Carnets gris – Carol Dallaire

L’artiste Carol Dallaire me fait parvenir un carnet à lui, qu’il a numérisé. Des pensées, des idées. Un carnet de notes. Un journal.
1982-1983.
J’y plonge, naïvement. Je lis, je m’imprègne de cet air du temps où j’avais à peine deux ans.
Les pensées ne sont jamais innocentes, si banales puissent-elles paraître.
J’ai eu l’impression de me reconnaître, par bouts.
À d’autres moments, j’ai eu le sentiment de regarder par le trou de la serrure.
Il faut savoir lire entre les ratures…

Au fil des pages et des gribouillis, des petits bijoux de jeux de mots, des images saisissantes, des illustrations qui valent le détour.
Ainsi, Carol Dallaire souhaite publier ses carnets, noircis d’idées qui vieillissent sans doute mieux que moi, qui ont traversé le temps et dont on ressent clairement la destination: un lecteur, une lectrice. Une paire d’yeux capable d’émerveillement. Comme une main tendue vers l’imaginaire.

Entre un autoportrait en Platon en lunettes de soudeur et une robe coeur pour une Marilyne, un cadeau rare pour le plus grand plaisir de nos âmes d’enfants.

À savourer sans retenue….

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

One thought on “Carnets gris – Carol Dallaire

  1. Du Dallaire à toutes les semaines!

Laisser un commentaire