Une poussée d’éclosion

Chronique 12 du temps incertain

L’aspect le plus triste maintenant de la vie est que la science accumule des connaissances plus vite que la société recueille la sagesse

-Isaac Asimov

Une expression parmi tant d’autres entendue au dépanneur d’une cliente qui parlait de la pandémie avec la caissière derrière son panneau vitré. «Il faut faire attention à la poussée d’éclosion de l’automne prochain.»

Très bien. Il faut y faire attention. Mais à quoi au juste? Les gens en général nagent en plein brouillard. Ce n’est pas Mario Dumont ou Richard Martineau qui vont davantage les éclairer sur la marche à suivre en période de pandémie. Ces deux-là et trop d’autres ne font qu’enfoncer une série de préjugés et d’idées reçues sur ce qui nous arrive. Il manque ici et ailleurs aussi sans doute une formation scientifique et médicale de base pour voir clair sur les risques que fait courir une pandémie sur l’ensemble de la planète.

Ce ne sont pas non plus les «avancées scientifiques» du président des Etats-Unis qui peuvent nous réconcilier avec la sagesse des dirigeants des pays les plus influents du monde.

En temps de pandémie, il faut prioritairement se fier et se confier à ceux et celles qui oeuvrent dans le milieu médical et qui ont déjà affronté les virus qui tuent.

À ce chapitre, l’entourage scientifique de nos deux PM semble afficher une crédibilité qui nous rassure. On n’entend pas de vaticinations de leur part depuis le début du confinement national malgré les quelques contradictions qui les poursuivent au jour le jour. Ils sont plus prudents que la moyenne des ours. Tiennent d’abord pour fondamentale et incontournable la sécurité des citoyens de tout âge.

Les spécialistes des pandémies et de la santé publique de l’ensemble du pays parlent d’une même voix et proposent des directives médicales qui se rejoignent.

À la télé et à la radio, les personnes-ressources issues pour la plupart du milieu médical et parfois pharmaceutique (?) vulgarisent les données disponibles avec beaucoup de doigtée et de précision. Le gouvernement québécois a fait appel dans ses capsules pandémiques

À un médecin qui œuvre au service d’urgence de l’Institut de cardiologie de Montréal, Alain Vadeboncoeur. C’est un médecin vulgarisateur qui intervient fréquemment dans les médias. On peut lire ses chroniques dans la revue l’Actualité et certaines ont été regroupées dans des livres publiés aux éditions Lux. Pour comprendre la pandémie actuelle vécue dans le milieu hospitalier québécois ses textes sont une référence de première main.

Au-delà de la leçon amère  sur le sort réservé à nos ainées dans les CHSLD privés et publics, cette pandémie pourrait permettre à la population en général à réfléchir sur la pauvreté de nos connaissances générales en matière médicale.

Certains scientifiques et quelques médecins comme Alain Vadeboncoeur tentent de remédier à cette lacune qui rend le commun des mortels québécois souvent plus dépourvu que d’autres. C’est l’ignorance de la situation qui décourage la majorité de la population confinée sans trop savoir pourquoi jusqu’à ce qu’on lui dise qu’il faut sortir de chez soi maintenant.

Mettez-vous à la place de ceux et celles qui arrivent à peine à s’ajuster à ce retrait de «la vie normale» pendant quelques semaines

Et qu’on leur apprend que la seule façon de bien lutter contre ce Covid-19 c’est en définitive de l’attraper. Et on lui explique dans la même phrase qu’un vaccin contient toujours une certaine dose de virus permettant de provoquer une première forme d’immunité.

Bref, comme disait ma madame au dépanneur, la poussée d’éclosion n’est pas toujours facile à saisir du premier coup. Peut-être qu’avant de proposer des cours d’économie capitaliste dans nos écoles, des cours de sciences médicales et de chimie pour tous seraient plus utiles pour l’avenir de la planète tout en paniquant moins à l’arrivée du prochain virus inconnu.

n.b. chronique 13 du temps incertain : se masquer ou pas, voilà la question

Pierre Demers, cinéaste et poète rouge d’Arvida, confiné volontaire

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire