Pour désintoxiquer le débat : déconsensualisons-le.

Pour désintoxiquer le débat : déconsensualisons-le.

C’est un privilège de pouvoir vivre le débat sans violence, dans le plaisir même de parler pour parler. Il faut prendre compte de ce privilège pour que, lors d’un débat public, si une personne nous applique une étiquette — peut-être même une étiquette infamante —, nous puissions reconnaître la violence de notre propos. Je suis blanche, je ne vis pas le racisme, si une personne racisée me dit que mes propos sont racistes, il faut que je sois capable de le reconnaître pour que le débat se poursuive. Trop souvent je vois des personnes blanches refuser d’admettre que leurs propos sont racistes, ça obstrue la conversation publique, ça violente des prises de parole.

Lire la suite

Dix rêves du temps des Fêtes

Dix rêves du temps des Fêtes

Au moins on aura fait l’effort pour que les assis et les contents de leur sort et du sort collectif attrapent le goût de rêver eux aussi. De rêver autre chose que d’acheter n’importe quoi pour se donner l’illusion de participer à quelque chose. De rêver à autre chose que la même chose que leur voisin. De trouver le temps nécessaire pour dormir un peu, fermer la télé qui leur vide le cerveau tout en le remplissant avec de la pub de chars et des comiques d’ici qui règlent leur consommation entre deux rires nerveux. De se parler entre eux et aux autres avec plus de 140 caractères et de cesser de modifier leur profil Facebook comme si la planète s’en préoccupait. Voici mes dix rêves du temps des Fêtes.

Lire la suite

Élitisme, mesure, cadre

Élitisme, mesure, cadre

Mais toute éducation doit sortir chacun de soi-même et de son milieu, ce qui ne veut certes pas dire renier son origine familiale et sociale. Il ne s’agit pas d’oubli en forme de trahison, il s’agit de fidélité au projet qu’est l’être humain. C’est une exigence et d’abord vis-à-vis de soi-même. C’est un travail, pas un loisir; un activisme, pas une sieste. C’est surtout le prix de l’avenir, ce qui nous sort de la répétition du même, ce même à partir duquel l’impuissant, l’inculte, celui qui « ne veut rien savoir » de rien sauf son petit confort, engendre son même. L’élitisme, c’est ça, l’appel impérieux à aller voir ailleurs, et non un snobisme de riche, de puissant ou d’instruit.

Lire la suite

Saguenay dans l’ère post-factuelle?

Saguenay dans l’ère post-factuelle?

Nos démocraties sont-elles dans un état si lamentable que les élus ne se soucient plus de justifier leurs déclarations et décisions sur la base de faits? Sont-elles rendues au point où une majorité de citoyens endossent cette façon de faire? C’est la question que soulève le texte d’Antoine Robitaille publié dans le journal Le Devoir le 18 juillet dernier.[i] L’ère post-factuelle serait une tendance où le consensus sur les faits ne serait plus si important pour les acteurs politiques et les électeurs.

Lire la suite

De village en VIRAGE

De village en VIRAGE

Je n’ai pas la prétention de dire que mes actions auront un impact réel sur la survie des espèces ou qu’elles sauveront l’humanité. Mais je préfère croire que chaque geste compte plutôt que de me mettre des œillères et m’enliser dans le confort de l’indifférence.

Voilà pourquoi le festival VIRAGE m’allume.

Lire la suite

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

Jour 3 – Dimanche 9 août Règle numéro 1 à respecter en plein air et lors d’événements extérieurs au Québec : même en été, il faut se « grayer » de chaussettes de laine, tuque et mitaines. Parce que quand le soleil disparaît sous la ligne d’horizon, y fait frette! Heureusement, la programmation d’hier soir était ardente, et les artistes ont mis le feu aux planches, ce qui m’a fait (un peu) oublier mes doigts gelés. Sur la Grande scène, Pierre Demers, homme de lettres, cinéaste et collaborateur à Mauvaise Herbe, nous a offert more »

Lire la suite

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

Jour 2 – Samedi 8 août La Belle-Rose-du-Nord est toujours aussi magnifique en ce deuxième jour de festival. Le soleil réchauffe la peau et les cœurs de ceux qui sont présents, ceux qui ont envie de changement. Car c’est ce qui nous unit ici à VIRAGE : un profond désir de changer le monde. Le programme est chargé et s’annonce captivant. Conférences et ateliers se succèdent. On parle de patrimoine, d’engagement, d’action citoyenne, de démocratie, d’industrie pétrolière, d’environnement… Des thèmes qui portent à réfléchir, à se réunir, à agir. Parmi les more »

Lire la suite

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

VIRAGE : Fabrique d’idées pour survivre à 2015

Jour 1 – Vendredi 7 août On ne l’appelle pas la « Perle du Fjord » pour rien. Parce qu’elle est belle, la Sainte-Rose-du-Nord. Et sous ce soleil radieux, elle brille comme un diamant. Quel écrin magnifique pour accueillir la toute première édition du festival VIRAGE! Le site est niché entre parois rocheuses et champs aux herbes folles. Tout autour, les montagnes. Plus bas, le Fjord, grandiose. J’ai vu des vaches, des cochons, des poules. J’ai caressé des chiens et des chatons de ferme. C’est la campagne ici, l’air est sain et more »

Lire la suite

Démocratie dites-vous ?

Démocratie dites-vous ?

Nos aspirations à une démocratie qui soit réellement démocratique ne demeurent-elles pas utopiques ? À partir du moment où les prétendants à la députation adhèrent à un parti, ils ne sont plus la voix du peuple, mais bien les défenseurs des idées partisanes. Une fois élu, un député n’est plus le représentant des gens de son comté, mais le porte-voix d’une ligne de pensée unique. La dissidence sans permission préalable entraîne l’exclusion. Fatima Houda-Pépin en est un exemple marquant. Dans ce propos, peu importe le sujet de la divergence de la more »

Lire la suite

Les États-Unis et la démocratie

Les États-Unis et la démocratie

Aux dernières nouvelles, celui qui est devenu le pire ennemi des États-Unis en quelques jours, Dzhokhar Tsarnaev, répondrait à des questions par écrit. Quand il reprendra complètement connaissance, il pourrait être surpris. On entend de plus en plus souvent que le suspect derrière les attentats de Boston pourrait perdre l’ensemble de ses droits de citoyen étatsunien le temps de quelques interrogatoires du FBI. La loi martiale pour un seul homme alors. Les enquêteurs ont évoqué « l’exception de sécurité publique » pour justifier ce choix. Il n’aurait pas droit au silence ni more »

Lire la suite