Les Jeux du Québec, ou comment faire oublier son mandat?

À huit mois de la  fin de son mandat, on peut croire que le maire Tremblay se réjouit de voir que la ville vit au rythme des Jeux du Québec. L’évènement éclipse l’ensemble de ce qui se passe (pas) et de ce qui s’est (pas) passé dans la ville.

Il s’agit d’une opportunité incroyable que le maire n’a pas manquée pour faire oublier son mandat, parce que, en fait, on peut se demander: quelles sont les réalisations du maire dans celui-ci? Une bibliothèque non terminée à Jonquière tellement les travaux ont trainé? Des infrastructures impeccables (pensez aux rues)? Des vidéos « d’information » réalisées par les communications de la Ville? Mis à part le quai d’escale à La Baie où des Saguenéens folklorisent la culture québécoise pour distraire les visiteurs de l’étranger qui ne sont là que pour passer et acheter ceintures fléchées et sirop d’érable, qu’est-ce qu’a fait Jean Tremblay concrètement?

On peut bien sûr croire que pour lui il fait beaucoup pour sa « mission » et la préservation des bonnes mœurs « canadiennes-françaises » en défendant bec et ongle la prière au conseil municipal. Ce qui nous a couté quelques dollars, qui auraient pu être clairement mieux investis, dans la culture par exemple. Cette croisade ne nous a pas été défavorable qu’économiquement, elle nous a fait passer pour une bande de retardés qui ne comprennent pas l’utilité de la laïcité étatique, de la non-soumission de la démocratie à une religion. Et Djemila Benhabib, rien à ajouter.

Sur le plan culturel, que nous a-t-il apporté aussi? Un Théâtre Banque Nationale, moins bien qu’une nouvelle salle, et qui s’est avéré plus cher que ce qui était écrit sur le bulletin de vote référendaire du fameux 6 juin? Sinon, il peut se vanter de ne pas avoir sauvé le Festival Maniganses qui, quoi qu’on en dise, attirait des visiteurs et qui était un des gros évènements culturels de Saguenay. Il peut aussi être fier de son indifférence vis-à-vis la préservation du patrimoine religieux de la ville. Le cas de l’église Fatima à Jonquière est éloquent.

En bref, les Jeux servent entre autres au maire parce qu’il peut donner l’impression à ses citoyens d’abord que la ville de Saguenay est bouillonnante d’activité et que ça fait « grand’ ville ». C’est évidemment positif que la ville soit hôte de ce déploiement sportif majeur, mais est-ce que c’est assez pour compenser les lacunes du dernier mandat du maire? À vous de juger, et vous pourrez faire savoir votre jugement en novembre.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire