FQS contre la Main Verte

Quand j’étais ti-cul et que les plus grands nous rassemblaient, moi et d’autres ti-culs autour d’un bon feu de camp, ils se faisaient un malin plaisir de nous raconter l’histoire de la main verte. Un conte d’horreur qui se déclinait en chuchotant pour se conclure dans un grand cri glacé. Je ne me souviens plus exactement de l’histoire, mais je me rappelle très bien de la peur.

La page FB de FQS relaie l’alerte publiée le dimanche 27 avril sur le blogue de Nationalistes du Saguenay et intitulée très finement : La laiterie de La Baie, casher en dessous de la table ?  On a la poésie qu’on peut et il faut bien commencer quelque part.

J’ai parfois l’impression de me retrouver autour du même feu de camp, et pourquoi pas un bûcher,  quand la distraction me prend (pas souvent) d’aller niaiser sur la page Facebook de la Fédération des Québécois de souche (FQS). Il faut bien le dire, on ne s’y ennuie jamais. La plus récente et stupéfiante découverte de nos vigiles concerne la production d’une entreprise bien connue de la région : la laiterie de La Baie. Imaginez-vous donc que nous consommons du lait et des produits cashers à notre insu. La page FB de FQS relaie l’alerte publiée le dimanche 27 avril sur le blogue de Nationalistes du Saguenay et intitulée très finement : La laiterie de La Baie, casher en dessous de la table ?  On a la poésie qu’on peut et il faut bien commencer quelque part.

Je n’ai rien contre le fait de fantasmer entre amis mais certaines peurs résistent mal à l’examen et la nécessité d’y réagir s’est imposée alors que je prends connaissance ce matin de la campagne d’ « information » déclenchée autour des supermarchés d’ici et ayant pour thème : « 0% halal, 0% casher, 100% Québécois ». Ben oui, j’ai moi aussi le goût de m’informer et pas seulement sur la page FB de FQS.

Alors, à moins de vouloir absolument demeurer à la chaleur du feu de camp, il suffit de taper quelques mots clés sur Google et on en apprend des choses. Il faut savoir tout d’abord que la certification casher ne signifie en aucun cas une « transformation » religieuse. Il faut aussi faire la différence entre la viande, le lait et les produits transformés. En gros, ça signifie par exemple que viande et produits laitiers ne peuvent être préparés ensemble. Et en ce qui concerne les produits transformés, on parle ici de contrôle des matières premières et de la fabrication. En résumé donc, on ne roule pas la pâte à tarte avec la Torah. Et si c’est ta barbaque qui t’inquiète, la viande consommée par les juifs pratiquants est clairement identifiée. Je sais, la baloune se dégonfle et c’est un peu décevant. Par contre, là où tu vas être plus content, c’est que la certification casher est une garantie supplémentaire et reconnue de salubrité. Ça ne coûte pas plus cher pour autant, un millionnième de sous en 1975. Pas pire pour du propre, même en tenant compte de l’inflation.

Anyway, tu iras voir les liens en bas. Tu pourras contester les sources, il y en a d’autres. C’est seulement qu’un peu de lumière permet de voir qui est vraiment au bout de la main verte et du coup, la peur s’évanouit. Et pour le halal, tu vas me dire ? Je m’informerai aussi.

En passant, j’ai mangé des retailles d’hosties il n’y a pas longtemps. Elles ne devaient pas être consacrées, j’ai rien senti. Et l’envie de prier pour notre salut à tous ne m’a pas pris sournoisement non plus.

P.S. Inutile de te consoler avec un Kraft Dinner et un Coke, c’est casher aussi.

 

Liens : http://quebec.huffingtonpost.ca/richard-marceau/la-verite-sur-la-nourriture-cachere_b_2117133.html

http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/agro-alimentaire/201204/15/01-4515558-la-certification-kasher-au-service-de-la-salubrite.php

http://mk.ca/fr/content/entreprises-certifiées-kachères-mk

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire