Nice is nice – 10 façons d’y aller ou de l’être

Nice possède tous les agréments d’une capitale sans en avoir les inconvénients.

Paul Valéry

 

Le jeu de mots bilingue – Nice is nice– ne vient pas de moi. C’est encore mon barman du jeudi soir qui me l’a suggéré. Je l’en remercie. Encore une fois c’est du travail d’équipe contre le régime et pour saluer un autre gaffeur dans le giron municipal, Bernard Noël, le cycliste discret plus ou moins averti.

 

1 – C’est fini le jumelage Angoulême – Chicoutimi. Désormais, c’est Nice-Chicoutimi. Vous savez pourquoi? Demandez à Fabien et à Bernard. D’ailleurs le caricaturiste du Quotidien le propose lui aussi dans l’édition de vendredi.

 

2 – Faut des t-shirts pour le prochain conseil municipal avec le slogan Nice is nice à remettre à tous les conseillers et un spécial pour le maire avec un C de capitaine.

 

3 – Dénoncer les conseillers qui refusent de voyager aux frais de la Ville de peur de se faire épingler.

 

4 – Noliser un bateau de croisière parmi ceux qui ne cessent de revenir s’approvisionner en fromage en crottes à La Baie et inviter aux frais de la Ville tous les Saguenéens qui veulent se rendre à Nice en groupe.

 

5 – S’inspirer du site enchanteur du Géant motorisé de Saint-Ambroise et semer des palmiers en plastique tout autour du quai de croisières à La Baie pour donner l’impression qu’on est à Nice.

 

6 – Nice est situé à 27 kilomètres de Cannes. Rapidement, il faut jumeler le festival de Cannes avec Regard sur le court métrage. Pourquoi ne pas y avoir pensé avant.

 

7 – Changer le nom de Place du citoyen à Chicoutimi pour la Croisette. Pour remplacer le coup d’œil sur la Méditerranée, on peut diffuser des images de La Baie sur le grand écran qui n’attend que ça pour servir.

 

8 – Ouvrir un bureau touristique Saguenéen à Nice sous la responsabilité de Promotion Saguenay. Y prévoir des séjours prolongés pour les retraités du conseil municipal et les membres de leurs familles ainsi que les amis méritants.

 

9 – Tenir à l’occasion quelques conseils municipaux à Nice et inviter les citoyens qui veulent assister à leur diffusion sur le grand écran de Place du citoyen (ou la Croisette).

 

10 – Aménager des sentiers de motoneiges et organiser des compétitions internationales sur les plages de sable à Nice. Proposer à Fabien Hovington et à Bernard Noël de mener à bon port ce projet ambitieux mais combien original.

 

Pierre Demers, cinéaste et poète rouge d’Arvida

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

One thought on “Nice is nice – 10 façons d’y aller ou de l’être

  1. Jacques Lavoir

    Ça prend du temps, mais il semble que l’étau se reserre autour du Tartuffe et sa gamik. Il ne s’est jamais gêné pour dire haut et fort qu’il plaçait ses amis sans appel d’offres dans tous les postes clés, que c’est lui qui menait, et qu’il comptait bien continuer. Ce navet à Nice, c’est sans compter les nombreux acteurs et figurants de la Croisette qui se tapissent encore en coulisses en attendant d’être sous le feu des projecteurs. Au générique: un Ghyslain, un Éric, un Louis, un ou deux autres dénommés Pierre, un Luc, un tas de béni-oui-oui, dont un François, et plusieurs autres profiteurs plus ou moins connus…

Pas de commentaires, merci.