Petit roadtrip tranquille un mardi soir

500 km, 5 h de route, un séjour de 9 h dans la Vieille Capitale, 1 heure de sommeil, des rencontres louches, une grande marche sous une pluie battante et 70 $ plus tard, voilà ce que le spectacle de Half Moon Run m’a couté le mardi 4 décembre dernier.

Pourquoi attendre si longtemps avant d’écrire ce résumé, tout simplement parce que ça m’a pris du temps avant de me remettre de cette soirée, et parce que je voulais attendre d’être sous un amas astronomique de travail et d’étude pour être bien certain de ne pas étudier (prix Nobel!).

Mardi dernier (4 décembre), il est 17 h, et je prends la route — grâce à une gentille samaritaine qui a bien voulu nous embarquer — avec deux amies vers Québec et un billet pour le spectacle de Half Moon Run dans la poche droite de ma veste, juste en dessous de mon porte-f…. bon ok c’est pas important, mais j’étais prêt à vivre une expérience déjantée! Deux heures et quart de route et 10 $ plus tard, je me retrouve au Cercle (salle de spectacle vraiment chouette) avec une bière en main.

The Loodies, un groupe de jeunes musiciens très talentueux, s’est occupé de réchauffer l’ambiance avant l’arrivée de Half Moon Run. Belle prestation niveau musicale. De beaux arrangements, des mélodies intéressantes et planantes. J’ai reconnu du Plants & Animals dans le son (surtout le son du premier album), donc c’est à découvrir. Seul bémol, la qualité de la performance selon moi se juge avec la personnalité et la prestance du chanteur principal. Peut-être que la quantité de gens présents a déstabilisé le groupe, mais il manquait un peu d’énergie sur scène. Leur album Edgy Ground est à découvrir.

Jeux de lumière, fumée, effets de voix, cheveux longs et sourire aux lèvres, c’est avec un mélange de tout ça que Half Moon Run a livré une des plus belles performances que j’ai vues au Cercle. Le trio canadien a épuisé pour nous tout son répertoire: les 11 chansons de l’album Dark Eyes, deux nouveautés, un cover et des excuses de ne pas pouvoir jouer davantage. Bien entendu, Full Circle, Call Me In the Afternoon et Drug You ont fait danser et chanter tout le monde. Judgement, celle que j’attendais le plus, ne m’a pas déçu.

Le spectacle reprenait très fidèlement l’album, surtout en ce qui a trait à la voix, ce qui est très positif, mais il reste que j’apprécie toujours davantage mes spectacles quand l’artiste improvise, change ou ajoute des choses aux chansons. Il est vrai de dire que certaines chansons, dont 21 Gun Salute, étaient plus rythmés, duraient plus longtemps et étaient agencées différemment. Il faut aussi savoir que cela ne fait même pas un an que l’album est sorti, alors on peut leur laisser du temps pour élaborer le tout. Mais si vous lisez ces lignes (ici je m’adresse au groupe), prenez en considération mes conseils d’expert (haha!).

Après le spectacle et une gentille conversation avec le chanteur (il devait être dans les alentours de 23h30), il restait, à mes deux amies et moi, cinq heures et quarante-cinq minutes avant de repartir. Deux choix s’offraient à nous : 1. allez dormir dans un lit douillet qui nous attendait chez une amie. 2.  Allez boire de la bière et dormir peu — sinon, pas du tout — et revenir complètement exténués chez nous.

L’option 2 s’est avérée la plus judicieuse, selon le plus rapide consensus du monde.

Bref, sans les détails, nous avons bu au Bar l’Inox sur Grande-Allée, marché 20 minutes sous une pluie battante avant de dormir une toute petite heure.

Départ 5 h 15 le matin. 250 km avec un parfait inconnu, je réussis à entretenir une conversation plutôt intéressante, fluide et pertinente avec le conducteur malgré un manque de sommeil flagrant. 7 h 15, arrivée à Chicoutimi, il nous reste une demie-heure avant d’arriver dans notre lit. Abandonnés dans un stationnement, nous avons été arnaqués ramenés à bon port par un taxi. Alors que tout le monde partait pour leurs cours de 8 h 20, moi je m’échouais dans mon lit.

Toute une aventure, remplie de fou rire, de moments étranges, de rencontres farfelues et de bonne musique.

À revivre n’importe quand.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire