Lauréats de Regard

C’était presque la dernière projection de la dernière journée de la 17e édition Regard sur le court métrage à Saguenay. C’était la présentation des courts métrages lauréats cette année.

La séance s’est ouverte avec Edmond était un âne de Franck Dion, récipiendaire du Grand Prix national et du Prix meilleur scénario. Il s’agit d’un film d’animation où un homme, après qu’on lui ait mis un chapeau d’âne sur la tête pour s’en moquer, découvre un nouveau pan de sa personnalité. Le court de Jenifer Malmqvist, qui a gagné le Grand Prix international, a suivi. On Suffocation est un film qui, même sans dialogue, frappe. Deux homosexuels sont condamnés à mort parce que leur orientation sexuelle dérange. Un court métrage triste et très bien réussi. Faillir de Sophie Dupuis qui a gagné la meilleure réalisation a aussi été présenté, et ça a probablement été un des moments marquants de la projection : arrivé au point culminant du scénario, le public semblait mal à l’aise et c’est probablement ce que recherchait la réalisatrice étant donné que le film présente une relation malsaine entre frère et soeur.

J’ai par ailleurs été déçu de revoir Best If Used By de Aemilia Scott, un court métrage qui n’a pas gagné de prix et qui ne m’a pas plu plus qu’il le fallait. Après la mort de son conjoint, la personnage principale ne veut pas le quitter et le sort de l’hôpital pour l’amener dans l’entrepôt de l’épicerie où elle travaille. L’idée est intéressante, mais le côté humoristique est convenu. On s’attend à chacun des moments « drôles » après les trois premiers et on réutilise le même concept de gag pour l’adapter dans d’autres contextes. Un film tout au plus moyen, à mon avis. Regard aurait pu choisir de présenter un film récipiendaire d’un prix à De l’âme à l’écran à la place de celui-ci. Ça aurait permis de faire connaitre la relève collégiale au Québec.

Au moins, le film impro a bien terminé la présentation. Même si cette année Regard n’avait pas prévu de tournage pendant les jours du Festival, une équipe, composée entre autres de François Bernier et Pierre-Luc Lafontaine, s’est organisée pour tourner un court métrage. Le Toasteur montre un homme de 30 ans (François Bernier) qui menace de se suicider en s’électrocutant avec un grille-pain dans un bain. Son frère (Pierre-Luc Lafontaine) tente de le convaincre et le tout se déroule dans l’humour et dans l’esprit des années 1990 : SuperNintendo, Duck Hunt et WordPerfect font partie des inventions récentes dans le court.

Ian Gailer et Claude Bouchard ont clos la soirée en remerciant toute l’équipe derrière le succès du Festival et les bénévoles et en nous donnant rendez-vous l’an prochain.

 

Suivez @f_therrien

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire