Des voyages avec Inès Talbi

Après quelques années à œuvrer sur la scène musicale en groupe, l’auteur-compositrice-interprète, Inès Talbi a lancé son premier album solo, Boarding Gate, cette année. Avant cette sortie, la montréalaise d’origine berbère a travaillé sur différents projets dont le groupe Mimosa et un album en hommage à Nino Ferrer.

Avec Mimosa, elle nous avait habitué à un son assez différent de ce qu’on peut entendre sur son plus récent opus qui est souvent qualifié comme folk. Pour ma part, je crois que décrire Boarding Gate seulement en disant qu’il s’agit d’un album folk s’avèrerait réducteur! C’est en fait un album très éclectique, qui allie électro, folk, rock, et autres. Pour imager, le compact est introduit par une pièce qui peut s’apparenter à du Patrick Watson et est suivi par une chanson qui n’est pas sans rappeler M.I.A.! Cet hétéroclisme est peut-être dû à l’inspiration de chacun des paysages vus par la chanteuse puisqu’elle voyageait pendant l’écriture de cet album. Boarding Gate, titre choisi par la globetrotteuse, est assez évocateur à ce sujet! Malgré tout, on entend bien la continuité entre la douzaine de chansons ayant toutes un esprit bien différent, passant d’airs plus mélancoliques à d’autres plus énergiques.

Pour ce faire, les réalisateurs Pierre-Philippe «Pilou» Côté (DJ Champion et ses C-String, Mimosa, David Giguère) et Daniel Bleikolm (Evelinn Trouble, One Shot Bebop) ont su combiner entre autres les percussions, très présentes sur l’album, avec les cuivres, l’harmonica et la voix, au grain unique, de la Inès Talbi. Ce premier album pour l’artiste ne sera fort probablement pas son dernier à mon avis. Elle saura se tailler une place dans le milieu musical, comme elle le fait pour l’écriture, la composition, le théâtre et même le cirque!

Inès Talbi – Boarding Gate (2012)

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire