Et pour quelques gouttes de pétrole en moins… Saguenay 2030

Mathieu Bisson

L’initiative a été lancée en novembre dernier. Une quinzaine de personnes s’étaient rassemblées  pour en savoir plus à propos d’une éventuelle crise pétrolière et réfléchir à des solutions envisageables. La société québécoise étant pour le moins dépendante du carburant fossile, l’idée n’était pas sotte, au contraire : le pic pétrolier est annoncé chez de plus en plus de scientifiques, de politiciens et même chez certains dirigeants d’entreprises pétrolifères.

À la manière des changements climatiques, le constat fait des sceptiques, mais ce serait naïf de croire que l’on peut continuer d’extraire et de consommer de plus en plus de cette ressource qui est, rappelons-le-en-caractère-gras : non renouvelable. Ce serait comme penser que l’on peut exploiter toujours plus de matière pour faire toujours plus d’argent sur une planète résolument « finie ». Littéralement, on appelle ça de la démence. La planète ne le supporterait tout simplement pas, surtout si l’on considère que notre consommation de pétrole croît proportionnellement avec la démographe (chiffres du GREB à l’appui – Groupe de recherche écologique de La Baie). Il faudrait donc songer dès maintenant à faire un petit saut dans l’évolution de l’espèce et changer d’ère, histoire de sauver nos vies et, pendant qu’on y est, celles des générations futures.

C’est donc à partir de cette prise de conscience que des citoyens et des citoyennes de Saguenay  ont initié ce qu’on n’aurait jamais pu voir venir : un mouvement de transition! En effet, qui aurait cru, en ce Royaume de l’automobile où 80% des gens se déplacent seuls en voiture pour aller au travail et où cyclistes et piétons risquent leur vie chaque jour tout bonnement en traversant la rue ou en longeant le trottoir, qu’une initiative de transition verrait le jour? Il faut croire qu’il y a des personnes allumées et engagées dans la salle… Écologistes? Elles le sont. Mais ces personnes sont aussi des hommes et des femmes de différents âges, de différentes provenance et œuvrant dans différentes organisations (ce pourrait être vous), qui veulent atteindre ce que le mouvement de Ville en transition appelle « la résilience locale », cette capacité à encaisser – ou à rebondir devant – d’éventuelles crises environnementale et économique.

Mais comment parvenir à cet état de résilience sans une communauté solidement tissée? Et à quoi notre société pourrait-elle ressembler sans pétrole?

La vision la plus pessimiste voudrait que les crises se succèdent irrémédiablement et que les changements climatiques finissent par ravager la planète et la société avec elle. L’autre vision  (l’optimiste), suggère que l’humanité se sorte de sa psychose collective, que les communautés se résautent en d’innombrables ramifications et entreprennent collectivement un virage sans pétrole. Cette vision envisage un monde où l’on produirait non seulement des énergies renouvelables (donc durables), mais où l’on diminuerait en plus notre consommation énergétique, puisqu’à elles seules les énergies renouvelables ne suffisent pas (chiffres du GREB à l’appui).

Et ce n’est pas une utopie : en partageant collectivement des savoirs et des savoir-faires, les centaines de collectivités qui ont adhéré au mouvement des Villes en transition forment déjà une toile de fond sur la mappemonde qui nous laisse croire en un changement profond dans nos vies, dans nos mentalités et dans notre société. Un changement qui nous invite à l’action, il va sans dire.

Ce sera justement l’occasion pour toute la population de Saguenay de s’informer et de s’en parler, ce samedi 6 avril, de 9 h à 16 h, au 129, rue Jacques-Cartier Est à Chicoutimi (3e étage de l’ancienne école La Source, à l’Éco-kartier du centre-ville de Chicoutimi). Un forum citoyen est organisé par Saguenay en transition, un groupe ouvert, qui invite les gens à venir rêver à ce que pourrait être leur ville sans pétrole en 2030 et à s’engager dans des actions concrètent.

Pour informations : [email protected] ou Émilie Lapointe, 581-306-4412.

Consultez aussi la page Facebook Saguenay en transition ICI.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire