Dix façons d’économiser à Ville Saguenay

Je vais vous expliquer le principe de l’économie : donne-moi ta montre et quand tu as besoin de l’heure, moi je te la dis.

Coluche

 

Le maire de Saguenay veut économiser. C’est sa nouvelle marotte. C’est dans l’air du temps, faut croire. L’arrivée d’une opposition à l’Hôtel de Ville l’empêche de dormir. Il veut tout couper au plus vite. Couper dans le gras qu’il pense notre gras. Et quand le premier magistrat grognon a une idée fixe, ça frôle l’obsession. Faut lui aider pour qu’il passe à travers. C’est un service public à lui rendre avant qu’il ne soit trop tard. Avant qu’il ne décide de fermer les livres et de se sauver ailleurs, en croisière dans le Sud, au Nord, au Vatican en Israël, ou à Québec, sa ville de prédilection où il rêve de finir son règne. Avant qu’il ne rattrape son mal de dos. Avant qu’il pète un gros plomb. Avant qu’il se mette à s’insulter lui-même après avoir insulté une bonne partie de la planète qui ose encore lui dire qu’il bat tous les records d’autorité municipale et de «fomentatrie».

Voici donc dix façons d’économiser ou si vous préférez de couper dans notre vrai gras à Ville Saguenay. Il fallait y penser. En prenant du recul, on vient à bout de tout. On a le gras qu’on mérite, mais ça suffit les débordements. Rapidement le régime minceur, l’austérité ici aussi et que, dans une couple d’années, foin du déficit et finies pour vrai les augmentations détournées de taxes. Avec ces façons de couper, bientôt on pourra distribuer des chèques à tous les citoyens d’abord, les plus gros à ceux du lac Kénogami, de Shipshaw et de Kénogami qui se sont faits royalement floués par la fusion qui n’a enrichi que les élus et leurs copains d’abord.

 

1- Couper le poste de maire pour un certain temps et demander au maire actuel (Qui, dit-on depuis toujours, est «indépendant de fortune») de rembourser le million$ et plus en salaire empoché depuis qu’il est là pour contribuer charitablement à la réduction de la dette publique de la ville qu’il adore.

2- Abolir Promotion Saguenay et tous les emplois qui y sont reliés pour économiser des dizaines de millions$. Demander aux conseillers élus d’assumer leur job, soit les responsabilités de l’organisme para municipal qui sert de guichet automatique au maire et à ses amis au lieu de développer l’économie et l’avenir de la Ville.

3- Récupérer les millions$ que le maire et son régime ont investi dans des poursuites judiciaires suicidaires depuis que celui-ci est en poste pour, la plupart du temps, entretenir ses idées fixes et ses valeurs religieuses d’un autre siècle. Expédier la facture au maire encore une fois, puisqu’il est «indépendant de fortune» et qu’il met sa foi et son désintéressement au-dessus de tout.

4- Récupérer auprès des avocats concernés les dizaines de millions$ brûlés devant les tribunaux encore une fois dans des causes perdues d’avance et des poursuites que ces avocats savaient très bien risquées mais plutôt rémunératrices pour la profession.

5- Fermer le quai des croisières à la Baie et le transformer en plage payante, été comme hiver(Avec dôme géodésique solaire) avec sable chauffant et distribution à volonté de fromage en crottes. Toute la province s’y donnera rendez-vous, vous verrez. Les motoneigistes et les adeptes de la pêche sur la glace préfèreront sans doute la plage chauffée à la banquise congelée.

6- Ne payer que les élus municipaux qui ont des idées et savent les défendre en public. Leur imposer qu’un seul mandat pour qu’ils ne pensent pas s’enrichir là.

7- Abolir les pensions des élus municipaux qui ont pactiser avec le maire en place depuis sa première élection et l’ont laissé faire n’importe quoi tout en empochant des primes de comités et des per diem.

8- Former des conseils de quartiers pour décider des services publics à rendre et les laisser les administrer avec un budget réaliste. Les réunions du conseil municipal pourraient servir de rencontres vin /fromage/petites bouchées pour vérifier les acquis de tous ses conseils. Évidemment ouvertes à tout le monde.

9- Économiser des millions$ en ne subventionnant plus les amis du régime et les espions du maire qui occupent les conseils d’administration des organismes saguenéens.

10- Installer des parcomètres dans tous les quartiers et instaurer un transport en commun gratuit et des pistes cyclables quatre saisons pour réduire les investissements dans le circuit routier et les couches d’asphalte. Abolir la taxe de bienvenue à ceux qui plantent des arbres et remisent leur voiture l’hiver pour aller travailler en raquette, en skis, en vélo, en bus, en traîne sauvage. Bref, faire virer Saguenay au Vert, l’économie de demain.

 

Pierre Demers, cinéaste et poète rouge d’Arvida

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :