Éclats de voix en bordure de la 20

            Le Théâtre La Rubrique présente ce soir, à la salle Pierrette-Gaudreault, la toute dernière création de La Compagnie dramatique du Québec (CDQ), Laurier-Station, 1000 répliques pour dire je t’aime, dans une mise en scène de Jean-Sébastien Ouellette pour un texte de Isabelle Hubert.

 L’action se passe dans une chambre de motel, à Laurier-Station. Une chambre de motel qui devient, le temps d’une invraisemblable tempête de neige au mois de mai, le lieu de toutes les mémoires de ces deux sœurs esseulées, en route vers Toronto afin de récupérer une mythique courtepointe de la mère décédée il y a un mois…. Tout sépare ces deux sœurs aux personnalités diamétralement opposées et fusionnelles. Enfermées dans cette chambre en bordure de la 20, elles feront la rencontre de Carolanne, propriétaire du motel, et de sa fille, Cassidy. Les soeurs, confrontée aux vérités de l’une et de l’autre, dans ce huit-clos «forcé», où les souvenirs de l’enfance ressurgissent en révélations, doutes, rires et pleurs, reconstruisant  les aléas d’un passé douloureux où la notion d’amour maternel semble évacuée.

Dans Laurier-Station – 1000 répliques pour dire je t’aime, l’auteure Isabelle Hubert aborde l’univers des relations familiales en ouvrant le dialogue autour de la trace parentale, de l’effritement des relations fraternelles et de la transmission du patrimoine. Doit-on obligatoirement suivre le chemin de nos parents ? Doit-on aspirer à ce qu’ils ont imaginé, de mieux ou non, pour nous ? Comment s’affranchir de son passé lorsqu’on a l’impression qu’il est constamment tributaire de notre présent ? La fuite vers l’avant participe-t-elle à l’idéalisation de cette recherche absolue de la liberté ?

Alors que la tempête fait rage, à Laurier-Station, le temps est plutôt au bilan.

La Compagnie dramatique du Québec (CDQ), fondée en 2005 et dirigée par Isabelle Hubert et Jean-Sébastien Ouellette, a pour mandat de raconter des histoires. Laurier-Station, 1000 répliques pour dire je t’aime, est la troisième pièce qu’ils travaillent et présentent pour le compte de la CDQ. Parce que c’est ça qu’ils aiment faire ensemble, raconter des histoires. La plupart de leurs créations s’agitent autour de l’actualisation de la parole et proposent un théâtre d’images, traversées par ce qu’ils nomment le « réalisme obsédé », une façon d’aborder le monde par le spectacle du présent, en le représentant tel qu’il est, sans artifice, et sans détour.

La langue d’Isabelle Hubert est, elle aussi, sans détour. Les images révélées sont fortes, dans un dire sans filet, baromètre de la condition humaine. L’auteure, entre autres de, Couteau… Sept façons originales de tuer quelqu’un avec (1997), Jacinthe Rioux, 609, Saint-Gabriel (une coproduction du Théâtre La Rubrique et du Groupe Pour Cela, en collaboration avec le Théâtre Niveau Parking, 2004), de À tu et à toi (2007), et de la magnifique et déchirante pièce La Robe de Gulnara (diffusée l’année dernière par La Rubrique, 2010) est une auteure polyvalente et très primée. Elle a adapté des romans pour la scène (mentionnons Agaguk d’Yves Thériault et Moby Dick d’Herman Melville), écrit des comédies d’été connaissant beaucoup de succès, et prêté sa plume à des projets muséologiques ou des événements d’envergure.

Récemment, Isabelle Hubert a publié  une lettre pour ses spectateurs où elle avoue – avec justesse, son amour pour les lettres. « J’ai toujours aimé les lettres. Elles sont plus intimes, plus directes. Mais elles obligent à un certain effort, une certaine rigueur, tout en demandant, paradoxalement, une forme d’abandon. (…) J’ai toujours aimé les lettres. Je n’étais pas une enfant surdouée. Je n’ai pas écrit un roman à 8 ans. Je ne tenais même pas de journal intime. Je n’avais aucune idée qu’un jour, je serais une auteure. (…) J’ai toujours aimé les lettres. Si vous venez voir Laurier Station, 1000 répliques pour dire je t’aime, vous verrez qu’elles sont au cœur de cette histoire d’amour, d’espoir, de déchirement et de réconciliation. [1]»

 

À voir ce  soir, 20h00, à la Salle -Pierrette Gaudreault  du Mont-Jacob

theatrelarubrique.com

Laurier-Station, 1000 répliques pour dire jet’aime

Compagnie dramatique du Québec

Texte : Isabelle Hubert

Mise en scène : Jean-Sébastien Ouellette

DISTRIBUTION

Anne-Sophie : Véronique Côté

Martin : Nicolas Létourneau

Nathalie : Sophie Dion

Carolanne : Joëlle Bond

Cassidy : Krystel Descary

La pièce a été publié en 2011, aux éditions  l’INSTANT MÊME


Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire