en aurait fallu 66% (sic) – une règle-maison farfelue qui n’existe dans aucun «vrai» syndicat. » (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« S’ils sont passés maîtres dans l’art de la manipulation, les leaders étudiants ont lamentablement failli à l’examen sur le fond des choses, comme le démontrent les propositions qu’ils ont sorties cette semaine de leur chapeau. Des propositions qui, outre qu’elles trahissent une abyssale mentalité corporatiste, montrent que les étudiants se soucient bien peu de l’avenir des universités. » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Alors qu’elles se sont toujours plaintes du sous-financement des universités, la FEUQ et la FECQ réclament aujourd’hui le gel de nouveaux investissements dans les universités, histoire d’aller piger dans les fonds qui leur étaient destinés, et ainsi régler la facture que les étudiants refusent d’acquitter… » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Ces jeunes personnes, qui semblent se croire qualifiées pour diriger les universités, leur disent même où couper: dans les équipements, les missions extérieures, le personnel de cadre… Curieusement, on ne mentionne pas les professeurs et les autres employés syndiqués dont la rémunération représente 78% du budget des universités. » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Taxe sur le capital, gel de l’embauche des cadres, élimination de la publicité visant à recruter des étudiants, moratoire sur la création de campus satellites (voici au moins une bonne idée) … Rien que du prévisible jusqu’ici. Mais la CLASSE se surpasse en proposant de réduire la part consacrée à la recherche dans les universités pour l’investir dans l’enseignement. Voilà une manifestation d’anti-intellectualisme sidérant, qui laisse croire que la CLASSE ne comprend pas ce qu’est une université. » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Au fait, ne sont-ce pas les entreprises qui donnent de l’emploi aux travailleurs, ici comme ailleurs? Est-il immoral qu’un étudiant en génie apprenne des techniques compatibles avec ce qui se fait chez Bombardier? Le pire, c’est que ces mêmes associations ont levé le nez avec mépris sur l’offre gouvernementale qui avantageait leurs membres les moins favorisés. » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Comme si une gestion plus serrée était le remède au sous-financement! Comme si les universités n’étaient pas déjà soumises à de multiples contrôles, de leurs conseils d’administration au ministère de l’Éducation en passant par leurs vérificateurs généraux! Il y a sûrement du «gaspillage» dans les universités, comme il y en a dans toutes les grandes organisations. Mais s’il y a des économies à faire, ce n’est pas à des intervenants non qualifiés de décider où «couper». » (« L’entente »? À la poubelle! 10 mai 2012)

« Dire, comme certains étudiants, que les recteurs de McGill et de l’UdeM devraient être payés comme la moyenne des recteurs du réseau de l’Université du Québec, c’est de l’égalitarisme stupide et intellectuellement suicidaire. » (Des universités trop dépensières? 12 mai 2012)

« Ils s’approprieraient donc une partie de l’argent destiné aux universités, sous le prétexte fallacieux que les universités, soupçonnées de «gaspillage» selon le préjugé populiste ambiant, devraient mettre des sous de côté… non pas pour améliorer la qualité de l’enseignement, de la recherche et des équipements, mais pour les donner aux étudiants! » (À nous le fric, 19 mai 2012)

« Le gouvernement a offert de rogner les crédits d’impôt de 3%. Les leaders étudiants ont trouvé cela «insultant» … ajoutant, avec l’arrogante insouciance propre à ceux qui n’ont jamais vraiment manqué d’argent, que de toute façon, les crédits d’impôt sont «inefficaces», car l’aide n’arrive qu’en avril alors qu’on en a plus besoin en début de trimestre. » (C’est ça la solidarité? 5 juin 2012)

 « On a vu le mois dernier qu’à défaut de faire payer la totalité de leurs droits de scolarité par l’ensemble des contribuables (c’était la demande, que dis-je, l’exigence initiale), les leaders étudiants, encouragés par leurs alliés des «vrais» syndicats, avaient eu l’idée de mettre le grappin sur les «surplus» des budgets universitaires en se mettant le nez dans la gestion des institutions, histoire d’y déceler du «gaspillage». Il est parfaitement normal que les étudiants pensent à leurs propres intérêts, c’est ce que font tous les autres groupes de pression. Mais de grâce, qu’on nous épargne les beaux discours sur la solidarité sociale. » (C’est ça la solidarité? 5 juin 2012)

« Ce faisant, le gouvernement a saisi au passage, comme autant de brins d’herbe auxquels amarrer un radeau en dérive, de mauvaises pistes de solution improvisées dont les effets pervers auraient été bien plus nocifs que la hausse – comité sur la gestion des universités, détournement du crédit d’impôt et du programme épargne-études, etc. » (Les erreurs de Charest, 9 juin 2012)

 

Mépris, condescendance et paternalisme :

« Inutile de commenter l’idée farfelue de la CLASSE, qui réclame la gratuité totale des études universitaires et ce, même pour les étudiants étrangers! » (Notes sur un boycott, 17 avril 2012)

« Alors, les enfants? 325$ de plus par année, ou un an de service militaire non rémunéré? » (Notes sur un boycott, 17 avril 2012)

« Alors, la grève étudiante à l’école primaire, c’est pour quand? » (La grève des ados, 28 avril 2012)

« Que les ados veuillent se donner trois jours de congé pour aller courir dans la rue avec les grands, ma foi, cela se comprend. Un carré rouge, c’est plus excitant qu’une dictée. Ce qui est extrêmement dérangeant, c’est que tout cela s’est fait avec la complicité des autorités scolaires » (La grève des ados, 28 avril 2012)

« C’est bien le comble de l’irresponsabilité que de laisser des enfants qui n’ont pas le droit de vote, ni celui d’acheter des cigarettes ou de l’alcool, se fourvoyer dans des manifs houleuses et possiblement violentes, et dans un débat politique dont on ne leur a même pas exposé les deux côtés, si l’on en juge par l’adhésion aveugle des syndicats enseignants au mouvement de boycott. Cela s’appelle soit de la négligence, soit de l’endoctrinement. » (La grève des ados, 28 avril 2012)

« Bien sûr, les «votes de grève» ont été pris à main levée, avec les résultats prévisibles. On ne peut que deviner la solitude de l’ado qui aurait osé faire entendre une voix dissidente. » (La grève des ados, 28 avril 2012)

« On ne peut pas aller plus loin dans la démission des autorités face au culte de l’enfant-roi et dans la caricature du syndicalisme, cette grande tradition que les «grévistes» étudiants travestissent allègrement. » (La grève des ados, 28 avril 2012)

« La plupart des votes, dans les cégeps et les universités, ont été pris à main levée: c’est la voie royale vers l’intimidation des dissidents. » (La grève des ados, 28 avril 2012)

« Je ne sais pas comment les débats sont menés dans chacune des assemblées étudiantes, mais je serais étonnée qu’ils le soient en fonction du code Morin, ce fameux code de procédure qui est la bible de tout délégué syndical CSN et qui assure, en autant que la chose est humainement possible dans des atmosphères survoltées, la qualité démocratique des assemblées délibérantes. » (La grève des ados, 28 avril 2012)

« Quant à la crise des droits de scolarité, je n’y vois aucune issue sauf le temps… le temps qui finira bien par ramener à l’école des étudiants qui voudront finir leur semestre, avoir un emploi d’été et ne pas bousiller leur prochaine année scolaire, ne laissant dans la rue que des ultra-radicaux de plus en plus isolés. » (Des élections au printemps? 1er mai 2012)

« C’est le carnaval la nuit, au son du vrombissement des hélicoptères de police et du fracassement des vitrines, et la foire d’empoigne le jour. » (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« Une opposition officielle qui alimente la fronde et se comporte comme un groupe de pression radical, pendant que des artistes qui n’ont jamais regardé un budget gouvernemental jouent la mouche du coche, et que des têtes grises essaient de s’acheter une jeunesse en devenant des «Bon Chic Bon Rouge» (variante de BCBG). » (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« Pendant que des milliers d’étudiants risquent de perdre leur année et leur emploi d’été et de voir chavirer leurs projets pour l’an prochain, pendant que des milliers d’étudiants risquent de grossir le contingent des décrocheurs parce qu’ils seront incapables de suivre des cours de rattrapage bâclés, les adultes qui participent au carnaval – les professeurs en particulier – empochent chaque semaine leur salaire et leurs avantages sociaux, tout en encourageant les jeunes à poursuivre ce mouvement de grève suicidaire. Bonjour, la solidarité entre les générations! » (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« Ne parlons pas des syndicats d’enseignants. Ne parlons pas des enseignants qui osent intimider leurs propres élèves. Ils déshonorent leur profession. » (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« La CLASSE en a évidemment rajouté, et là, on est vraiment tombé dans la loufoquerie. Alors que ses deux collègues, magnanimes, se contenteraient du maintien du gel, M. Nadeau-Dubois réclame la gratuité totale. Et on financerait ça comment? Simple comme bonjour! » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Autrement dit – toujours la philosophie du «me, myself and I», du «tout pour moi» -, les profs devraient être exclusivement au service des étudiants, au mépris du fait que l’une des deux missions fondamentales des universités est l’avancement de la recherche. » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Fi de la recherche, donc, qui est de toute façon, comme dit le petit catéchisme de la CLASSE, «orientée en fonction des besoins des entreprises». Ah oui? Et les chercheurs du CHUM qui travaillent sur le cancer, et les géologues qui planchent sur le climat, ils seraient des pions du grand capital? » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Les leaders étudiants n’y ont vu qu’une «insulte». Sur quelle planète vivent-ils, pour ignorer ainsi les intérêts élémentaires de leurs membres? » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Dans une tentative dérisoire de calmer le jeu, le gouvernement a jeté en pâture à la bande de radicaux qui orchestrent la fronde étudiante rien de moins que l’avenir des universités, de même que l’honneur de ceux qui les dirigent. » (« L’entente »? À la poubelle! 10 mai 2012)

« Ainsi donc, nos apprentis sorciers deviendront des apprentis gestionnaires. Ce «Conseil des universités» comprendra quatre représentants étudiants, auxquels il faut ajouter les quatre représentants du «milieu syndical», lequel, rappelons-le, a financé la fronde. » (« L’entente »? À la poubelle! 10 mai 2012)

« Au collège Dawson, une institution du centre-ville qui est en quelque sorte le pendant anglais du cégep du Vieux-Montréal, 4000 étudiants ont participé au vote (secret) et écarté la grève. Même chose au collège John Abbott, où l’association étudiante a organisé un référendum (avec votes secrets) qui a duré toute la journée. On notera ici la procédure très démocratique qui a encadré ces décisions. » (Le clivage anglo-franco, 17 mai 2012)

« À McGill, peu de perturbations. Au plus fort du mouvement (autour du 22 mars), quelques milliers d’étudiants ont participé au boycottage, notamment à l’École de travail social, en science po et en lettres. Il reste, selon l’université, une quarantaine de grévistes concentrés dans les «gender studies» et… en littérature française. » (Le clivage anglo-franco, 17 mai 2012)

« L’autre raison tient au fait que les Anglo-Québécois de vieille souche ont toujours valorisé l’éducation, bien davantage que les francophones. C’est aussi le cas des allophones, ces fils d’immigrants qui se sont expatriés pour donner un meilleur avenir à leurs enfants. Il s’en trouve un très grand nombre à Dawson et à Concordia. Les francophones, on le sait, sont proportionnellement moins enclins à valoriser l’éducation. En 2010, chez les 25-34 ans québécois, 24,8% des francophones avaient un diplôme universitaire. C’était le cas de 34,9% des anglophones… et de 37,4% des allophones.

Les francophones sont, de tous les Canadiens, ceux qui lisent le moins de livres et qui s’informent le plus par la télé. Ils sont non seulement plus nombreux à «décrocher» ou à se contenter d’un diplôme inférieur, ils sont aussi plus portés à allonger indûment la durée de leurs études collégiales ou universitaires. D’où le fait que tant d’étudiants n’aient pas hésité à compromettre leur semestre d’hiver en boycottant leurs cours… Bof, un semestre de plus ou de moins! » (Le clivage anglo-franco, 17 mai 2012)

« Ce n’est pas d’hier que les étudiants ont des visées corporatistes et que les causes qu’ils embrassent avec le plus de zèle consistent à exiger des avantages pécuniaires pour eux-mêmes. » (À nous le fric, 19 mai 2012)

« C’était avant la génération des enfants-rois, mais même alors, les étudiants d’université – ces privilégiés destinés aux emplois les plus rémunérateurs – voulaient payer moins cher dans les transports publics. Moins cher que les ouvriers qui prenaient les mêmes tramways pour aller à l’usine ou à la manufacture, moins cher que les femmes de ménage embauchées dans les grandes maisons d’Outremont. » (À nous le fric, 19 mai 2012)

« Rien n’a changé. Les étudiants qui ont pris possession de la rue – surtout ceux qui sont liés à des groupuscules d’extrême gauche – rêvent de révolution, soit. Il reste que leur revendication essentielle – le gel des droits et idéalement la gratuité totale – est typiquement corporatiste… et tant pis si cela devait se faire à même les impôts de salariés qui ne feront jamais partie de la classe privilégiée des diplômés universitaires. » (À nous le fric, 19 mai 2012)

« Une variante sur le même thème est apparue lors des récentes négociations entre les leaders étudiants et le gouvernement. Comme ce dernier refusait mordicus (avec raison) d’alourdir le fardeau des contribuables, les étudiants ont eu l’idée de piger ailleurs de quoi servir leurs intérêts, puisqu’il était entendu que d’autres devaient payer pour eux. » (À nous le fric, 19 mai 2012)

« C’est une honte que ce détournement de fonds ait été avalisé par le gouvernement. Et il est aberrant que la représentante des recteurs, Luce Samoisette, présente à la réunion, ait accepté de soumettre ses collègues à une pareille humiliation. » (À nous le fric, 19 mai 2012)

« Il s’agissait en effet d’une authentique mise en tutelle des universités, dont les budgets auraient été soumis à l’examen de représentants étudiants et syndicaux parfaitement incompétents en la matière, et dont la seule motivation aurait été de trouver à tout prix dans les budgets universitaires des postes à couper et des dépenses à réduire pour mettre le grappin sur les surplus: à nous le fric! » (À nous le fric, 19 mai 2012)

« L’entente étant tombée à l’eau, la FECQ est revenue à la charge la semaine dernière, avec une proposition pour la «bonifier» (sic). Cette fois, dans le cirque multipartite qui ferait la loi dans les universités, les recteurs seraient en minorité, et auraient deux fois moins de représentants que les étudiants et leurs alliés des centrales… lesquels auraient en outre le dernier mot sur la nomination des deux représentants des «milieux socio-économiques» et sur celui du Ministère! C’était une blague grossière à sa face même, mais il s’est trouvé des gens sérieux pour accorder du mérite à la proposition… ce qui en dit long sur le délitement actuel de la société. »  (À nous le fric, 19 mai 2012)

« Les étudiants militants ont été très offusqués de se voir traités d’«enfants gâtés». Mais après plus de 100 jours de grève et quelques séances de négociation avortées, on peut juger l’arbre à ses fruits. » (C’est ça la solidarité? 5 juin 2012)

« Toutes les «offres» soumises au gouvernement par les leaders étudiants ont démontré que malgré les beaux discours altruistes des carrés rouges, ils n’avaient qu’un objectif, et un seul: faire payer leurs droits de scolarité par les autres, fussent-ils des contribuables à petits revenus, les étudiants-travailleurs du secteur professionnel ou les familles modestes bénéficiant du programme d’épargne-études. » (C’est ça la solidarité? 5 juin 2012)

« Or, qui, parmi les étudiants, paie des impôts? Pas les enfants de riches, ni ceux qui travaillent occasionnellement au noir ou au salaire minimum pour se faire de l’argent de poche. Non. Les contribuables étudiants sont ceux qui doivent cumuler leurs études avec un emploi à temps plein, soit parce qu’ils viennent de milieux modestes, soit parce qu’ils sont eux-mêmes chefs de famille. Ce sont surtout les étudiants du secteur professionnel, les futurs techniciens qui effectuent des stages rémunérés. C’est à eux que les leaders étudiants voulaient faire payer les études des futurs avocats et des futurs psychologues. » (C’est ça la solidarité? 5 juin 2012)

« Parmi toutes les erreurs commises par le gouvernement Charest dans la crise des carrés rouges, il y en a une dont on parle moins, mais qui d’après moi est majeure: celle d’avoir cédé aux étudiants qui tenaient à négocier directement avec les ministres – demande caractéristique de cette génération habituée à «négocier» d’égal à égal avec ses parents et ses profs… » (Une erreur, entres autres, 7 juin 2012)

« Ces face-à-face orageux entre hauts fonctionnaires, politiciens et étudiants étaient insensés, d’autant plus que les porte-parole étudiants n’étaient pas des négociateurs crédibles. » (Une erreur, entres autres, 7 juin 2012)

« La ministre Beauchamp y a sacrifié sa carrière. Elle s’est investie dans un semblant de négociation marquée par l’irrationalité et la mauvaise foi, et à la fin présentait le pitoyable spectacle d’une brebis expiatoire dont les étudiants avaient «eu la peau». » (Une erreur, entres autres, 7 juin 2012)

« Même si la population était d’emblée favorable à la position gouvernementale sur les droits de scolarité, une meilleure stratégie de communication aurait empêché les carrés rouges de jouer les martyres, et aurait court-circuité le discours – au demeurant fort habile – de leurs porte-parole, qui ont occupé pendant quatre mois tout l’espace médiatique grâce à la complaisance de journalistes en admiration béate devant ces beaux enfants de bonne famille qui s’exprimaient si bien. » (Les erreurs de Charest, 9 juin 2012)

« Au lieu de donner l’heure juste à la population et de s’en tenir à sa position – une position parfaitement juste et équitable -, le gouvernement a tenté d’apaiser les pleureuses qui le suppliaient de négocier à tout prix et qui auraient accepté n’importe quel règlement pour en finir avec le «trouble». (Parmi les pleureuses, une mention spéciale va à l’ancien ministre Castonguay, qui a réclamé à cor et à cri le dégel des droits pendant plus de vingt ans, et qui s’est écrasé à la première secousse en suggérant une médiation, voire un moratoire!) » (Les erreurs de Charest, 9 juin 2012)

« Un vent de folie souffle sur Montréal, entraînant dans son tourbillon le bon sens et la raison. Par un étrange phénomène de régression, les protestataires adoptent des comportements propres à l’enfance. On fait du bruit avec des casseroles, on se barbouille de peinture, on se met tout nu, on exhibe son zizi pour faire fâcher maman ou l’éducatrice du CPE. » (Vent de folie, 12 juin 2012)

« Lu récemment: la fille d’Amir Khadir serait notre Antigone défiant, au péril de sa vie, Créon-Charest. » (Vent de folie, 12 juin 2012)

« On se rassure, quand même, en constatant que les Québécois ne sont pas les seuls à qui ce «printemps érable» a fait perdre la tête. L’éditorialiste du quotidien Libération écrit que la loi 78 «semble appartenir à la panoplie d’une dictature style Biélorussie ou Azerbaïdjan». Il s’indigne de la répression qui s’abat sur «un mouvement de masse vivace et festif…» (Festifs, le vandalisme dans le métro, les vitrines brisées, les cocktails Molotov, le blocage des ponts?). » (Vent de folie, 12 juin 2012)

« Ce serait peut-être la seule façon de sauver Montréal de l’emprise des groupes radicaux – CLAC, Black Block et autres groupuscules d’extrême gauche – qui ont parasité le mouvement étudiant et sont en train de miner l’avenir économique de la métropole tout autant que la qualité de vie de ses citoyens. » (Des élections au plus tôt, 14 juin) 

« Un changement de gouvernement ne ramènerait pas à la raison les fanatiques qui croient défendre une cause en défonçant des vitrines, en perturbant les transports publics et en intimidant les touristes, mais au moins, cela priverait les groupuscules de la complicité implicite de leurs compagnons de route – ces milliers de citoyens en colère dont la majorité sont des partisans péquistes qui utilisent la crise étudiante pour marquer des points politiques. » (Des élections au plus tôt, 14 juin)

 

Arguments tendancieux et réitération de la propagande gouvernementale:

«  (…) l’éducation n’est pas un droit, c’est un très grand privilège. »  (Notes sur un boycott, 17 avril 2012)

« Les écoles de la CSDM, qui affichent, faut-il le rappeler, un taux de décrochage alarmant de l’ordre de 30%, n’avaient qu’un devoir, et un seul: forcer les élèves que la société leur a confiés à rester en classe. » (La grève des ados, 28 avril 2012)

« Le plus désolant, c’est de voir les dirigeants de la CSN, une centrale dont la pierre d’assise a toujours été la démocratie syndicale et le respect de la base, applaudir aux déviations du mouvement de boycott. » (La grève des ados, 28 avril 2012)

« Des élections pour bientôt? J’ai du mal à y croire. Ni les Libéraux, ni les caquistes ne pourraient tenir une seule assemblée sans la voir envahie par des manifestants survoltés, voire par les casseurs qui s’y agglutinent. » (Des élections au printemps? 1er mai 2012)

« Leurs pancartes et leurs autobus seraient vandalisés. Ils devraient s’adresser aux électeurs derrière d’épais barrages policiers armés de matraques et de bombonnes de gaz lacrymogène. Jolies images de campagne pour la télé! » (Des élections au printemps? 1er mai 2012)

« D’ici là, le gouvernement doit tenir bon, tout simplement. On ne négocie pas avec des gens qui refusent le principe même de la négociation et qui trouvent «insultantes» les concessions importantes et avantageuses que vient de faire le gouvernement. » (Des élections au printemps? 1er mai 2012)

« Non seulement Mme Marois et ses députés arborent-ils le carré rouge dans leurs apparitions publiques, mais le logo du PQ, sur son site web officiel, s’orne maintenant d’un petit carré rouge, comme si cela faisait partie de l’identité même du parti, au même titre que le fleurdelisé! Le PQ se trouve ainsi à cautionner tous les excès de la révolte étudiante, des visées politiques de la CLASSE (qui ne correspondent nullement au programme du PQ) aux pratiques «syndicales» antidémocratiques (comme les votes à main levée), en passant par les manifestations à haut risque. » (Des élections au printemps? 1er mai 2012)

« Toute manifestation nocturne dont l’itinéraire n’est pas communiqué à la police est par définition susceptible d’engendrer de la violence, indépendamment des intentions des organisateurs. » (Des élections au printemps? 1er mai 2012)

« Des milliers d’étudiants privés de cours par leurs propres camarades et dans certains cas par leurs propres professeurs, qui les empêchent physiquement d’entrer au collège. » (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« Au Collège de Maisonneuve, où 16 étudiants avaient obtenu une injonction obligeant la reprise des cours, les carrés rouges, accompagnés de professeurs, ont érigé dès l’aube autour du collège un blocus où se trouvaient des individus masqués. Les malheureux dissidents, terrorisés, se sont même fait houspiller par deux professeurs de l’UQAM qui les ont traités d’individualistes et d’égoïstes! » (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« Dans plusieurs cégeps, les assemblées qui ont voté pour la grève se sont prolongées pendant plus de cinq, six heures, à coup de procédures dilatoires… l’objectif étant évidemment de pousser les non-militants excédés à quitter les lieux. Après quoi, bingo! La grève est votée! » (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« D’où sortent ces pratiques totalitaires qui vont à l’encontre de l’a.b.c. de la démocratie syndicale et qu’il faut bien qualifier d’intimidation à grande échelle? On n’est pas naïf, ces tactiques ne datent pas d’hier: elles sortent du petit manuel du parfait militant d’extrême gauche ou d’extrême droite. Mais comment se fait-il que tout cela soit cautionné par les organisations démocratiques que sont les centrales syndicales et le PQ? » (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« On n’est pas naïf, on sait bien que les syndicalistes professionnels et les péquistes instrumentalisent le conflit à leurs propres fins, car il y a belle lurette que cette crise n’a plus rien à voir avec les droits de scolarité et tout à voir avec la politique, mais cela justifie-t-il la manipulation d’une masse de jeunes? »  (Intimidation, manipulation, 3 mai 2012)

« Malgré leurs indéniables talents de communicateurs, les leaders étudiants ont perdu la bataille de l’opinion publique, comme le confirme le dernier CROP. » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Le gouvernement Charest sort gagnant de l’exercice, le taux d’insatisfaction ayant baissé de six points en moins d’un mois, alors que le Parti québécois, le seul des grands partis à s’être associé aux carrés rouges, est le seul à perdre des points! » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« Il fallait que la population soit vraiment excédée par la fronde étudiante pour que 68% des Québécois (9% de plus que le mois dernier) donnent raison à un gouvernement aussi détesté. » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« La gratuité est un mythe, ce qui compte c’est l’accessibilité. Or, le gouvernement a fait, sur ce point, des concessions que tous les experts indépendants estiment très avantageuses pour la classe moyenne à petits revenus. » (Corporatisme et loufoquerie, 5 mai 2012)

« compte tenu de l’appui massif de l’opinion publique, quel besoin avait-il (le gouvernement) d’en rajouter sur les concessions? » (« L’entente »? À la poubelle! 10 mai 2012)

« Ce sont nos universités – les plus pauvres au Canada – qui feront les frais de ces tactiques minables » (« L’entente »? À la poubelle! 10 mai 2012)

« Il se fait beaucoup de démagogie sur le dos des universités, ces temps-ci. » (Des universités trop dépensières? 12 mai 2012)

« Pour ceux qui s’imaginent que les recteurs ont partie liée avec le grand patronat, rappelons que le principal responsable de ce scandale financier, l’ancien recteur Roch Denis, avait été pendant des années le président du syndicat des profs de l’UQAM en plus d’avoir milité dans l’extrême gauche… avant de se rapprocher du PQ et d’être élu au rectorat en 2001. » (Des universités trop dépensières? 12 mai 2012)

«  Or, ce conflit étudiant est puissamment alimenté par la mouvance péquiste, tandis que les jeunes les plus militants subissent l’influence de Québec solidaire et des organisations anarcho-communistes. » (Le clivage anglo-franco, 17 mai 2012)

« Lors d’une première rencontre, la représentante des recteurs et celle de la FEUQ se sont prises aux cheveux. Lors des derniers pourparlers, cette dernière s’emportait au point de contester les chiffres du sous-ministre des Finances! » (Une erreur, entres autres, 7 juin 2012)

« Les plus modérés refusaient de recommander à leurs troupes d’accepter un accord qu’ils avaient pourtant signé, et celui qui représentait la majorité des grévistes avait bien fait savoir qu’il était là non pas pour négocier, mais pour «exiger». » (Une erreur, entres autres, 7 juin 2012)

« Les étudiants radicaux ne voulaient que la reddition totale du gouvernement » (Une erreur, entres autres, 7 juin 2012)

« Petit bilan des erreurs de Jean Charest dans la crise des carrés rouges… Certains lui ont reproché de ne pas avoir vu venir la crise. C’est injuste. Personne, même pas les instigateurs de la fronde, n’avait prévu l’ampleur qu’elle prendrait. » (Les erreurs de Charest, 9 juin 2012)

« Le gouvernement jouissait, dans ce conflit, d’un atout formidable, soit l’appui massif de la population – un soutien d’autant plus remarquable que sur les autres questions, le même gouvernement est impopulaire. C’était là sa force, et ce qui aurait dû orienter toute son action. » (Les erreurs de Charest, 9 juin 2012)

« La «jeunesse» n’est pas dans la rue. Les deux tiers des étudiants ont suivi normalement leurs cours, et parmi les 30% de «grévistes», il y en avait des milliers qui auraient voulu faire de même, mais en ont été empêchés par des votes de grève. La faction rebelle qui occupe la rue et les médias représente 11% des jeunes Québécois entre 16 et 29 ans. » (Vent de folie, 12 juin 2012)

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

15 thoughts on “Presse-toi à droite!

  1. Thibaud de La Marnierre

    Je souhaite que ces utilissimes essais fassent l’objet d’un recueil, qui serait digne de figurer dans les bibliothèques universitaires, et la mienne.

  2. Un argumentaire précis, complet, fouillé. J’aime! Merci Luc pour le temps que tu mets à à démasquer le démagogique. On attend la suite!

  3. Merci M. Vaillancourt pour vos rigoureuse démonstration… Cela parle avec beaucoup plus de talent que moi de mes inquiétudes face à la manipulation de l’information et ma récente recherche pour me remettre en mémoire les sophismes (en anglais « logical fallacies » (erreurs logiques) qui sont largement utilisés dans les articles que vous citez et dans les discours politiques… Il semble que ce soit l’outils no1 de la démagogie, ce sont des instruments puissants face à des auditeurs non avertis. Avec un peu de pratique, il devient assez facile de les détecter dans les discours qui deviennent alors sans substance pour un interlocuteur un tant sois peu avisé..! Je ne vous apprend rien, mais je veut sensibiliser les gens à les détecter dans le discours politique… un lien comme un autre:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme

    Il y en as plus de 70, vous pouvez facilement trouver d’autres liens si la source ne vous plais pas..! salutations

  4. Airelle Major

    Merci beaucoup pour ce texte qui permet de clarifier sa propre pensée. Merci d’avoir pris le temps de relever les occurrences. Merci à Anne Marie Miller de m’avoir conduite vers ce texte.

  5. Christian Goupil

    Bravo pour ce travail de moine et d’érudition. Le même examen pourrait s’appliquer à la mise en page et au titrage du journal qui sont des constituants plus subliminaux de la ligne éditoriale mais qui possèdent néammoins un impact considérable sur l’opinion du lecteur.

  6. Chapeau bas devant ce remarquable argumentaire-fleuve et ô combien étoffé! J’avoue ne jamais avoir lu Lysiane Gagnon et ce n’est pas demain que je commencerai. Vous voulez faire la même chose avec Pratte? Bon courage! (Je m’étouffe dans mon vomi juste à l’idée d’essayer pareille entreprise). En attendant (avec impatience) de vous lire très bientôt. Mes salutations!

    – un ancien étudiant 😉

  7. ben

    Ça fait longtemps qu’on en parle de La Presse, lisez ça :
    http://antipropagande.blogspot.ca/

  8. […] à droite http://www.gg.gg/aig Un autre excellent texte de Luc Vaillancourt dans la série sur les médias de […]

  9. Robert Lemieux

    La Presse, c’est Desmarais et si on connait Desmarais, on comprend La Presse. Les journalistes de cette « Presse » sont pris en otage par un système finement organiser par les stratèges du roi. Seule option pour ceux qui tiennent à la liberté d’expression = démission. Même chose pour le « Torchon de Montréal » sous le roi Péladeau. Le Devoir, OK, mais pas accessible au commun des mortels… Ton éditorial/fleuve merveilleux mais pas un membre de la majorité silencieuse qui ne vote pas le lira. Voilà le drame… Le meilleur moyen de s’informer actuellement, c’est l’internet…mais ça prend du discernement et un sens critique que la plupart des gens n’ont pas. Il faut rendre l’info accessible et compréhensible au grand public sans quoi c’est peine perdue et verbiage inutile.

    Les pubs de Charest visent cette majorité silencieuse et ça marche…combattons le feu par le feu, p’têt ben qu’y vont comprendre assez pour foutre ce gouvernement à la porte…

    1. Luc Vaillancourt

      Merci pour le commentaire. Vous avez raison de dire qu’il faut rendre l’info accessible au grand public. La difficulté est là, mais on peut y arriver en conjuguant nos efforts. Une initiative comme celle de G.A.P.P.A., qui a repris une partie de mon travail sur Mario Roy pour en faire un clip diffusé sur Youtube montre une des voies possibles. D’autres peuvent ensuite s’inspirer de leur boulot et diffuser l’information par-delà les circuits usuels. Et tous les clics, les partages, les « j’aime », les tweets et les commentaires comptent!

  10. Richard

    Au CÉGEP, en 1977, mon prof de philo, membre en bonne et due forme du PCCML, imposait la lecture de Lysiane Gagnon qui représentait, à cette époque, la gauche militante. À côté des idéaux qu’elle véhiculait, GND paraît aujourd’hui bien pâle et prudent!

    1. Luc Vaillancourt

      Wow… Elle a trop lu La Presse j’imagine.

  11. Renard

    Je vous ferais remarquer que les médias ont souvent des biais en faveur de la gauche. Il n’y a pas de vrai médias de droite au Québec, ils sont soit de gauche ou de centre et ce n’est nullement comparable à ce qui s’écrit dans les médias de droite aux États-Unis et dans le Canada anglais. Les éditoriaux sont là pour diffuser des opinions et c’est ce que c’est, des opinions. Si vous n’êtes pas d’accord changez de journal. Et ce n’est pas parce que vous n’appréciez pas les faits qu’il s’agit de propagande (la plupart des citations que vous présentez ci-haut sont des faits). Les carrés rouges ont eu beaucoup plus de couverture médiatique que les carrés verts et personne ne fait de drame avec cela. À gauche on dit que les médias sont biaisés à droite et à droite on dit que les médias sont biaisés à gauche, alors peut-être qu’ils sont trop neutres, tellement neutres qu’aucune information de qualité ne peut en être tirée.

    1. Luc Vaillancourt

      Merci de votre commentaire. Les questions que vous soulevez sont importantes et méritent une réponse détaillée. Je vais essayer d’y répondre point pour point dans mes deux prochaines chroniques. En gros, ça tournera autour du renversement de votre propre argument: ce n’est pas parce que vous trouvez le propos de ces articles tout à fait raisonnable qu’il ne peut s’agir pour autant de propagande.

Laisser un commentaire