Qui de nous deux, un récit touchant

Qui de nous deux, un récit touchant

Une dizaine d’étudiants, un prof. Table ronde, cercle littéraire. Qui de nous deux, Gilles Archambault.

Silence.

Un silence pesant, un silence parce qu’il n’y a rien à dire, que le livre parle lui-même, qu’il a tout dit, déjà. Silence, parce qu’il n’y a pas d’histoire à commenter, parce que de repenser à celles racontées dans le livre nous bouleverse encore. Parce qu’il n’y a rien à ajouter. Parce que c’était beau et que ça faisait mal, qu’on y repense et qu’on a mal encore.

Sous forme de journal, le récit de Gilles Archambault, de la mort de sa femme, de sa flamme, sa lumière. Sa vie d’avant, sa presque vie d’après. Sa peine, ses questionnements, son désespoir, son amour encore vivant pour cette femme désormais absente. Son amour inconditionnel pour elle, même vieille, même malade, même fanée, même laide. Son grand amour, vraiment.

Un grand récit aussi, à mon avis. Un tout petit livre pourtant, une centaine de pages à peine, mais des mots justes, des phrases simples, belles, sincères. Qui nous brisent, nous ébranlent, nous chavirent. Des phrases courtes qui vont droit au but, droit au cœur, qui disent les choses comme elles sont, comme elles viennent, sans flafla, sans décoration, sans fioritures inutiles. Une réflexion douce-amère sur la vie, sur la mort, sur l’amour. Sur le quotidien et la routine, sur la vieillesse, le deuil, le temps.

« Elle était de mon quartier. Nous vivions selon les mêmes règles. Jamais je n’ai rencontré quelqu’un d’autre qui vibre au même diapason que le mien. Nous sommes partis d’un même point pour aboutir ensemble à un même arrêt. Je vivais avec elle, quoique j’en aie, dans ce qui ressemblait plus ou moins au lieu de notre enfance commune. Je me sens en exil. »

D’une sincérité désarmante, un récit d’une grande tristesse, mais jamais larmoyant, ni pathétique, ni mélodramatique. Une accablante vérité, écrite comme ça, ni pour choquer, ni pour forcer les larmes, ni pour enseigner quoi que ce soit. Un petit bout de vie mis sur papier, simplement.

À lire absolument,

 

Aux Éditions du Boréal,

Sous la plume touchante de Gilles Archambault,

Qui de nous deux ?

 

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire