Le PLQ, sclérosé

Deux Jean Charest juniors et un Jean Charest 2.0 s’affrontent à la course à la chefferie du PLQ. Après avoir vu ce qui sortait sur Twitter à propos de celle-ci, en plus d’avoir vu et lu des résumés du premier débat, la seule chose que je me dis c’est : le jour où le Parti libéral du Québec changera n’est pas arrivé.

Au débat d’hier, Raymond Bachand et Pierre Moreau n’ont pris aucune distance avec les choix qu’a faits Jean Charest, pendant la crise étudiante notamment. Ils ont même dit qu’ils étaient en accord avec cette loi 12 qui, on le sait aujourd’hui, était une entorse à la démocratie. Peut-être est-ce stratégique pour gagner à l’intérieur du Parti, mais souvenons-nous du sort qu’ont réservé les Québécois à Charest aux dernières élections. Les membres du PLQ pourraient être charmés, mais ce n’est pas avec ces positions que les libéraux sauront gagner ma confiance et celle des Québécois. Philippe Couillard, lui, en tant que Jean Charest 2.0, s’est quelque peu distancé des deux autres candidats en évoquant l’indexation des frais de scolarité plutôt qu’une hausse draconienne et en critiquant une partie de la loi 12. Est-ce seulement pour prévenir les attaques péquistes qu’il pourrait recevoir pendant d’éventuelles élections? Seul lui le sait, mais il apporte au moins quelque chose d’intéressant au débat : la divergence d’idée, chose qui semble rare au PLQ.

Quant à Pierre Moreau, qui s’est présenté comme le candidat du renouveau et de la jeunesse, il ne s’est pas contenté de copier l’opinion de Charest en éducation. Il a aussi copié François Legault : Pierre Moreau a montré un certain enthousiasme pour fermer les cégeps. Visiblement, il s’inspire de deux merveilleux modèles, incarnant à merveille les valeurs de dynamisme auxquelles il fait référence… Pense-t-il, comme l’autre, que tout ce qu’on fait au cégep c’est d’apprendre à fumer du pot?

Tout ce que cela montre, ce n’est pas du changement; cela montre que le Parti libéral est un parti sclérosé et usé qui a de la difficulté à renouer avec les valeurs libérales au sens propre. Il demeure un parti imprégné par l’héritage de Charest, un conservateur à une époque.

 

Si j’avais un conseil à donner à Pierre Moreau et Raymond Bachand ce serait le suivant : distancer vous de votre prédécesseur comme le fait Philippe Couillard. La course n’en sera que plus intéressante et vous aurez plus de chances de gagner les prochaines élections, du moins si les militants libéraux pensent comme moi, un non-militant libéral.

Suivez @f_therrien

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

2 thoughts on “Le PLQ, sclérosé

  1. Effectivement, je pousserais l’allusion à l’incapacité de renouer avec les valeurs libérales au sens propre en rajoutant que Charest n’a jamais cessé d’être conservateur et a, de ce fait, transformé le PLQ en PCQ. Il ne reste rien de libéral au PLQ.

  2. Ghislain

    Et si on parlait de la mollesse du PQ et de Québec Solidaire qui fléchit devant n’importe quelle bourrasque de vent? Les étudiants qui pleurnichent, les syndicats revanchards, les groupes sociaux qui demandent sans jamais faire de réedition de compte? J’irais jusqu’a qualifier cela de belle utopie des finances publiques et de vire-capot, pour plaire et flatter sa base gauchiste…

Laisser un commentaire