Lettre ouverte à Lewis Gagnon, éditeur de l’Arvidien

Lettre ouverte à Lewis Gagnon, éditeur de l’Arvidien

M. Gagnon,
Depuis longtemps j’estime votre travail et suis enchanté de voir chaque publication de l’Arvidien, journal qui selon moi doit exister pour Arvida. Votre travail est inestimable et très pertinent, surtout en ce qui a trait à la dimension historique que vous prenez soin de respecter dans ce « journal des gens d’Arvida ».

Mais, à la dernière lecture du volume 5 numéro 3 du mois d’août 2013, mes sentiments ont été tout autres. À de nombreuses reprises, je me suis senti insulté par votre éditorial. Cette lecture m’a profondément fait sortir de mes gonds, surtout en vertu du manque de neutralité de votre écrit. Affirmer d’abord, dans votre titre, que vous rendez compte d’un sondage n’a aucun sens: en aucun cas il n’y a de statistiques à propos de ce sondage. Affirmer par ailleurs que Jean Tremblay est « le meilleur maire de tous les temps » est un sophisme d’un ridicule consumé: sur quoi vous basez-vous pour affirmer cela? Je n’argumenterai pas davantage sur les arguments fallacieux qui peuplent votre papier: il en est entièrement constitué. Il est plus que discutable d’affirmer « qu’aucune maire ne pourrait avoir sur la tablette [autant de projets] ». Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer cela?

L’affront était à son comble quand vous avez attaqué directement mon bon jugement et mon intelligence en affirmant que M. Ghislain Harvey,  président-directeur-général de Promotion Saguenay, est un homme « à l’intelligence supérieure […] ». J’ai relu ce passage à de nombreuses reprises tellement je trouvais l’affirmation ridicule: avez-vous un test de quotient intellectuel en votre possession pour clamer telle chose? Votre affirmation est absolument gratuite, insensée et blessante: comment pouvez-vous juger l’intelligence de quelqu’un? « L’intelligence » est-elle une qualité d’un bon gestionnaire?

Au final, je vous affirme mon profond désaccord envers cet éditorial, et aussi mon nouveau dédain envers votre journal. S’abaisser à de tels raisonnements est odieux, tout comme décider soudainement d’utiliser votre média à des fins clairement partisanes à moins d’un mois des élections. Force est de constater, vous qui êtes en mesure de mesurer le jugement des personnes (« […] le maire Jean Tremblay nous démontre encore là son excellent jugement », que vous devriez revoir les règles de base de l’éditorial et par le fait même votre propre jugement journalistique. Et aussi sur votre absence d’éthique.

Je m’empêcherai au passage de vous questionner quant à la participation financière de la Ville de Saguenay dans l’Arvidien pour ce numéro. Ce serait l’objet d’un autre débat qui pourrait assurément expliquer, je l’espère, la soudaine transformation du pertinent petit journal de mon quartier en organe clair de propagande du maire Jean Tremblay.

Guillaume St-Pierre
Citoyen d’Arvida

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire