Comme des poissons dans l’eau

J’me suis acheté des poissons rouges l’autre jour.
Un coup d’tête…
Le gars du petshop m’a garanti que c’était pas d’entretien.
Au début j’tais tout énervé : « Aie, ça va être cool ».

Bof !
Un m’ment donné, ça reste toujours ben rien qu’des poissons rouges qui tournent en rond dans leur bocal, qui attendent qu’on les nourrisse, qui font semblant d’dormir.

On finit par comprendre que le gars qui a dit : « Heureux comme un poisson dans l’eau » faisait sûr’ ment pas allusion à ce genre de poissons. Sauf que pour 5 $, t’aurais l’air con d’chialer.

Au début, j’me souciais d’eux.
J’les changeais d’eau, j’leur parlais, j’passais pas une journée sans les nourrir. J’les percevais vraiment comme des êtres vivants. J’leur avais même donné un nom.

Plus l’temps avançait, plus j’me rendais compte que j’retirerais rien d’eux.

Aie, un poisson rouge, c’est ingrat. Pis un poisson rouge, c’est zéro divertissant. En bout d’ligne, ça rapporte rien pentoute. Si au moins on pouvait les manger. Même pas !

J’me suis donc mis à les négliger, à m’en foutre, à me désintéresser de leur vie, voire de leur survie. En fait, j’les oubliais.

Bah ! Parfois, j’allais pisser, pis quand j’passais à côté d’leur bocal, j’leur adressais deux-trois mots gentils avant d’les gâter en leur shootant une p’tite poignée de bouffe, une poignée de pitié.

Un moment donné, j’me suis approché d’eux, pis j’ai réalisé que le bocal qui leur servait d’aquarium était déformant. La vitre créait l’effet d’une loupe. C’que j’voyais d’eux, c’était pas la même chose selon si j’étais proche ou loin du bocal.

Bah ! Vous allez dire : « Ça change pas grand-chose, c’est juste des poissons ».

Mets-en ! Pis une chance…

Sauf que quand chu collé sur eux, j’vois leurs yeux, j’vois la crotte qui gît au fond du bocal, j’vois que l’eau commence à être sale… Dans l’fond, j’vois que ça a non seulement l’air dull d’être un poisson rouge, mais que ça l’air toff aussi.

Mais le reflet que j’vois l’plus, c’est celui de ma négligence envers eux. Ça, quand tu t’rends compte de ça, ça t’enlève le goût de t’approcher encore trop proche du bocal.

Mais quessé qu’tu veux que j’fasse ? Chu pas un poisson rouge, moi.
P’ T’être ben qu’ils sont super heureux, finalement ?
Anyway, là, y’est trop tard : sont là, chez nous, pis en vie…
J’pas sûr qu’ils tripperaient plus d’être dins toilettes.

Tsé, un poisson rouge, ça vit dans un environnement où moi, j’pourrais pas survivre longtemps. Un poisson rouge, ça dépend un peu de nous, mais en même temps, ça vit sa vie… Ça fait du bien de s’dire ça.

Tantôt, j’ai changé leur eau pis j’les ai nourris.
Après ça, j’ai ouvert la TV.
Y’avait un reportage sur la Syrie.

J’sais pas si c’est ma TV qui fait ça, mais on dirait que ce que j’voyais, c’était pas vrai.
J’avais l’impression que la vitre de ma TV déformait la réalité.
Bah !
J’me disais : « Ça s’peut pas… C’t’impossible ».
Pis j’me suis approché de l’écran.
Pis pendant un instant, j’ai eu l’impression de voir mes poissons.

Fait que j’ai changé d’poste.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire