J’en suis moi aussi

J’en suis moi aussi

Je viens d’un milieu où l’on banalise la culture du viol. Un milieu où les pères passent des commentaires sur la grosseur du cul et des seins de leurs filles. Où les hommes ont les mains longues et la langue salace, et où les femmes se taisent et ne prennent pas leur place. J’ai grandi entre une pile de revues pornos et des affiches de filles à poil sur les murs de la cave chez mon grand-père. Ça m’a complètement fuckée.

Lire la suite

Boire et déboires | Qu’est-ce qu’on boit?

Boire et déboires | Qu’est-ce qu’on boit?

Derrière son bar, Patrice me shake un délice à zéro degré d’une extrême simplicité : orange et lime fraîchement pressées, sirop d’orgeat et concombre, le tout servi sur glace et joliment présenté dans un verre en inox. Si plus de bars et restos mettaient autant d’énergie à créer de tels élixirs, j’en serais ravie. Mais les établissements sont frileux à offrir des produits non alcoolisés de qualité. « Il y a une forme de snobisme, déplore Patrice. Pour moi, une carte de restaurant devrait normalement avoir autant de cocktails avec alcool que sans alcool. »

Lire la suite

Boire et déboires | Sans vouloir te mettre de la pression

Boire et déboires | Sans vouloir te mettre de la pression

Ce qu’il est puissant, le désir d’être aimé! On suit le troupeau, on se fond dans la masse par peur d’être exclus, ostracisé. La pression sociale est encore ce qui me fait boire aujourd’hui. J’ai grandi, la confiance s’est installée; mais ce besoin de faire partie d’un tout, d’une communauté ne m’a jamais quittée. Cette fraternité, je la retrouve dans la bouteille de rouge savourée goulûment avec mon amant. Dans la pinte de IPA éclusée entre amis à la microbrasserie. Dans le shooter de vodka qu’on sirote ou s’envoie aux confins de la nuit.

Lire la suite

Boire et déboires – 28 jours pour en parler

Boire et déboires – 28 jours pour en parler

La première année, février s’est avéré extrêmement difficile. J’étais dans une période creuse, et encore aujourd’hui, je ne sais pas si c’est l’alcool qui accentuait mon état dépressif ou mes idées noires qui m’amenaient à boire… J’avais entrepris le Défi avec l’espoir de rayer l’alcool de ma vie, de me défaire de son emprise, de sa présence quasi quotidienne qui pourrissait mes nuits. J’ai triché plusieurs fois. J’ai ressenti tellement de honte et de culpabilité que l’année suivante, je n’ai pas osé participer!

Mais je ne lâche pas facilement le morceau : l’an dernier, j’ai relevé le Défi avec brio.

Lire la suite

De village en VIRAGE

De village en VIRAGE

Je n’ai pas la prétention de dire que mes actions auront un impact réel sur la survie des espèces ou qu’elles sauveront l’humanité. Mais je préfère croire que chaque geste compte plutôt que de me mettre des œillères et m’enliser dans le confort de l’indifférence.

Voilà pourquoi le festival VIRAGE m’allume.

Lire la suite

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

Jour 3 – Dimanche 9 août Règle numéro 1 à respecter en plein air et lors d’événements extérieurs au Québec : même en été, il faut se « grayer » de chaussettes de laine, tuque et mitaines. Parce que quand le soleil disparaît sous la ligne d’horizon, y fait frette! Heureusement, la programmation d’hier soir était ardente, et les artistes ont mis le feu aux planches, ce qui m’a fait (un peu) oublier mes doigts gelés. Sur la Grande scène, Pierre Demers, homme de lettres, cinéaste et collaborateur à Mauvaise Herbe, nous a offert more »

Lire la suite

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

Jour 2 – Samedi 8 août La Belle-Rose-du-Nord est toujours aussi magnifique en ce deuxième jour de festival. Le soleil réchauffe la peau et les cœurs de ceux qui sont présents, ceux qui ont envie de changement. Car c’est ce qui nous unit ici à VIRAGE : un profond désir de changer le monde. Le programme est chargé et s’annonce captivant. Conférences et ateliers se succèdent. On parle de patrimoine, d’engagement, d’action citoyenne, de démocratie, d’industrie pétrolière, d’environnement… Des thèmes qui portent à réfléchir, à se réunir, à agir. Parmi les more »

Lire la suite

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

Jour 1 – Vendredi 7 août On ne l’appelle pas la « Perle du Fjord » pour rien. Parce qu’elle est belle, la Sainte-Rose-du-Nord. Et sous ce soleil radieux, elle brille comme un diamant. Quel écrin magnifique pour accueillir la toute première édition du festival VIRAGE! Le site est niché entre parois rocheuses et champs aux herbes folles. Tout autour, les montagnes. Plus bas, le Fjord, grandiose. J’ai vu des vaches, des cochons, des poules. J’ai caressé des chiens et des chatons de ferme. C’est la campagne ici, l’air est sain et more »

Lire la suite

La faute à Galarneau

La faute à Galarneau

Oooh Soleil! Comme elle est divine, la caresse de tes faisceaux gorgés d’ultraviolets et de vitamines! Comme elle est jolie, ma peau de porcelaine qui se teinte de beige au gré de tes jours radieux! Comme elles sont joyeuses, mes méninges, de naturellement baisser le tempo sous l’effet de ta moiteur! Tu es bon, tu es beau, Galarneau. On t’a attendu, espéré. Tous ces longs mois polaires à se les geler, à fracasser des records de consommation d’hydroélectricité. À rêver de toi, de l’été, cette saison où tu domines, éclipsant more »

Lire la suite

À poil, toutes!

À poil, toutes!

Il y a quelques mois, le poil a fait l’objet de plusieurs discussions sur les forums et les réseaux sociaux. On y faisait état des dangers potentiels liés à l’épilation intégrale, notamment la prolifération de bactéries pathogènes ainsi que les risques d’infections et de maladies transmissibles. On se questionnait sur son utilité, tout en encourageant le « retour au naturel », autant chez l’homme que chez la femme. Car si l’être humain en est pourvu, ceux-ci doivent bien servir à quelque chose, non? Début avril, ma collègue Marielle Couture déposait sur Facebook more »

Lire la suite