Barrage à Val-Jalbert / Lettre ouverte aux médias

Barrage à Val-Jalbert / Lettre ouverte aux médias

Bonjour,

Voici la copie d’une lettre envoyée aux médias prenant position contre la construction d’un barrage à Val-Jalbert.

Merci,
Ghislaine Deschambault

 

Montréal, le 28 août, 2012

Citoyenne originaire du Lac-St-Jean, je vous écris afin de vous faire part de ma grande inquiétude quant au projet de construction d’un barrage sur la rivière Ouiatchouane, près du site touristique de Val Jalbert.
J’habite à Montréal depuis quelques années, mais à chaque visite au Lac Saint-Jean, j’aime me rendre à Val-Jalbert.  Les promenades sur le site sont toujours source de grand ressourcement et d’apaisement. Cependant, à mon grand désarroi, depuis quelques années, l’accès au site en hiver est restreint.  De plus, il faut maintenant descendre une pente vertigineuse et difficile d’accès pour entrevoir la chute, en passant par la section camping du site.
Voilà maintenant qu’on propose d’harnacher la rivière en amont de la chute et réduire le débit à un filet d’eau pendant une grande partie de l’année.  C’est inacceptable et insensé.  Accepterait-on que les chutes Niagara et la chute Montmorency soient ainsi réduites durant la nuit et du mois d’octobre à mai, tel que proposé par les promoteurs du projet? La chute de Val-Jalbert revêt un caractère symbolique aussi important que ces deux précédentes pour la région du Lac St-Jean.
Par ailleurs, il m’apparaît déplorable qu’on ait écarté la population locale et les utilisateurs du site dans l’élaboration de ce projet. 73% des mémoires déposés auprès du BAPE étaient défavorable au projet : comment se fait-il que le rapport déposé le 12 juillet dernier omette totalement cette contribution significative?
La région compte une grande superficie d’aires naturelles, mais les endroits publics et protégés, ouverts aux marcheurs et amateurs de plein air sont encore trop peu nombreux.  Comment peut-on accepter de sacrifier l’un des principaux attraits d’une région pour y construire un barrage à la rentabilité encore très incertaine?  Est-ce que les touristes viendront aussi nombreux qu’avant pour voir une chute artificielle, à « pitons »?
Le site comporte un potentiel hivernal encore mal exploité : pistes de ski de fond, escalade de glace sur la chute, promenades en raquette, randonnée en traîneau à chien ne sont que quelques-unes des activités possibles sur le site.  Pourquoi ne pas continuer à favoriser l’utilisation récréotouristique et garder le village ouvert pendant toute l’année?
Considérant que ce site est un haut lieu touristique de la région et que d’importants investissements ont été accordés pour le revitaliser dans les dernières années, je crois fermement que l’altération de la chute et la construction d’une centrale constituent une aberration.
Aucune rentabilité économique ne peut justifier le sacrifice de la chute de Val-Jalbert.  Je prie donc le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs de prendre un engagement ferme afin d’empêcher la construction d’un barrage sur la rivière Ouiatchouane.  Aux citoyens du Lac Saint-Jean, je vous en conjure, levez-vous contre ce projet avant qu’il ne soit irrémédiable.
Ghislaine Deschambault, Montréal/St-François-de-Sales

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

2 thoughts on “Barrage à Val-Jalbert / Lettre ouverte aux médias

  1. Louise Gendreau

    Madame,

    Merci de vos explications et commentaires. Nous appuyons totalement votre démarche. Dans l’espoir d’un regroupement de citoyens contre toutes les mauvaises idées de ces promoteurs frauduleux autour de nos sites uniques et si fragiles.

    L.G.

  2. Ian Fournier

    Nous laissons encore aller les joyaux de notre Québec à des corporations destructrices comme si tout leur appartenait!!! Un jour nous devrons vivre dans un chantier de construction désertique avec comme seule source de ressourcement des documentaires sur la verdure du temps passé à regarder sur des écrans. Oui tout semble déjà décidé et le combat ne sera pas facile mais il faut résister! Moi aussi j’ai passé mon enfance sur ce site et j’ai monté à la chute en vélo de montagne pour observer sa splendeur, plus tard j’ai chanté près du moulin et j’ai campé des dizaines de fois sur les bords de le Ouiachouane. J’ai fais beaucoup de camping aileurs dans le Québec mais ça reste pour moi un des plus beaux endroits. Est-ce que ma fille pourra encore aller jouer dans la rivière près de la tente ou ne restera-t-il qu’un filet d’eau sans intérêt? Merci Ghislaine d’avoir mis au grand jour ce projet absurde!
    Ian Fournier – artiste originaire de Roberval

Laisser un commentaire