La CAQ, une baudruche gonflée par les médias

La CAQ, une baudruche gonflée par les médias

Au fond, comment se gagnent ou se perdent des élections ? Est-ce au moment des débats télévisés que tout se joue vraiment? En multipliant les promesses que l’on sait d’ores et déjà insoutenables ? Est-ce davantage sur le terrain, en faisant peu ou prou de porte-à-porte et de visites d’entreprises ? Dans les rencontres partisanes, en galvanisant les militants par ses discours ? Ou bien encore, en faisant sortir le vote le jour venu ?

Non. Pensez-y bien. Les élections au Québec se gagnent ou se perdent dans et par les médias.

Pratiquement tout ce que vous connaissez du programme de la CAQ, du PLQ ou du PQ vous vient de ce que vous ont appris les journaux et la presse télévisée. Et l’opinion même que vous avez des candidats peut avoir été informée par ces sources, contrôlées pour l’essentiel, rappelons-le, par Powercorp et Québecor.

Bien sûr, les candidats ont multiplié les conférences de presse et les communiqués à l’adresse des électeurs, mais ce sont les médias qui déterminent quelle information sera transmise, quel clip sera retenu pour le bulletin de nouvelle du soir ainsi que l’infléchissement positif ou négatif du commentaire analytique.

Il suffit d’une modulation à peine perceptible pour insinuer un candidat dans l’esprit des gens et si la plupart de nos journalistes ont un sens de l’éthique irréprochable, c’est hélas moins vrai pour leurs patrons, et quelques éditoriaux bien placés, un ou deux articles assassins publiés au moment opportun peuvent gravement hypothéquer même la couverture la plus objective de la campagne.

Et le fameux momentum électoral est souvent un produit préfabriqué, assemblé en cours de campagne et plébiscité par nos élites médiatiques.

La stratégie est simple : une fois qu’on s’est entendu sur le candidat le plus en phase avec les valeurs de la maison, on s’arrange pour que la balance des commentaires analytiques soit toujours à son avantage. Pas question de nier l’évidence, cependant, et quand le candidat se met le pied dans la bouche en promettant l’impossible (un médecin de famille pour tous les Québécois d’ici un an), on voudra bien admettre qu’il n’est pas très réaliste afin de ne pas laisser paraître un parti pris éhonté, mais on trouvera quand même une entourloupette pour dire que ce n’est pas grave de mentir ainsi à la population (tous les politiciens le font!), et qu’il demeure néanmoins l’homme de la situation. Pour s’en donner une idée : lire au hasard n’importe quel éditorial de La Presse consacré à la campagne au cours du dernier mois.

Et quand on arrête momentanément de gonfler sa baudruche, c’est pour crever le ballon de ses adversaires, en insistant sur les faux pas inexcusables comme le « terrible scandale » du référendum d’initiative populaire.

La beauté de la chose, c’est que ce sont les mêmes médias qui commandent et publicisent les sondages (aussi bien dire qui les contrôlent, mais je me garde une petite gêne). Paco Lebel a fort bien résumé la situation sur Twitter la semaine dernière  en écrivant: « les sondages, c’est comme un bulletin d’école pour la propagande des médias. »

On peut imaginer cependant un usage encore plus retors. Exagérer sciemment les succès de son candidat baudruche dans les sondages pour créer un effet de vague irrésistible, propre à entraîner les indécis à voter pour lui en masse. Bien sûr, rien ne garantit que les électeurs tomberont dans le panneau, mais le jeu mérite d’être tenté puisqu’il ne comporte absolument aucun risque. Si les résultats du vote font mentir les sondages, on n’aura qu’à invoquer le mystérieux et évanescent concept de la prime de l’urne et tout sera oublié.

Et tant mieux si l’artifice encourage le vote stratégique : le bipartisme est une bête beaucoup plus facile à domestiquer pour nos véritables maîtres.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

6 thoughts on “La CAQ, une baudruche gonflée par les médias

  1. Jean Naimard

    En effet, la CRAQUE, c’est une balloune. Et une balloune, c’est rempli de rien…

  2. Luc Vaillancourt

    Je préfère « baudruche », cette pellicule qui provient de l’intestin des animaux, pour la valeur métaphorique du mot.

  3. Annie Girard

    Et ça sent déjà le pet…

  4. Xavier A.

    Un pet, il faut que ça sorte! Sinon ça monte au cerveau et ça donne des idée de marde !

    de je ne sais plus qui!

Laisser un commentaire