Jean Tremblay et ses disciples, contre Djemila Benhabib

Hier, Jean Tremblay était sur toutes les tribunes pour crier haut et fort qu’il était xénophobe et qui’il avait peur, en tant que canadien-français (et oui, c’est le terme qu’il utilise), pour sa culture. Il est plus que clair qu’un immigrant est, pour notre cher Ti-Jean, un citoyen de seconde classe. Qu’un immigrant n’a pas le droit de regard sur les politiques québécoises, ou canadiennes-françaises pour les colonisés, parce que c’est un « étrange », parce qu’il vient d’ailleurs. Ti-Jean veut aussi conserver la prière au conseil de ville « par tradition », une tradition vieille de 10 ans, une tradition qui date de la fusion municipale. Pour ma part, je ne suis pas prêt à parler de tradition après 10 ans, c’est pourquoi un moment de silence serait déjà beaucoup plus approprié. Bref, visiblement Ti-Jean vit dans un autre monde que le nôtre, peut-être dans un univers parallèle reliant directement les années 50 à aujourd’hui. Qui sait?

Ce qu’on sait par contre, et c’est désastreux, c’est qu’en 2013, les chances que ce pauvre homme, qui vit dans la noirceur, soit réélu sont énormes. Triste, mais vrai. L’Équipe du renouveau démocratique a de la difficulté à se tailler une place dans la politique municipale avec  ses candidats qui ont, pour la plupart, déjà tenté de faire de la politique municipale, en vain. Qui reste-t-il? À moins qu’un des conseillers municipaux se présentent, je ne vois pas qui pourrait se présenter contre Jean Tremblay aux prochaines municipales et espérer gagner. De toute façon, la loyauté des conseillers municipaux  envers le maire est selon moi beaucoup trop grande pour qu’une telle situation se produise. Jusqu’à maintenant, aucun n’est sorti publiquement pour affronter le maire au sujet de Djemila Benhabib, nom que même une enfant de 4 ans est capable de prononcer, alors que Ti-Jean, lui, ne l’est pas du moins selon ce qu’il dit (dans tes dents).

J’aimerais avoir de l’espoir pour la politique municipale à Saguenay mais ce n’est pas le cas. Avec nos conseils municipaux stériles qui s’avèrent être des séances d’informations, avec nos conseillers municipaux qui semblent obéir à Jean Tremblay comme les disciples à Jésus, avec peu d’espoir de renverser Jean Tremblay aux prochaines élections, je ne crois pas du tout à la politique municipale à Saguenay.

Si vous n’avez pas entendu l’entrevue de Paul Arcand avec Jean Tremblay, qui a déclenché cette polémique, faites-le ça vaut la peine! Ça vous convaincra peut-être, si vous n’étiez pas déjà convaincu, de ne pas voter pour Jean Tremblay aux prochaines élections, pour mon plus grand bonheur! Cliquez-ici.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

One thought on “Jean Tremblay et ses disciples, contre Djemila Benhabib

  1. mohamed tremblay

    Je crois que M.Tremblay s’exprime mal et mais il reste que la question de fond est louable. Pour moi le meilleur exemple est que j’estime que 80% des habitants du Québec fête Noel(peut-etre meme plus) et on est même plus capable d’appeller un arbre de noel un arbre noel dans les lieux municipal de Montreal, je trouve que notre peuple est mous d’accepter sa. La minorité l’emporte devant la majorité mous comme le dit si bien Jean. Vous pouvez crier sur le porte parole mais regarder dont se qui se passe.

Répondre à mohamed tremblay Annuler la réponse.