Ce monde que nous voulions différent

Ce monde que nous voulions différent

J’ai plus de questions que de réponses. À ma naissance, marraine fée, ou peut-être sorcière, a dû tatouer « Pourquoi ? » au fond de mes rétines. Impossible de voir la vie sans interroger le sens de tout ce que je vois et ne vois pas. J’ai dévoré des milliers de livres, questionné jusqu’à l’exaspération ceux qui me précédaient, franchi bien des interdits pouvant entraver ma quête de savoir, bravé les censeurs d’une pensée libre. J’ai trouvé des réponses et chacune d’elle engendrait un nouveau « Pourquoi ? » J’entends le bruit des bombes de nos more »

Lire la suite

Un côté sombre. Un côté lumineux.

Un côté sombre. Un côté lumineux.

Par quelles curieuses ramifications cérébrales suis-je en train de laisser mes doigts danser sur les lettres du clavier d’où jaillissent les mots qui vont suivre? Comment la somme de mes lectures de moult verbiages (?), pardon! opinions sur les femmes, les religions, les libertés et les violences accaparant l’espace médiatique de ce mois m’amènent à ne plus voir qu’un seul mot? Et que ce mot s’impose à mon esprit comme une urgence à dire? Et que ce dire se révèle plus viscéral que rationnel? Patience, je vais vous l’écrire ce more »

Lire la suite

L’égalité des chances

L’égalité des chances

Tu t’es levé ce matin Ta mère était encore au lit Clouée par un mal de vivre atroce Que tu t’efforces jour après jour De ne jamais attraper Tu t’es servi à déjeuner, tu t’es lavé et t’es parti Sans dire bonjour De toutes façons Y’avait personne pour t’écouter   À l’école, on t’a grondé « Ta feuille n’est pas signée » « T’as pas fait la bonne dictée » Mais tu n’as pas bronché et t’as rien dit Quand la cloche a annoncé l’heure du midi Le ventre vide, tu t’es dirigé vers more »

Lire la suite

Une lettre d’amour

Une lettre d’amour

Cher homme québécois, mon semblable, mon égal. Depuis quelque temps je réfléchis. J’essaie de voir exactement ce que je pense de toi, comment je te vois. Et je me rends compte que je n’aime pas ce que je pense de toi. Je me demande si ce ne sont pas, quelque part, les réseaux sociaux qui me farcissent la tête de pessimisme. Les journaux, la publicité. Pas la télé, je n’ai pas la télé. Mais bon, il m’arrive d’attraper une ou deux émissions au vol, dans une chambre d’hôtel ou chez more »

Lire la suite