On est tous des …routes 175 à quatre voies

En mai 2004, les Poèmes et les Vues animées produisaient pour une soirée de poésie sur le thème de «la route» , ON EST TOUS DES JEAN TREMBLAY 2. Le vidéo n’a pas beaucoup vieilli, comme on dit. On assiste à l’Hôtel de ville de Chicoutimi à un grand rassemblement de politiciens jovialistes du moment (Paul Martin, Jean Charest, Jean Tremblay) qui se flattent la bedaine en annonçant pour une xième fois la construction de l’autoroute à quatre voies dans le Parc. Coût initial? 525 millions$… Quand on sait maintenant que l’entreprise en question a pété le 1 Milliard 200 millions$, on peut s’interroger sur la grande perspicacité des politiciens d’alors. Le maire de Ville Saguenay qui ne sait plus où donner de la tête pendant la cérémonie (lui,«monsieur transparent», qui baigne dans l’eau bouillante depuis trois jours) avait promis de s’occuper des travaux pour qu’ils respectent le budget initial… Il n’a pourtant rien à voir là-dedans. On connait la suite.

Pour les lecteurs de Mauvaise Herbe et les autres curieux, voici ce morceau d’anthologie de la petite politique (municipale) du temps.

Depuis le début de la construction de cette autoroute à quatre voies, j’ai toujours été contre pour des raisons écologiques. Je désirais une cinquière voie en plein milieu pour faire circuler les orignaux, les loups et les cyclistes intrépides. C’est sans doute pour cette raison qu’on ne m’a pas invité à l’inauguration. Marina Larouche m’a téléphoné par erreur la semaine dernière pour se plaindre. Elle s’était trompée de numéro de téléphone, croyant rejoindre la directrice du Cégep de Jonquière.

Pierre Demers, cinéaste et poète rouge d’Arvida

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire