« De père en pute de fille. » (Partie 3 – FIN )

« De père en pute de fille. » (Partie 3 – FIN )

  Pour lire la première partie, cliquez ici : première partie de l’article « De père en pute de fille. » Pour lire la deuxième partie, cliquez ici : deuxième partie de l’article « De père en pute de fille. »     Et moi qui parle… et prône de parler, de dire, de se lever… Comment puis-je être certaine de ce que je dis? Vraiment… je n’en sais rien. Le fait de parler… peut-il vraiment changer les choses? Le fait de parler peut-il vraiment sauver l’autre de lui-même? Le fait de parler peut-il more »

Lire la suite

« De père en pute de fille. » (Partie 2)

« De père en pute de fille. » (Partie 2)

Pour lire la première partie, cliquez ici : première partie de l’article « De père en pute de fille. »   Contrairement à la croyance populaire qui inculque de cacher ses jupons et tares à tous, afin de bien paraître… -le fameux : »Qu’en pensera le voisin!?!- … ce n’est pas faire du mal que de parler. De décrier dis-je!   Taire ce que l’on sait d’une violence selon mon expérience et mon vécu est aussi violent que l’acte de la violence elle-même. Ne pas prendre position, nous implique en tant que complice. more »

Lire la suite

« De père en pute de fille. » (partie 1)

« De père en pute de fille. » (partie 1)

Mon père est un salop. Il aura passé la majeure partie de sa vie à abuser d’un grand nombre de personnes (sexuellement et psychologiquement*) . Moi, sa fille, aurait voulu qu’il soit un père, un ange. J’ai ressenti derrière ses coups, sa douleur. Lorsqu’il me frappait par ses mots, j’entendais son mal, ses pleurs. Je n’ai jamais compris pour autant son choix d’user du langage de la sorte. Il y a tant de façon de s’exprimer, pourquoi vouloir blesser? On exigeait de moi que je sois une bonne fille. De tout mon more »

Lire la suite

Naître ou ne pas naître : quand les gars se font tasser

Naître ou ne pas naître : quand les gars se font tasser

Chronique 1 de 2 sur la maternité   Aaah les gars. Si vous saviez. Vous pouvez même pas imaginer. Nos rêves de petites filles tricotés à même une blondasse aux seins plantureux usinée en série chez Mattel. Son mâle au sourire plastique qui la sortait de sa maison tout confort pour se pavaner au resto le samedi soir, la couvrant de fleurs et de bijoux de pacotille. « Je t’emmènerais en voyage / Voir les plus beaux pays du monde / Te ferais l’amour sur la plage / En savourant chaque more »

Lire la suite