Cendrillon est morte: visite à Dismaland de Banksy

Cendrillon est morte: visite à Dismaland de Banksy

Plus d’un mois après son ouverture, Dismaland, le parc d’attractions créé de toutes pièces par l’artiste Banksy, fermera ses portes demain. L’artiste originaire du Royaume-Uni a en effet conçu un « anti-Disney » dans un ancien centre de loisirs à Weston-super-Mare, dans le sud-ouest de l’Angleterre. La grande roue y tourne à l’envers et trop rapidement pour pouvoir apprécier le paysage et le moment. Les employés sont blasés et désagréables avec les visiteurs. Les classiques de parcs d’attractions sont modifiés et deviennent de l’art engagé. Bref, le deuxième degré et l’ironie bien more »

Lire la suite

Québecor et l’information spectacle, au service de la désinformation

Québecor et l’information spectacle, au service de la désinformation

« L’essentiel [dans notre société du spectacle], c’est que l’information soit organisée selon les mêmes procédés de suspense et d’émotion croissants qui prévalent au théâtre » Patrick Lamarque dans Les désordres du sens   Avec sa quête de plus de « j’aime », de partages et de clics sur Facebook, Le Journal de Montréal (JdeM) fait toujours plus dans la sensation. C’est ce qui rapporte en revenus publicitaires sur Internet et, quoiqu’on en dise, les médias de Québecor ne sont ni à gauche, ni à droite, ils sont à l’argent. Cette semaine la more »

Lire la suite

Projections, musique et jeu au service de David Giguère

Projections, musique et jeu au service de David Giguère

David Giguère questionne l’authenticité dans le spectacle qu’il présente depuis jeudi 2 octobre au Théâtre de Quat’sous de Montréal. Tout au long de la performance, qui allie musique, théâtre et art numérique, le public est amené à se demander si ce qu’il voit est réel et en direct, ou si tout cela est préparé. David Giguère entre donc sur scène, dos à la foule et il regarde la projection qui est utilisée comme un miroir derrière la scène. Les deux artistes, le vrai et le faux, font les mêmes actions more »

Lire la suite

La radiographie d’une génération, vraiment?

La radiographie d’une génération, vraiment?

La radiographie d’une génération de Katia Gagnon ce matin dans La Presse peut-elle vraiment être utilisée par un médecin ou le technicien devrait la reprendre pour avoir un diagnostic probant? Est-ce un portrait véritable de cette génération que les médias caricaturent, ces 18-24 ans incompréhensibles? Avec son échantillon de 500 personnes, l’absence de marge d’erreur due à la consultation via Internet et le flou qui entoure les indécis et leur répartition, je me suis mis à douter de la crédibilité du sondage de CROP pour La Presse avant même d’en connaître more »

Lire la suite

Sweet Grass lance son premier minialbum

Sweet Grass lance son premier minialbum

La formation du « downtown Chicoutimi », Sweet Grass, lance son tout premier disque physique mercredi au Sous-Bois. Le minialbum regroupe six chansons qui ont été enregistrées à Tadoussac à l’automne dernier, dont certaines nouvelles compositions. Quelques unes de ces chansons avaient déjà été publiées sur Internet et jouées dans différentes salles, notamment au Bar à pitons lors de la soirée pour le premier anniversaire de Mauvaise Herbe en juin dernier. Le groupe a par ailleurs déjà défendu une première fois ce minialbum au Quai des brumes de Montréal mercredi dernier. Alexandrine Rodrigue (guitare more »

Lire la suite

Normcore: l’ironie derrière l’authenticité?

Normcore: l’ironie derrière l’authenticité?

Un jean délavé avec une coupe des plus régulières, un t-shirt simple, des chaussures sports Nike et une veste sport. Voilà comment on peut résumer la dernière tendance mode qui s’appelle le « normcore ». Ce mot, imaginé par le cabinet de tendance basé à New-York, K-Hole, a été repris par le New York Magazine le 26 février dernier puis le buzz s’est créé sur Internet. Il a diminué depuis, mais la tendance demeure. L’auteur du texte du NYmag, Fiona Duncan, a fait connaitre ce style parce qu’elle disait alors more »

Lire la suite

De l’âme à l’écran: l’occasion de découvrir des talents prometteurs

De l’âme à l’écran: l’occasion de découvrir des talents prometteurs

Même si le court métrage n’est pas qu’émergent, il permet aussi à de jeunes créateurs d’expérimenter le cinéma à travers un médium qui laisse une grande marge de manœuvre. Pour la 11e fois cette année, le Cégep de Jonquière est l’hôte de De l’âme à l’écran, qui est en fait le volet étudiant du festival Regard sur le court métrage. La première projection d’hier a été l’occasion de découvrir près d’une dizaine de films dont la fiction Le frein des frères Gabriel-Antoine Roy et Jonathan Roy, le documentaire Ni vu, more »

Lire la suite

Le court métrage n’est pas qu’émergent

Le court métrage n’est pas qu’émergent

« Regard, c’est le plus beau festival du monde. Ça ne veut pas dire le plus gros, ça ne veut pas dire le plus riche, mais ça veut dire le plus représentatif de sa communauté », a lancé le directeur général de REGARD sur le court métrage, Ian Gailer, au lancement officiel de la 18e édition hier. D’ailleurs, il a ajouté : « l’émergence, ce n’est pas l’apanage de la région, ni l’apanage du court. On n’est plus émergents, on a 18 ans, lâchez-nous! » La présence de Robert Lepage donnait de la crédibilité more »

Lire la suite

Des courts régionaux et des livres vus

Des courts régionaux et des livres vus

Le Festival REGARD sur le court métrage s’est encore une fois ouvert avec une soirée toute régionale, hier au Théâtre Banque Nationale. La nouveauté cette année : un partenariat avec les éditions La Peuplade qui a permis de présenter six courts métrages réalisés par Nicolas Lévesque. Ces six tableaux, présentés avec la toute nouvelle vitrine culturelle proposée par Télé-Québec, La Fabrique culturelle, étaient inspirés de six publications de la maison d’édition régionale, La Peuplade. Le réalisateur a emprunté au documentaire pour présenter l’univers des livres. Ces courts ont permis au more »

Lire la suite

Composite de Monogrenade: atmosphère lunaire

Composite de Monogrenade: atmosphère lunaire

Le nouvel album de Monogrenade, Composite, s’ouvre doucement au son atmosphérique d’un synthétiseur auquel s’ajoute un piano qui fait la transition entre la première pièce, Portal, et la suivante, Composite. Dans cette pièce éponyme de l’album, comme pour plusieurs autres, la combinaison de violon et de piano est efficace et trace une ligne directrice pour l’opus. Qu’importe la pièce qu’on écoute, on se sent porté par le groupe dans une aventure crépusculaire sous un ciel étoilé. Composite n’est donc pas trop étranger à Tantale, qui avait une ambiance assez similaire. more »

Lire la suite