Faire FUCK ALL pour sauver la planète

Je ne deviendrai jamais alarmiste. Même si le sort de la planète m’empêche de dormir. Ne riez pas, c’est vrai. Vous ne me verrez pas hurler sur toutes les tribunes – ou si peu, bon, quelques articles par-ci par-là – pour sauver la planète. Je ne suis pas celle qui s’investira de la noble misson de réveiller le monde avec une vérité qui crève les yeux. Parce que je sais trop bien que ça ne donne rien. Parce que ça fait longtemps que j’ai constaté l’apathie généralisée. Je ne peux rien contre le désir infini de confort matériel, le bonheur jetable, les envies de ski-doo dans la cour et de rideaux coordonnés. Je ne fais pas le poids contre une voiture de l’année ou une montagne de cossins Dollorama. Acheter remonte le moral, jeter libère l’âme, ils l’ont dit à la télé. Cycle vital de l’économie toute puissante.

Devant toute cette inaction, un profond, lancinant sentiment d’impuissance. Qu’est-ce que je peux faire, moi, toute petite moi?

Et si FUCK ALL était la bonne réponse?

Admettons que je reste chez nous. Et vous aussi. Qu’on se concentre uniquement sur nos besoins essentiels et vitaux. Il me semble évident que la meilleure économie d’énergie qu’on puisse faire est encore d’éviter d’en consommer. Et si la meilleure chose qu’on puisse faire pour la planète était de s’enliser dans une fabuleuse paresse?

Si on se mettait à oublier de faire nos impôts. Si on gardait nos enfants à la maison. Si on tombait dans un état de léthargie totale, tous en même temps? Tout le monde sous la couette pour une semaine. Allez, un petit effort de mollesse! Adoptez cette attitude nonchalante pour toujours. Fuck toute, pour vrai. POUR VRAI.

En tout cas, si jamais vous souhaitez contribuer un peu au sort de l’humanité, voici 5 choses que vous pouvez (ne pas) FAIRE, pour sauver la planète:

  • Allumer la télé. Elle nous donne envie de plein de choses inutiles et ramollit le cerveau (c’est vrai, c’est mon père qui me l’a dit).
  • Laisser rouiller les moteurs. L’avion qui nous casse les oreilles, les motos qui pétaradent, les ski-doos et quatre-roues. À off.
  • Regarder pousser la mauvaise herbe. La nature regorge de nourriture. Renouez avec votre nature profonde d’herbivore, mangez des racines sauvages.
  • Dormir. Quand on dort, on ne consomme pas.
  • Laisser s’empiler la paperasse. Oublions donc de faire nos impôts. Faisons s’écrouler le système.

L’heure est grave. Mais au vu de notre immense capacité à ne rien faire, notre inaction totale demeure la plus probable des issues pour sauver l’humanité. Ou pas.

Allez, rends-nous service et retourne te coucher.

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire