Qui veut des asperges? [8]

Qui veut des asperges? [8]

« J’ai toujours ressenti une détresse avec les autres ou en pensant à eux. »; « J’aime pas aller à l’école, mais j’ai compris qu’il vaut mieux faire semblant. »; « Les femmes refoulent, les femmes Asperger le font encore mieux. Elles arrivent à tout refouler jusqu’à croire qu’elles doivent disparaître. »; « Ce sentiment autiste du vide à côté des autres, ou de trop plein, m’aurait tué. »; « Les autres me saoulent de moi mais j’ai toujours soif d’être là. »; « Être avec les autres, c’est jongler avec trop de balles et je suis si maladroit! »; « Ne pas attendre qu’on nous éjecte et se retirer soi-même est souvent la seule solution. »; « Je ne peux plus jamais me sentir hors du monde autant qu’avant mon diagnostic et en survivre. » Comme tu le constates, le syndrome d’Asperger marque une fine, essentielle et presque concrète tâche: devoir constamment doser et protéger le vivant en soi.

Lire la suite

Qui veut des asperges? [5]

Qui veut des asperges? [5]

Te souviens-tu de Dustin Hoffman, dans Rain man, faisant la liste dans son carnet de notes des gestes agressifs de son frère contre lui? Cette scène du film caractérise de belle manière la façon de prendre conscience de la réalité des personnes autistes : quoi qu’elles aient réussi à apprendre des règles, consignes et diktats sociaux (le refus de la violence en faisant partie), ils ne reconnaissent qu’après les faits la présence des situations en face d’elles, et comprennent trop tard de quelle manière elles auraient dû se comporter.

Lire la suite