La corruption à Saguenay? Impossible!

Gilles Vaillancourt est accusé de gangstérisme à Laval, Gérald Tremblay passe à la Commission Charbonneau après avoir démissionné pour cause d’aveuglement volontaire, Michael Applebaum est accusé de fraudes et autres. Verrons-nous un épisode de ce genre à Saguenay à un moment donné?

À quelques semaines du déclenchement des élections municipales, je me demande si la corruption est assez cachée pour que nos médias traditionnels ne la voient pas (ou soient forcés de ne pas la voir) ou s’il n’y a vraiment pas de corruption/collusion à Saguenay. La première option est plus envisageable.

Aux élections générales du Québec à l’automne dernier, le président de l’association étudiante du Cégep de Jonquière a révélé lors d’un débat ce qu’un étudiant lui avait confié : une partie du travail derrière la campagne de la candidate libérale Martine Girard aurait été fait par des employés de la Maison pour tous de Saint-Jean-Eudes, et ce sur leurs heures de travail. Or, le conseil d’administration de cet organisme est présidé par Martine Girard elle-même et il est en grande partie financé par la Ville, alors qu’on sait que selon Jean Tremblay il faut voter du bon bord, c’est-à-dire libéral au Québec et conservateur au fédéral, si on veut voir avancer « nos » dossiers. L’étudiant en question a finalement raconté ce qui s’était passé à Radio-Canada, et Martine Girard a nié en bloc. Le problème est le suivant : la Ville n’a jamais questionné l’organisme pour savoir si son argent était bien investi et aucun média n’a investigué en profondeur le dossier. Et quand les grands médias se font refuser les demandes d’accès à l’information par une administration opaque, comment est-ce qu’un simple citoyen peut tenter de se faire entendre? Donc le dossier est tombé, mais cela n’est peut-être qu’un exemple de possible collusion politique dans la région. Est-il avéré? Y en a-t-il d’autres? Tant de questions auxquelles nous aurons peu ou pas de réponses tant et aussi longtemps que le conseil municipal ne comptera pas au moins un élu qui est là pour le service public et non pour le service de sa carrière personnelle.

Avec des organismes paramunicipaux encore moins transparents que le conseil de ville et l’enracinement des élus, il est inévitable que des situations de collusion se produisent. Les assemblées du conseil municipal ne sont que des séances de théâtre qui permettent de rendre compte de décisions déjà prises en huis clos. Les chiffres de Promotion Saguenay ne sont pas publics alors que c’est un organisme financé à 80 % par la Ville; on ne sait donc pas comment et à qui sont octroyés les contrats, mais, aux dires même du maire qui est aussi président du conseil d’administration, plusieurs contrats sont attribués sans appels d’offre. Ce sont 8 millions de dollars qui sont accordés à Promotion Saguenay par la Ville et on ne peut même pas savoir comment cet argent est dépensé. Même chose pour Diffusion Saguenay qui relève de Promotion Saguenay (et non pas de la Ville directement). Le diffuseur ne fait d’ailleurs affaire qu’avec une seule entreprise de sonorisation, soit LSM. Serait-ce le reflet de la collusion?

Bref, le manque de transparence à la ville et dans les organismes paramunicipaux laissent croire que la collusion ronge peut-être le royaume Ti-Jean : le royaume des taxes basses, des décorations saisonnières quétaines, des Places « avec pu » de Citoyens et des spectacles « matantes » gratuits.

Je le sais, Jean Tremblay va surement penser que je suis un maudit athée qui fait partie « de la gang qui chiale tout le temps », mais bon ça c’est si ce papier-là se rend au Saint-Siège. Si c’est le cas : Monsieur Tremblay, vous n’êtes pas encore le pape de Saguenay, en attendant de l’être rendez des comptes aux citoyens qui vous ont (pas) élu.

 

Suivez @f_therrien

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

3 thoughts on “La corruption à Saguenay? Impossible!

  1. helene hudon

    J’aime beaucoup cet article sauf le matante.

  2. Robert Pineault

    Faudrait être un super «con» pour ne pas admettre qu’il existe un formidable système de favoritisme à Saguenay. Promotion Saguenay est réseauté par les amis du maire, plusieurs conseillers sont en conflit d’intérêt(Jacques Fortin est employé par la Pulperie, un organisme municipal),Diffusion Saguenay est aussi réseauté par les ti-namis; Port Saguenay est régi par les gens de Promotion Saguenay qui est la créature de Ti-Jean Là Là. Et on pourrait continuer…..

  3. Pierre Bouchard

    Ville Saguenay est une des administrations municipales les plus corrompues du Québec. Mais n’en veuillez pas trop à Jean « LE SAINT HOMME » Tremblay. Il n’est que la Marionnette de Ghyslain Harvey, L’ex-député libéral du PLQ et de toute la clique habituelle des « notables » corrompus de la place. Quand quelqu’un (ou l’UPAC) va réellement enquêter sur PROMOTION SAGUENAY tout ce bel édifice nauséabond va s’écrouler tel un chateau de cartes, comme à LAVAL. Ne désespérer pas, Vaillancourt aussi se croyait invincible. C’est le propre des crapules d’entretenir de telles croyances basées sur le mépris qu’ils ont des gens qui votent aveuglément pour eux.

Laisser un commentaire