10 choses qui ont changé depuis que Jean Tremblay n’est plus là

elephant

Il nous reste ce qu’on va faire

Réjean Ducharme, L’hiver de force, 1973

 

On peut se le demander. On peut se le dire. Qu’est-ce qui a changé vraiment depuis que le maire Jean Tremblay a décidé de tirer sa référence? Ne soyons pas trop discrets à ce sujet. Évitons le pont aux ânes. Un vent nouveau souffle sur la ville. Il se passe des choses qui ne pouvaient pas se passer avant. Avant, quand ce maire populiste régnait sur ses sujets, il leur laissait croire que la politique municipale consistait à le croire sur parole comme une profession de foi. Il se prenait en somme pour le rédacteur du petit catéchisme des électeurs de l’Union nationale de Duplessis publié en 1936. Il s’y conformait comme un bon faux curé de l’époque.

Voyons voir par exemple l’article 9 du fameux catéchisme qui semble bien correspondre à sa gouvernance…

« Donnez une définition générale du gouvernement? Le gouvernement (provincial ou municipal) peut être défini comme un corps politique où réside l’autorité à laquelle on est tenu d’obéir, un corps ou une autorité qui gouverne et dirige la société toute entière ». À cette définition péremptoire, il faudrait peut-être ajouter son obsession religieuse qui lui fait croire être élu de droit divin, donc infaillible comme le pape et le peuple dit-on.

Les choses ont changé depuis son départ. Même s’il insiste pour apparaître encore en public afin de défendre une fois de plus ses amis envolés avec la petite caisse de Promotion Saguenay et de la ville. Les citoyens ne boivent plus ses paroles.

1 – Depuis son absence, on ne voit plus les policiers encadrer les réunions du conseil municipal. Avant, ils s’imposaient pour – sans doute – protéger les élus et surtout lui-même contre les débordements de ses citoyens. Ainsi, on sauve sur le surtemps des flics, peut-être. L’état du maire était policier. Ce n’est plus le cas.

2 – Depuis…, les journalistes n’ont jamais si enquêté sur son régime. Ils ont jeté leurs gants blancs pour en parler. Même la radio populiste s’en mêle. Le maire n’est plus intouchable. L’unanimité se fait autour de ses secrets.

3 – Depuis…, terminés les petites vidéos promotionnelles du maire sur le site web de la ville. Quand la mairesse a des choses à dire, elle convoque les médias en conférence de presse. Elle ne manipule pas les journalistes en leur refilant ses nouvelles inédites au compte-goutte.

4 – Depuis…, les conseillers municipaux ont tous le droit de parole publique sans risquer de se faire rabrouer par vous savez qui.

5 – Depuis…, les décisions du conseil municipal sont prises en commun. C’est triste à écrire mais c’est comme ça. Avant, tous les conseillers se retrouvaient devant une liste de décisions déjà cannées. La plupart du temps, le maire l’a confirmé, Ghislain Harvey décidait des grands projets de la ville. « Toutes les grandes réalisations (ex. Place du citoyen…) c’est Lui ».

6 – Depuis…, Ghislain Harvey ne décide plus rien concernant notre sort municipal.

7 – Depuis…, les complices et autres avocats du maire et de son régime sont forcés de prendre une certaine distance de la nouvelle administration. Bientôt, ils prendront des vacances rémunérées.

8 – Depuis…, le carrefour giratoire de Chicoutimi devrait changer d’allure, enfin. Finis les bacs à fleurs en ciment particulièrement kitsch. À l’image de l’ancien régime sans aucun intérêt esthétique mises à part les décorations de Noël et…les bacs à fleurs. Le citoyen qui a du goût d’abord.

9 – Depuis…, les fonctionnaires municipaux ont eux aussi repris leur droit de parole publique.

10 – Depuis…, les langues se délient lentement autour de l’ancien régime. Bientôt, elles devraient nous révéler – grâce à la ténacité de certains journalistes allumés – ce qu’on ignore encore sur les magouilles passées.

Le vent se lève sur notre grande noirceur. Mieux vaut tard que jamais. Il faut tenter de vivre comme dirait Valéry. De renaître aussi.

 

Pierre Demers, cinéaste et poète rouge d’Arvida.

 

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire