Val-Jalbert – Lettre à Bernard Généreux

Val-Jalbert – Lettre à Bernard Généreux

Bonjour M. Bernard Généreux,

J’ai entendu votre entrevue avec Louis Arcand, à la radio. J’aimerais répondre à quelques-unes de vos interrogations en même temps que je vous soumettrai les miennes. Revoyons-donc votre entrevue.

Que Jacques Asselin, Maire de LaDoré, remette en doute les profits potentiels du projet de centrale dans la chute de Val-Jalbert, qu’il s’interroge sur l’absence d’ajustement des coûts, de l’impact de cette mise à jour sur les prévisions financières et sur le fait que les retombées de ce projet soient inégales ne m’étonne pas une seconde. Plusieurs dépositaires de mémoires lors des audiences du BAPE l’ont fait, Fondations Rivières entre autres de manière brillante et réaliste et très appuyée par des faits.

Le délire médiatique et la malhonnêteté dont vous accusez M. Asselin vient, pour ma part, bien plus des parcelles d’information truquées qu’on nous sert depuis longtemps sur le sujet, ainsi que de vos propres propos lors de cette entrevue.

Le BAPE n’a pas fait le tour du dossier sous toutes ses coutures. Son rapport est mou, démontre un parti pris envers le promoteur, ainsi qu’un déni des arguments de l’opposition. Je vous crois, par contre, quand vous dites que le dossier a été régulièrement ramené à la connaissance des élus. Mais qu’en est-il de la connaissance des citoyens et citoyennes qui financent en fin de compte ce projet ?

Vous dites que ce projet a mobilisé tant et tant d’énergie, depuis tant d’années…Que Dieu sait que s’il y a un projet qui a été expliqué, c’est bien celui-ci… Comment se fait-il donc que, chaque jour, des contribuables de ma MRC s’étonnent de son existence même?

Vous ajoutez que c’en est rendu à la phase d’aboutissement, que vous n’avez aucune crainte de remise en question du projet par le nouveau gouvernement, qui est plus vert que jamais. J’ai des petites nouvelles pour vous. La population n’est pas d’accord. La mobilisation des citoyens, de partout au Québec, grandit de jour en jour, via les médias sociaux. Si je me réfère au sondage qui a été fait en 2009, et sur lequel vous vous appuyez, entre autres, pour conclure à l’acceptabilité sociale de ce carnage de potentiel de développement, 70% des répondants ne se jugeaient pas assez informés. Des appels d’offre paraissent dans les journaux, malgré l’absence du OK tant attendu. Une grande partie des redevances de la centrale est incluse dans le coût des opérations. On parle d’une enquête ayant lieu pour des octrois de contrats sans appel d’offre. Même votre fameux contrat d’achat d’énergie avec Hydro-Québec n’est pas garanti à long terme. Mais ça, c’est surement du délire médiatique..!

Vous demandez ce qu’il vous faut faire de plus? Où sont ces gens lorsque vous présentez les dossiers et que vous les débattez ensemble? Une rencontre de MRC à huis clos, M. le Préfet, ce n’est pas très accessible…vous osez parler de tout ça comme d’une opportunité de faire quelque chose ensemble, que c’est un projet modèle, d’économie verte, porté par le milieu. Il est porté non par le milieu, mais pas la droite dirigeante, votre projet. Jamais les idées alternatives, des jeunes notamment, n’ont été écoutées et prises au sérieux. Vous le faites entre vous, votre projet.

Vous jugez l’intervention publique de M. Asselin inappropriée et irresponsable. Que ce n’est pas comme ça que vos dossiers vont avancer. Qu’il vous tire dans les jambes, qu’il est toujours en porte à faux, qu’il agit de manière égoïste et individualiste, qu’il bloque les processus, et qu’il «vous empêche d’aller aussi loin aussi vite que vous ne le voudriez». Je ne peux, pour cette fois du moins, que l’en remercier du plus profond de mon cœur. Ainsi, lorsque M. Asselin aura à «rendre compte à ses pairs de sa façon de faire» et de «la liberté qu’il prend avec la vérité», je serai avec lui en pensées.

Je suis, comme vous M. le Préfet, en colère et déçue. Quand je vous entends exprimer votre déception de voir que, malgré tous les efforts que vous, élus, pouvez faire, pouviez toujours vous faire reprocher de ne pas être top niveau dans la communication, je bouille. Je bouille de voir l’ignorance dans laquelle vous tenez la population. Ignorance qui, dans votre jargon d’élus, se nomme l’acceptabilité sociale. Je suis, comme la plupart des citoyens et citoyennes mais contrairement à plusieurs d’entre vous, élus, «solidaire pour réaliser des actions à la fois (vraiment) originales, (vraiment) novatrices et qui génèrent des (vrais) revenus».

Et quand vous dites que M. Asselin envoie le message que vous êtes une «gang d’imbéciles faisant des projets pour le plaisir de faire des projets et de mettre en difficulté les communautés et les municipalités», je ne peux m’empêcher de penser : ce n’est pas moi qui le dis!

Marie-Claude Paris Tanguay

Roberval, 27 septembre 2012

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

4 thoughts on “Val-Jalbert – Lettre à Bernard Généreux

  1. Merci pour votre article, entièrement d’accord avec vous.

  2. Claudie Tremblay

    Bravo! À force d’informer la population et de soulever les points obscurs … nous avons sauvé, pour l’instant, les chutes de Ste-Ursule. Continuez la lutte, ça en vaut la peine!

  3. excellent marie-claude plus qu’excellent et je souhaite que le généreux qui s’engraisse à nos dépens se mette à quémander sous peu le respect et l’approbation de ses concitoyens, ce dont je doute, considérant qu’il patauge et vit depuis des lustres ds la crasse politique croyant être ds la générosité des dieux, alors qu’il est, comme ses comparses menteurs et magouilleurs, ds la poubelle du diable.

  4. France Paris

    Bravo Marie-Claude. On continue la lutte.

Répondre à France Paris Annuler la réponse.