Lettre d’humour

Lettre d’humour

Depuis plusieurs années, je suis un fan de l’humour québécois. Pas comme Huguette, 51 ans, qui, dans sa vie, a acheté un billet pour Louis-José et un pour Matte. L’humour, c’est mon meilleur ami.

J’ai tout vécu avec lui. Comme de pas pouvoir entrer dans plusieurs shows sold-out même en ayant une passe ‘’super-vip-shit-allez-tout-voir-pour-un-seul-prix’’ à 80$. L’année d’après, j’ai vu des humoristes faire des concours bidons sur Facebook juste pour pouvoir remplir la salle avec des billets donnés. Je peux nommer les participants des quatre saisons de ‘’En route vers mon premier gala’’ par cœur, dire les numéros qu’ils ont fait et dire jusqu’où ils se sont rendus. Plus d’humoristes ont réussi à payer leur loyer avec mon argent que moi-même durant les étés passés. J’ai même embarqué quelques fois sur des stages, dans des concours amateurs et des soirées d’humour.

L’humour c’est ma vie. Depuis des années je paye l’humour, en espérant qu’un jour l’humour me paye.

Depuis quelques années maintenant, mon bon ami l’humour a rencontré quelqu’un. L’internet. Ils faisaient le match parfait. Un petit couple tranquille que personne ne dérangeait.

Tout allait bien, jusqu’au jour où ‘’Internet’’ est devenu populaire et qu’elle décide de proposer un trip à trois que ‘’humour’’ a accepté. C’est là qu’est arrivé ‘’Public’’. Pis il prenait de la place en esti dans le lit.

En fait, non. Au début, il faisait juste des demandes simples. Quelques vidéos de chats une fois de temps en temps.

Ensuite, du monde normal qui dépassaient, à chaque vidéo, les frontières de la malchance, ou encore celles de l’imbécilité. Dans les deux cas, ça finissait à l’hôpital.

C’est là qu’Internet a atteint le summum de sa gloire. Tous les artisans se devaient de fréquenter ‘’Internet’’, pour son lien privilégié avec ‘’Public’’.

‘’Public’’ était content de la nouvelle diversité qui s’offrait à lui. Il se sentait dans un all-you-can-eat où tu peux caller un autre service à n’importe quel moment. Pis comme dans n’importe quel buffet, tu veux goûter à toute, sans garder une seule chose en particulier et l’apprécier.

Chaque humoriste se rendait compte du nombre de ses semblables qui arrivait sur Internet, il n’avait pas le choix de se dépasser pour pas se faire oublier. Mettre dans pancartes pour attirer l’attention sur ce qu’il a à offrir. C’est comme ça que les humoristes étaient rendus à faire mille pirouettes pour pas se faire oublier et élargir le public cible. Écrire 8 statuts Facebook par jour. Décupler le nombre de webséries.

Et c’est là que ‘’Humour’’ m’a perdu. Et que les humoristes, en voulant élargir leur public cible, ont fini par faire exactement ce que tous les autres font dans des galas Juste pour rire.

Je ne me voyais pas, dans 10 ans, être obligé de me dénaturer pour payer mon loyer. Faire des règles de 3 pis des rieurs aveugles pour faire tripper Huguette, 51 ans, juste parce que la réalité fait que c’est la seule qui peut s’payer des billets de gala. Faire des pubs de char déguisées en ‘’Défis’’ où finalement j’fais juste véhiculer des vieux clichés de gros mononc’ macho pour avoir mon 5 secondes de gloire avant un vidéo youtube, juste avant que l’internaute aie la possibilité de ‘’Skip this ad’’.

Avoir à faire de l’humour passe-partout. L’humour qu’on voit dans les sketchs ‘’Juste pour rire’’. Des bons petits sketchs muets bourrés de rires en cannes pour s’auto-encourager tellement c’est bourré de vieux clichés. (On s’entend que ton produit à pas le choix d’être mauvais quand ton public cible c’est 6 milliards de personnes, à même titre que la grandeur universelle fait à absolument personne.)

Les gens qui se complaisent à le faire, c’est le même genre de personne qui écrit des chansons pour Céline Dion avec l’attenuendo après le bridge, suivi de trois coups de drums et d’un changement de tonalité. Le créateur qui fait des spins-off à partir de séries-télé populaires, des jeux vidéo à partir de films pour enfants. S’ils m’invitaient à souper, ils me serviraient un verre d’eau et on commanderait du St-Hubert entre ses 4 murs beiges avec un faux tableau «Made in China» accroché au-dessus du divan Ikea. Ce sont des maîtres du compromis, des artistes du préconçu. Pas de raison d’haïr, impossible de tripper.

Aller jouer au gars content d’être de bonne humeur à la rédio à 5h du matin, même si être à la rédio implique que je dois me lever à 3h chaque matin, et donc perdre la possibilité de faire des shows, la raison principale pourquoi j’suis pogné dans un local étroit d’une tour à bureau décrépie, prisonnier entre un humoriste blasé, fier d’être le choix des matantes grâce à ses grimaces, qui sait crissement pas qu’il va perdre son show dans deux semaines après une lettre de plainte ou deux, et un gars qui est pogné à la radio depuis quinze ans comme ‘’collaborateur’’ (titre de marde pour justifier que t’as même pas ton nom pitché dans les jingles de retour de pubs au 10 minutes, même si c’est toi le loser qui est pris, l’été, pendant 6 semaines, à animer des ‘’best of’’ des meilleurs moments des Grandes Gueules, en rentrant chez vous le soir avec le rire infernal de ‘’pas-celui-qui-anime-à-tva-tsé-l’autre-là-qui-fait-pu-rien’’ qui t’empêche de dormir parce qu’il te martèle et te rebondis dans tous les coins de la tête depuis déjà plus de 15 ans.).

‘’Humour’’, j’t’aimais ben gros. Mais c’est pas mon but dans la vie, finir à la télé un dimanche soir devant 2 millions de téléspectateurs et une salle pleine de gens du milieu où tout c’que j’ai dans mon texte c’est:

«Rentre sur scène avec de la farine tout l’tour du nez, attends de t’faire envoyer du champagne dans la face par le loser du sketch 2013 sur les douchebags (pas-le-gars-des-annonces-de-sponges-towles-de-50-ans-dont-le-gros-high-dans-la-vie-a-été-une-émission-à-tqs-les-jeudis-19h,-tsé-l’autre-là), et après 8 minutes de malaise télévisuel, PISSE DANS TES PANTS. »

Bon 25ième, École nationale de l’humour.

– Jeff Perreault

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

One thought on “Lettre d’humour

  1. helene hudon

    J’admire votre volonté de rester authentique, mais je trouve très cliché votre représentation du public des humoristes, comme bien des femmes de mon âge, j’adore la culture, les arts et aussi de niaiseries qui me divertissent mais je ne suis nullement le public de ces humoristes.

Laisser un commentaire