Pour saluer les ex employé-e-s de Walmart

Pour saluer les ex employé-e-s de Walmart

Un capitaliste d’ailleurs ou d’ici ne connaît qu’une vérité : le profit. Le bien être de ses compatriotes passe après. Michel Chartrand   J’ai pensé rendre hommage et saluer bien bas les ex employé-e-s de Walmart à Jonquière qui viennent de remporter une victoire historique devant la Cour Suprême en leur offrant ce poème écrit en 2006 lors d’une soirée de poésie des Poèmes Animés. Il a été publié par la suite dans le recueil Tranchées aux Éditions Trois-Pistoles en 2007. Par la même occasion, je voudrais faire écho à la more »

Lire la suite

L’égalité des chances

L’égalité des chances

Tu t’es levé ce matin Ta mère était encore au lit Clouée par un mal de vivre atroce Que tu t’efforces jour après jour De ne jamais attraper Tu t’es servi à déjeuner, tu t’es lavé et t’es parti Sans dire bonjour De toutes façons Y’avait personne pour t’écouter   À l’école, on t’a grondé « Ta feuille n’est pas signée » « T’as pas fait la bonne dictée » Mais tu n’as pas bronché et t’as rien dit Quand la cloche a annoncé l’heure du midi Le ventre vide, tu t’es dirigé vers more »

Lire la suite

Trois contes de Noël

Trois contes de Noël

1 Mère-Noël revendique   C’était le matin du 25 décembre.  Comme d’habitude, la nuit avait été longue.  Père-Noël avait tenté de dormir un peu, en vain comme chaque année après sa grande, grande, grande tournée, puis il avait renoncé et s’était levé en grognant pour se diriger vers les toilettes afin de répondre à l’appel de la nature.  Les 25 décembre se confondaient depuis longtemps dans la tête du vieux bonhomme, amalgamés en un seul, uniforme et interminable Noël.  Bah, ce n’était pas qu’il n’aimait pas faire plaisir aux enfants : more »

Lire la suite

La petite boutique des aurores

La petite boutique des aurores

« Je ne suis pas bon Dans le service après-vente   De toute façon Dans mon commerce Ça n’a aucune importance   Je tiens un comptoir D’articles nostalgiques Qui ne se réparent pas »   -Pierre Lavallée, dans « À vendre »   Je l’ai aperçu d’abord assez distraitement, entre les articles de fumeur et le sucre d’orge, au dépanneur près du terminus. J’allais acheter des cigarettes avant d’entreprendre un autre six heures dans la cuisine d’un restaurant où je perfectionnais le don de lire mon avenir dans l’eau de vaisselle. Il était là debout, more »

Lire la suite

Du bruit dans Landerneau, P.Q.

Du bruit dans Landerneau, P.Q.

« Les voisins en cette nuit d’automne se foutent pas mal des feuilles mortes, qu’elles soient de leur jardin ou de Jacques Prévert. » -André Loiselet dans « Jazz ».   Une lointaine époque, pas bénie mais baptisée en masse. Celle où je lavais au matin les planchers d’un bar de ma ville natale. J’y remplissais aussi les frigidaires en portant une attention scrupuleuse à ma rangée de la veille. Après un bon allongé, on ne m’en passait pas une sur l’inventaire. J’avais alors souvent pour compagnon de changement d’huile un ami oeuvrant pour more »

Lire la suite