Des Gémeaux ordinaires…

Bien assis sur mon sofa devant la télé, thé dans une main, ordinateur dans l’autre, j’écoutais le rendez-vous annuel de la télévision québécoise, les Gémeaux. En raison de mon jeune âge, je n’ai pas beaucoup de galas à mon actif, mais je ne crois pas me tromper en disant que celui d’hier n’était pas le meilleur. Certains ont dû s’ennuyer de Véronique Cloutier…

Pour résumer la soirée rapidement, ce que nous a offert Joël Legendre et son équipe c’est des mauvaises blagues qui créent des malaises et des sketchs douteux. Triste à dire, mais vrai. Il y a tout de même eu quelques moments forts. La remise du prix Meilleure biographie ou portrait a été bien faite, en montrant des grands de la société québécoise comme Gérald Godin, Pierre Falardeau ou Michel Chartrand. Le sketch de Patrice Lemieux, faux joueur de hockey, m’a aussi fait rire. Autre point positif : l’hommage à la costumière de Radio-Canada, Nicoletta Massone, a été touchant.

Parmi les pires moments de la soirée, on compte la blague de Joël Legendre sur la bipolarité de Michel Courtemanche qui était de très mauvais goût. Tout comme sa ligne sur TFO : « Aujourd’hui, on célèbre le 25e anniversaire de la chaîne TFO. Vous n’écoutez pas TFO? Ben moi non plus! ». Autre moment pas nécessaire : un rappel de l’orientation sexuelle de Joël Legendre, qui, ironiquement, criait au scandale quand elle a été révélée au grand jour. Bref, Alexandre Barrette m’a plus fait rire en présentant un seul prix que Joël Legendre pendant tout le gala.

Autrement, les sketchs d’enfants, une mauvaise intégration de la publicité et un moment de variétés avec Brigitte Boisjoli m’ont déplu. Pour ceux qui n’ont pas écouté le gala, les enfants faisaient irruption sur scène et imitaient des vedettes. C’était plus ou moins drôle et ce « gag » est revenu plusieurs fois pendant le gala. Pour l’intégration de la publicité, on en a trop fait. Plutôt que de seulement présenter et remercier les commanditaires, l’équipe du gala a réalisé des sketchs mettant abusivement en vedette RE/MAX et Hyundai. Quant au moment de variétés avec Brigitte Boisjoli, qui servait a présenter une catégorie, il était tout simplement cacophonique autant visuellement qu’auditivement. Des feuilles s’envolaient partout pendant que Brigitte Boisjoli s’évertuait à interpréter « Y’a les mots » de Francine Raymond. Tout cela entrecoupé par des textes criés par des acteurs, dont Joey Scarpellino qui tentait de rapper.

La soirée s’est terminée sans numéro de fermeture. Joël Legendre est entré dans une télé et a quitté la scène. C’est peut-être mieux ainsi vu le reste du gala, mais je m’attendais à plus! En tout cas, une bonne réunion post-mortem du gala s’impose d’après moi.

 

 

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

2 thoughts on “Des Gémeaux ordinaires…

  1. Julie Bernier

    Bravo à Jean-Marc E. Roy et Philippe David Gagné pour leur gémeaux avec Pick Up: À la rencontre d’un bout du monde.

  2. Alexandre Nadeau

    Dans les pires moments, comment passer sous silence le cri du cœur de Fanny Malette au sujet des méchants journalistes qui trouvent parfois des robes « pas belles »? pathétique

Laisser un commentaire