La télé qui s’adapte

Chronique 9 du temps incertain

La télévision a un monopole de fait sur la formation des cerveaux d’une partie très importante de la population

-Pierre Bourdieu

C’est difficile par les temps qui courent d’éviter la télévision et ses effets réducteurs. C’est la source qu’ont choisi les gouvernements en place au provincial et au fédéral pour répandre les bonnes et les mauvaises nouvelles. Le canal par lequel passe à midi et à 13 heures ce que nos élus du moment ont décidé contre la pandémie en cours. Certains ont affirmé que la situation politique actuelle fait penser ici et ailleurs aussi à l’établissement d’une sorte de dictature passagère et volontaire. Les partis d’opposition cautionnent béatement les décisions des PM en poste. Ils n’ont pas le choix et les informations pour dire le contraire et remettent en cause les stratégies du régime pour affronter et réduire à néant la pandémie du covid-19.

Si on suit le moindrement les points de presse quotidiens des deux PM et de leurs assistants médicaux on se rend compte que se sont les journalistes qui servent de chiens de garde des décisions en haut lieu. Les enquêtes des quotidiens comme La Presse et le Devoir orientent régulièrement les points de presse des deux PM, surtout celui de François Legault  qui voudrait donner l’impression qu’il mène bien sa barque malgré les erreurs évidentes de parcours.

Ce qui se passe actuellement dans certains CHSLD réduirait à néant la popularité d’un régime politique au pouvoir. Mais comme les citoyens ou plutôt les téléspectateurs nagent souvent dans la crainte et l’ignorance – comme les décideurs politiques d’ailleurs – le politicien le plus regardé au Québec sur l’heure du midi garde la cote rendue plus haute que les animateurs de Tout le monde en parle.

Durant le reste de la journée, ces points de presse des deux PM alimentent religieusement les chaînes d’information continue ad nauseam.

Peu de commentateurs et de journalistes –télé se permettent d’afficher des airs goguenards. Ils laissent la parole à des spécialistes des épidémies ou à des médecins en jaquette pour répondre aux multiples questions des téléspectateurs inquiets qui voient le virus pointer à tous les coins de rue. La télévision s’est transformée en télé éducative médicale autant ici qu’ailleurs dans le monde. C’est le même modèle qui prévaut. Vous n’avez qu’à suivre les nouvelles françaises sur TV5 à 18 heures 30 pour vous en rendre compte. On montre la même chose partout : le décompte des décès de la journée et une séance de questions/réponses. Parfois, un ministre en place, surtout en Santé ou en Éducation – parfois le PM plus solennel – vient embrouiller davantage les choses sur le déconfinement.

Ici autant la SRC que TVA tentent d’actualiser les émissions porteuses de cote d’écoute en reprenant les mêmes sujets et les mêmes porte-parole du virus.

Il semble que ce soit surtout sur les médias sociaux que les humoristes et les vedettes locales tentent d’alléger l’atmosphère en tournant en ridicule le confinement forcé de la plupart d’entre nous.

À l’heure actuelle, c’est le mélodrame des victimes du covid-19 dans les foyers et les CHSLD qui sévit sur tous les postes d’information et d’affaires publiques. Le sujet se politise davantage en France notamment qu’ici. Ce n’est pas pour rien que les partis d’opposition à Québec et à Ottawa insistent pour relancer les parlements. La dictature involontaire des partis au pouvoir causée par l’urgence de la situation consolide la cote des décideurs en place. François Legault et Justin Trudeau sont perçus par l’ensemble des électeurs/téléspectateurs comme les grands rassembleurs du moment. Ils ont dans le fond jusqu’ici très bien manœuvré en se fiant à leurs conseillers médicaux et aux modèles de sortie de crise utilisés ailleurs, surtout en France, en Autriche et en Allemagne.

Autre chose en terminant sur ce survol trop mince de la télé en temps de crise, la publicité s’est surtout ajustée très tôt à la situation en misant sur l’esprit de solidarité propagé par le monde ambiant. J’ai rarement vu des pubs de chars qui abandonnent tout pour nous conseiller de «rester à la maison» au risque de limiter les ventes de pick-ups et évidemment de litres d’essence. C’est l’ironie du moment de voir le système capitaliste et la société de surconsommation se tirer dans le pied pour ne pas perdre la face.

La même chose pour les pubs des banques qui nous conseillent de rester à la maison en oubliant de nous indiquer si elles vont réduire leurs frais de crédit pendant la crise. Mais je m’égare encore une fois.

En terminant, certains postes débrouillent leur antenne. Ainsi on peut profiter en ce moment d’une chaine qui ne présentent que des vieux fils américains et des émissions de radio, Silver Screen Classics. Why not? Pour les cinéphiles accrocs aux vieux westerns et aux mélos. Dépaysement cinématographique en ces temps de confinement.

n.b.chronique 10 du temps incertain : la distanciation sociale perpétuelle?

Pierre Demers, cinéaste et poète rouge d’Arvida en confinement volontaire

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire