VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

Jour 1 – Vendredi 7 août

On ne l’appelle pas la « Perle du Fjord » pour rien. Parce qu’elle est belle, la Sainte-Rose-du-Nord. Et sous ce soleil radieux, elle brille comme un diamant. Quel écrin magnifique pour accueillir la toute première édition du festival VIRAGE!

Le site est niché entre parois rocheuses et champs aux herbes folles. Tout autour, les montagnes. Plus bas, le Fjord, grandiose. J’ai vu des vaches, des cochons, des poules. J’ai caressé des chiens et des chatons de ferme. C’est la campagne ici, l’air est sain et le temps semble figé, comme s’il n’avait pas le même rythme qu’ailleurs. La lumière est magnifique, elle fait éclater les verts tendres, les bleus ciel, les jaunes paille. Je me sens chez moi et dépaysée tout à la fois.

Me voilà avec mon barda grimpant le coteau qui me mène à la terre des Vikings, site de l’événement. Au-delà de la trail se trouvent le stage (Grande scène), la cantine (La casserole), le bar (L’autre bar) et les kiosques (La marge). Plus loin, près du camping et de l’accueil, se dresse le chapiteau (La Fabrique), où se tiendront les ateliers et conférences. C’est ici qu’on va se brasser les idées et imaginer des solutions.

Un [email protected] musical en compagnie de Pascal Beaulieu Trio donne le coup d’envoi du festival. Le soleil brille encore haut dans le ciel, les enfants jouent et courent partout pendant que les adultes discutent et font connaissance. L’ambiance est conviviale. Vivre et laisser vivre semble être l’adage de VIRAGE.

À la même heure devait avoir lieu à La fabrique une conférence de Patrick Déry, physicien et spécialiste en énergétique, agriculture et environnement, qui est malheureusement annulée. Dommage, j’aurais aimé l’entendre débattre sur le développement énergétique au Québec.

C’est donc une soirée très ludique axée sur l’humour et la musique. Sur la Grande scène se succède Costards & Godasses, Z et ses chatons, Les Éboueurs Anarchistes et Jezscze Raz, tandis que La Fabrique accueille Martin Giguère qui présente Correspondance, un spectacle littéraire complètement déjanté.

Feux d’artifices, micro ouvert et jam autour du feu de joie clôturent cette première journée. Attention : samedi, on passe aux choses sérieuses!

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :