Le mot dit du maire (8)

«Ils me font passer pour quelqu’un de raciste»

Le surlendemain d’un Bye Bye radio-canadien qui le pourfend de belle façon sur ses propos plutôt racistes à propos de la candidate péquiste dans Trois-Rivières, Djemila Benhabib, le maire de Saguenay en rajoute dans La Presse du 3 janvier. Il met la faute de lui-même sur le dos des scripteurs de l’émission «qui voulaient le faire passer pour quelqu’un de raciste». Au lieu d’aller se cacher dans la foule du show almatois du 175e anniversaire de la région la veille du Nouvel An (Il y a refilé son droit protocolaire à Fabien Hovington, le porte-parole motoneigiste de la Ville), il s’est regardé à la télé et ne s’est pas reconnu. Morale de l’histoire : le maire souffre d’un dédoublement de personnalité. Quand il parle en public ce n’est pas lui, c’est le politicien inventé par les journalistes, les humoristes, les opposants à son régime. C’est comme ça que ça marche dans sa tête, faut le croire.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire