Le droit à l’éducation pour tous?

Le droit à l’éducation pour tous?

À monsieur Martin Coiteux, Président du Conseil du Trésor Le 10 décembre, c’était la journée mondiale des droits de l’homme. L’un des droits fondamentaux reconnus par tous les pays qui adhèrent à la déclaration de l’ONU est le droit à l’éducation. Ce jour-là, la courageuse jeune Malala recevait le prix Nobel de la Paix parce qu’elle défend, envers et contre tout, le droit à l’éducation pour tous. Chez nous, la question ne se pose pas, n’est-ce pas? Tout le monde a droit à l’éducation. Tout le monde est même OBLIGÉ more »

Lire la suite

Les cris et le silence

Les cris et le silence

    Il y a ces mains qui frappent … et celles qui ne touchent pas. Il y a ces mots qui blessent … et ceux qui n’existent pas. Il y a ces sexes qui nous perforent … et ceux qui nous ignorent. Il y a ces cris, ces hurlement … et ces silences. Les uns et les autres blessent, tuent à petit feu par leur existence en un instant crucial. Par la ruine qu’il font de ce moment… Un moment qui parfois perdure et envenime toute une existence… Une more »

Lire la suite

Cartes postales de l’envers

Cartes postales de l’envers

Entre la mer et la toundra, nous avons trouvé du thé du Labrador. Le brûleur de camping et la petite cafetière ont pris du service. Nous l’avons bu à petites gorgées en nous lisant des poèmes de Joséphine Bacon tandis que nos cheveux dansaient, libres, avec le vent.

Lire la suite

Pour Angela, qui va à l’université

Pour Angela, qui va à l’université

Il y a quelques années déjà, j’ai publié un roman jeunesse intitulé: « La Confiture de rêves ». Ceux qui l’ont ouvert, depuis, ont peut-être vu cette décicace: « Pour Angela, qui va à l’université ». Il y a une histoire derrière cette dédicace, une histoire qui a trouvé sa conclusion cette semaine. Une conclusion en tout cas. Une belle. C’est l’histoire d’une jeune femme originaire de la communauté Crie d’Oujé-Bougoumou (près de Chibougamau) qui est venue faire un d.e.c. en soins infirmiers au Collège d’Alma. Elle devait donc poursuivre le programme le plus more »

Lire la suite

Naufragés de l’aube

Naufragés de l’aube

Scène 1   Extérieur, jour. Lumière intense d’une journée ensoleillée de début d’été. On voit des akènes de pissenlit qui volètent dans l’air. Décor : une petite ville de bungalows relativement récents, tous plus ou moins en état : des graffitis, des fenêtres borgnes, des portes placardées témoignent d’un climat social incertain. La rue asphaltée est déserte, mises à part quelques silhouettes, apparemment plutôt jeunes, qui se déplacent à contrejour. Près de ce qui semble être un magasin dont la porte est fortement grillagée, un petit attroupement. Plusieurs personnes présentent des signes more »

Lire la suite

90 heures de résistance (fin)

90 heures de résistance (fin)

Un voyage au cœur d’une résistance qui se tricote à travers les comptines des mères, les histoires des pères et les jeux des enfants. Un voyage au cœur d’une mémoire qui cherche ses traces à travers celles des orignaux égarés dans les coupes à blanc. Jour 4 Autrefois, les Atikamekw faisaient commerce avec les Pekuakamilnuatsh (ceux qu’on nomme les Montagnais de Pointe-Bleue) à l’est, les Anishnabekw (ceux qu’on nomme les Algonquins) à l’ouest, les Wabanakis (ceux qu’on nomme Abénakis) au sud. Et, au nord, ils frayaient avec les Eeyou Istshee, more »

Lire la suite

90 heures de résistance (3)

90 heures de résistance (3)

Voyage au cœur d’une résistance qui se tricote à travers les comptines des mères, les histoires des pères et les jeux des enfants. Voyage au cœur d’une mémoire qui cherche ses traces à travers celles des orignaux égarés dans les coupes à blanc.  Jour 3  Au réveil, la neige. Il y aura des traces, nous pourrons plus facilement trouver où mettre les collets. Le matin toute l’histoire de la nuit est écrite dans la neige. Nous n’irons pas chasser la perdrix cependant, les  hommes sont partis avec tous les fusils… more »

Lire la suite