Non à la violence, oui aux seins à la vodka?

Non à la violence, oui aux seins à la vodka?

Avant même de visionner le nouveau vidéoclip d’Indochine, je m’insurge à lire les commentaires des indignés. «Oh, c’est choquant, un jeune se fait taper sur la gueule». «On sait bien, Xavier Dolan a intimidé alors il veut montrer à nos enfants comment faire». Hé bien, vous ne valez pas mieux que ces jeunes avec le bandeau aux yeux dans le minimétrage qui ne veulent rien voir. Vous aussi, vous ne voyez rien.

Ton fils joue à Call of Duty durant des heures, écoute les nouvelles de 18 h et a accès à un nombre infini de vidéos violentes sur le web sans même savoir comment écrire une phrase sans fautes. Alors non, la vidéo qu’a réalisée Xavier Dolan n’a rien d’une vidéo trop violente pour la société d’aujourd’hui. Au contraire, et bien au contraire, elle montre à l’écran ce qui peut être réel dans la vie d’un adolescent, d’un enfant ou même d’un adulte. Aujourd’hui, j’oserais même dire que les jeunes ont perdu la classe qu’ils avaient de se taper sur la gueule au «rack à bécycle» après les cours. Je dis classe, parce qu’aujourd’hui, c’est pire encore que la violence physique: la violence psychologique derrière un écran d’ordinateur. Et je n’encourage en rien la violence, qu’elle soit physique ou psychologique. Mais la réalité est ce qu’elle est aujourd’hui : nul besoin de vous présenter devant votre intimidé, faites-le de la maison, derrière votre écran, seul ou entre amis, un lundi soir ou un dimanche matin, la veille d’un examen ou le jour d’un anniversaire. Forfait tout-inclus: anonyme, blessant, percutant et viral. Utilise un moteur de recherche pour trouver des mots encore plus méchants, on t’apprend comment faire à l’école. Oui, c’est ce qui se passe pour vrai. Et ces actes poussent des adolescents, chaque année, à s’enlever la vie. Ne vous bandez pas les yeux, ça arrive près de chez nous.

Avez-vous vu les publicités contre l’alcool au volant dans certains pays du monde? Choquantes, violentes, percutantes. La société a besoin de voir, d’entendre, de sentir. Tout est à notre portée. Le web transforme tout, rend tout accessible. Et pourquoi une vidéo dénonçant si fortement l’intimidation devrait être censurée? Comme le réalisateur l’a si bien dit : on voit chaque jour sur les chaines musicales des filles se faire verser de la vodka sur les seins, alors que sa vidéo est censurée sur ces mêmes chaines. Allez, évolue dans une société pleine de seins à la vodka et ferme tes yeux lorsqu’un clip-choc dénonce une réalité bien plus présente que l’on ne peut même pas l’imaginer.

Se faire intimider par ses confrères à l’école, c’est bien pire que voir un jeune homme se faire crucifier par ses pairs dans un vidéoclip fictif. Je sais, je l’ai vécu.

Suivez @chriboucher

 

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

7 thoughts on “Non à la violence, oui aux seins à la vodka?

  1. Jacques McBrearty

    D’office je voudrais vous demander de dissocier les jeux vidéo de la violence. Si les parents ne surveillent pas les cotes sur les jeux c’est leur faute pas celle du jeu en question. Quand un jeu dit s’adresser à des personnes matures de plus de 17 ans il n’est pas normal qu’un gamin de 12 ans y joue. Prendriez-vous le même gamin voir un film classé 18 ans et plus? Si oui vous avez un problème et si non bien vous savez ce qui vous reste à faire!

  2. « Se faire intimider par ses confrères à l’école, c’est bien pire que voir un jeune homme se faire crucifier par ses pairs dans un vidéoclip fictif. Je sais, je l’ai vécu. »
    Finale punch, tout à fait juste.
    C’est un vidéo très touchant au contraire. Parce que cette mort, symboliquement mythique en Occident, n’est peut-être pas « réelle » (ça m’étonnerait que l’intimidation se rende là), mais elle « tue » tout autant l’estime que cela.

    1. Merci d’en parler et donner l’occasion de la voir cette vidéo ou ce vidéo clip.

  3. Maxim Fortin

    C’est un excellent clip.

  4. philippe chabot

    tu m’as convaincu ; même si le clip est avouons-le très choquant , il délivre un message tout à fait noble et il ne devrait pas être censuré . bel article 🙂

  5. Jean

    Le vidéo le plus intense et touchant que j’ai vu depuis le début de l’année. Les scènes avec les jeunes aux yeux bandés m’ont donné un grand frisson de malaise et m’ont fait verser des larmes à torrent.

    Si je pouvais retourner en arrière, j’irais me serrer dans mes bras.

    Ceux qui sont scandalisés par le vidéo n’ont aucune idée de la souffrance vécue par ces jeunes, que le vidéo ne fait qu’effleurer, avec une grande justesse.

    Les jeunes qui vivent ces persécutions («intimidation» est un euphémisme de bureaucrate) risquent davantage d’être soulagés et de se sentir compris. Il n’y a rien de choquant dans cette fiction. C’est la réalité qui l’est, et qui se perpétue, d’année en année, dans nos écoles, au coeur, dans le nid, de notre société.

  6. Une vidéo à voir et sûrement à revoir pour vraiment commencer à ressentir ce que c’est l’intimidation vécue quand on ne l’a jamais vécu ou qu’on était du côté de l’intimidant, La voir et la revoir pour arrêter de faire semblant de ne pas voir. Puis passer à l’acte de dénonciation. Ici, c’est l’intimidation qui est dénoncée. Ce n’est pas la violence qui est proclamée.

Laisser un commentaire