Arabesque et indécence : Peroxyde du Théâtre La Rubrique

affiche_peroxyde

La boucle piquée

*

D’emblée, j’ai aimé Peroxyde.

Beaucoup aimé.

J’avais tellement hâte de voir la production ! D’entendre le texte. De voir la scéno. J’adore l’énergie des soirs de première. J’aime sentir cette fébrilité partagée qui électrise l’air d’un je-ne-sais-quoi. Une tension stimulante presque palpable. C’est soir de première et le public est au rendez-vous. Ça rit ça jase ça s’embrasse se salue du coin de l’oeil.

– Veux-tu une bière ?

Mathieu m’offre une bière. J’hésite parce que j’bois vraiment vraiment pas vite pis j’me demande si j’vais avoir le temps de prendre trois gorgées avant que la pièce commence. Le barman le voit ben que j’hésite. (Anyway, dans vie, ma face parle tu-seule.)

– Tu peux la rentrer dans la salle ta bière. (Yeux inquisiteurs de ma part.) On est en formule cabaret.

Ma réaction est manifestement joyeuse. C’est soir de première. Tout va bien. La salle Pierrette-Gaudreault est en formule cabaret. Tout va bien. Je souris beaucoup.

– J’vais prendre une blonde.

*

Saut de lapin / pas de géant

Je l’attendais Peroxyde. Du moment où j’ai appris que La Rubrique présenterait un texte de Simon Boulerice mis en scène par Christian Fortin, j’avais déjà trop hâte d’y être. Et là, nous y étions presque. L’attente allait prendre fin. L’attente… Attente. Un drôle de mot. Un mot à double face qui s’répond. Être en attente. Avoir des attentes. D’ailleurs, une de mes répliques préférées de la pièce parle de l’attente : « J’ai vingt-trois heures d’avance. » De l’attente en amour par l’humour : un accord presque parfait pour désamorcer les p’tites bombes de Peroxyde lancées.

Dans ces moments d’attente – justement- j’essaie toujours de mettre de côté mes propres attentes. Bien souvent, ça amoindrit les déceptions. Au même titre que, bien souvent, je ne lis pas le feuillet que l’on me donne avant d’entrer en salle. Je le lis après. J’évite ainsi de trop anticiper ce que je vais voir. Je ne mentirai pas : j’avais de grandes attentes pour Peroxyde. De grandes attentes autant pour le texte, la scénographie, la mise en scène et les comédiens. De grandes attentes liées à ce désir de voir et d’entendre – enfin – ce que j’espérais d’une production de La Rubrique. Parce que ce soir-là, en ce soir de première automnale, j’avais cette folle envie qu’on me propose une création rafraîchissante.

Et Peroxyde m’a rafraîchi. M’a conquise.

*

L’Axel

Monique Gauvin. Mo-ni-que Gau-vin. Ayoye. La première fois que je l’ai vu jouer c’était dans Parents et amis sont invités à y assister, un roman d’Hervé Bouchard, adapté pour la scène par Martin Giguère et Guylaine Rivard. C’était en 2008. Un an après mon retour ici. Monique Gauvin m’avait jeté par terre. Sa voix. Sa présence. Ce regard. Son jeu, juste. Je l’ai vu jouer deux fois, depuis. Elle m’hypnotise. Pour Peroxyde, elle est géniale et elle s’appelle Linda Rouleau. Métier : caissière à la Caisse populaire. Une madame pas mal spéciale à la langue aussi colorée que ses multiples teintures aux saveurs de Life Savers. Linda est mariée – mais ça va pas bien– avec Alain. Alain (Guillaume Ouellet) est propriétaire d’un gym et de muscles qui plaisent à Pierre-Luc. Pierre-Luc (Jérémie Desbiens) est le coiffeur de Linda Rouleau et le coloc de Ève. Ève Dignard (Émilie Gilbert-Gagnon) est costumière et crée un costume pour Julie Rochon, patineuse artistique de dix-sept ans. Julie Rochon (Anne Trudel), patineuse artistique de dix-sept ans, est la narratrice de cette histoire un tant soit peu abracadabrante.

*

La pirouette assise

J’ai acheté la pièce – tout juste publiée chez Leméac – lors de la première, et je l’ai relu hier, à tête reposée. C’est bon. C’est drôle, c’est bien écrit et intelligent. Et si j’avais eu un petit peu plus de temps, cette semaine, j’aurais revu la pièce, sans hésiter, pour une seconde fois. Il reste quatre représentations pour profiter de cette belle synergie en scène. La glace est brisée. Profitez.

photo_peroxyde_Anadeau
Crédit photo : Alexandre Nadeau

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :