Le maire amnésique

Le plus dur pour les hommes politiques, c’est d’avoir la mémoire qu’il faut pour se souvenir de ce qu’il ne faut pas dire
Coluche

Mais, il nous prend pour qui ce maire-là? Nous prend-il pour des tarés? Des imbéciles qui ne savent pas ce qui se passe dans cette ville-là? Des agités du bocal comme dirait Céline? Louis-Ferdinand, pas Céééééééline. Il y a quelque chose de pourri dans ce royaume-là. Malheureusement c’est le nôtre. Depuis les dernières élections municipales à Saguenay, rien ne va plus. Avant aussi, rien n’allait plus, mais personne ne s’en apercevait. Avant qu’une certaine opposition mette les pieds presque de force à l’hôtel de ville. Avant que le maire soit obligé de répondre séance municipale tenante de ses gestes, de ses paroles et de ceux qui l’entourent depuis des années. Et on le sait que trop. Ce n’est que la pointe de l’iceberg ce qui sort dans les médias grâce au travail vigilant de certains journalistes qui ne redoutent plus les foudres du premier magistrat de la ville.

Il veut maintenant nous faire croire qu’il ignorait que son ami personnel, le bûcheron de Shipshaw Fabien Hovington, toujours sur la liste de paye de la ville, en menait très large à son festival du même nom.

Même radio X doute maintenant de la bonne foi du maire et de son entourage, de ses trous de mémoire en surfant gaiement sur les scoops de la radio d’État et du Quotidien. Hésitant sans doute maintenant à subventionner une seconde fois son combat pour la prière en Cour suprême.

En fait, tout a commencé au lendemain des élections quand le maire a sauvé la face et la job municipale de son ami bûcheron Fabien Hovington qui venait de perdre son poste de conseiller à Shipshaw. Tout a commencé là. C’est là qu’il a maladroitement essayé de nous faire croire qu’il n’avait rien à voir dans cette nomination. Depuis lors, il patine tellement fort sur les bottines que c’est devenu une risée totale.

En plus de continuer à sauver les membres de son entourage en leur refilant des postes de cadres dans la fonction municipale, en plus de nous faire croire que son premier conseiller principal, Ghislain Harvey est écarté de son bureau politique parce qu’il se retrouve à plein temps à Promotion Saguenay (mais c’est là son bureau politique depuis toujours, c’est là que la plupart des fonds publics de la ville se transigent, que les vraies décisions se prennent), il voudrait encore nous faire croire que son combat pour la prière n’est pas sa priorité en nous avouant candidement qu’il n’était pas au courant du contrat relégué à une firme publicitaire pour prendre les appels des citoyens et solliciter des dons pour sa campagne bénite.
Il nous prend pour qui ce maire-là?

Il veut maintenant nous faire croire qu’il ignorait que son ami personnel, le bûcheron de Shipshaw Fabien Hovington, toujours sur la liste de paye de la ville, en menait très large à son festival du même nom. Tout le monde savait ça. Les gens de Shipshaw et d’autres aussi à l’extérieur de cet arrondissement. Qu’il se la serait coulée douce lors de ses voyages d’affaires en Europe ne surprend personne. Le maire a toujours dit qu’il avait pleine confiance en son Fabien. Qui lui confiait tout.  Il s’est fait photographier très souvent avec lui, sur une motoneige en plein été, avec des hommes forts pour tirer du poignet, en réunions extraordinaires pour rien régler, etc. Fabien devenait promaire quand le maire lui-même faisait ses propres voyages d’affaires en Europe et ailleurs, la plupart du temps seul dit-il, pour ne pas trop dépenser. Moi je pense que le maire voyage souvent seul — pas toujours —, pour qu’on en sache le moins possible. Il a le culte du secret très ancré. Ainsi, au retour, il peut nous raconter n’importe quoi, à la limite, moult versions du même voyage imaginaire.
Il nous prend pour qui ce maire-là?

Je vous prédis qu’il n’est pas au bout de ses trous de mémoire. Heureusement que son éditeur lui a prévu des séances de signatures de son livre pieux pour lui permettre de respirer un peu. Son cinquième mandat comme maire de Saguenay risque d’être houleux. À sa place, je partirais en croisière.

Pierre Demers, cinéaste et poète rouge d’Arvida

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

7 thoughts on “Le maire amnésique

  1. Daniel Fortin Chicoutimi

    Malheureusement M.Demers,ce maire amnésique traîne dans son sillage une multitude de gens à son image. Des gens qui ne se souviennent pas ou ne veulent pas se souvenir.
    Un jour,faudra faire le décompte de toutes ces sommes d’argent que ce maire a coûté à la ville,autant lors de ses supposés voyages d’affaire autour du monde que de tous ses démêlés avec la justice.
    .

    1. Jean-Guy Maltais

      Jean (dieu) tremblay ne peut être celui que vous décrivez ! . Bien sûr hors de l’Eglise point de salut. Hors de la pensée de D… Tremblay point de salut. Demandez à la conseillère ( probablement une pharisienne) comment D….Tremblay la traite? Sur la  » Cène » municipale D… Tremblay et ses Apôtres (Beni-oui-oui) mène la barque car ses apôtres espèrent eux aussi une  » petite promotion » (comité $$) ou une bonne petite job s’ils se font battre aux élections…..Pourtant, Jean-Eudes Simard n’a rien eu encore….Serait-il le Judas de la Bible ou cela s’en vient…

  2. Chantale

    Ça nous a au moins permis de comprendre pourquoi il ne restait plus aucun papier dans le bureau de Shipshaw…

  3. Gilles Harvey

    Pour la diaspora saguenayenne le maire Tremblay est une honte. Continuer le combat.

  4. Jacques Lavoie

    Aujourd’hui, Pierre Guillot a démissionné et Fabien Hovington s’est mis en congé de maladie. Ils sont parmi les plus grands copains du maire. Lui-même se plaisait à les appeler ses « chums ».

    En réponse aux demandes répétées d’entrevue de Radio-Canada, Jean Tremblay, après s’être défilé, a fini par couper court par des insultes envers Véronique Dubé. C’est lui qui en mérite des insultes, assorties d’un bon coup de pied au derrière en direction de la porte de sortie.

    Clairement, il est l’acteur principal du favoritisme politique à Saguenay, et il n’accepte pas que ses petits secrets soient révélés au grand jour et que ses ti-n’amis soient mis K.O. un après l’autre. Lui et sa clique sont de plus en plus dans l’eau chaude et au pied du mur, en voie d’être démasqués. D’après moi, son règne s’achève et va finir dans la disgrâce.

    Honte à ses partisans majoritaires qui nous l’ont imposé trop longtemps, lui et sa clique.

  5. Jacques Lavoie

    Depuis hier, le maire a fini par parler aux médias, mais il adopte une attitude anormalement réservée. Ce n’est pas dans ses habitudes. Il devrait dénoncer sévèrement les faits reprochés dans l’affaire du Festival forestier de Shipshaw et de la disparition des documents suite à la défaite électorale de Fabien Hovington. Toutefois, ce sont ses proches qui sont en cause. Serait-il personnellement impliqué? On est en droit de se le demander. Selon ses dires, il ne veut surtout pas d’enquête de police. C’est une affaire de confiance, dit-il. Du point de vue du public, on peut comprendre que c’est une affaire de famille dont les acteurs cherchent à tout prix à minimiser l’impact.

    Depuis des années, le public est confronté à une gestion opaque, familiale, de la ville, à des demi-vérités, à du favoritisme évident, à des nominations partisanes et à de nombreuses manoeuvres controversées. Suite à tout cela, on est en droit de se poser des questions et d’exiger une enquête approfondie. Non, il ne s’agit pas de salir, mais, au contraire, d’exiger un nettoyage, là où la ville n’a pas su ou n’a pas voulu le faire depuis trop longtemps.

  6. Marc-A Tremblay

    Bon ben là je pense que la balle est rendue dans la cour de Sylvain Gaudreault. A lui de prendre ses responsabilités le Monsieur le ministre.Des enquêtes s’imposent.

Laisser un commentaire