Diogène l’ancien abandonne son tonneau!

Diogène l’ancien abandonne son tonneau!

Provisoirement du moins. Car le philosophe un peu clochard dont je me plais à être l’avatar dans ces pages sort parfois de sa coquille d’ermite pour faire paraître des œuvres de fiction sous le pseudonyme de Jean-Pierre Vidal. C’est au lancement d’une de ces publications que j’invite toute la communauté de Mauvaise herbe, le mercredi 17 avril, à la Marina de Chicoutimi à 17 h. Croyez-moi, cela vaut le déplacement : vous y verrez en effet non pas un, non pas deux, non pas trois, mais quatre, oui, quatre auteurs ! Et vous more »

Lire la suite

Livre de la mort

Livre de la mort

À partir du recueil de Jean-Pierre Vidal Petites morts et autres contrariétés, le Théâtre CRI a conçu une oeuvre éminemment théâtrale, sur laquelle plane néanmoins, agréable, un parfum d’encre et de papier. L’inventivité, le sens de l’expérience, auxquels nous a habitué la compagnie au fil de ses quinze années, permettent à l’équipe de création de se jouer habilement des contraintes de l’adaptation. De façon générale, le spectacle évite les lourdeurs qui guettent pareil exercice. Partout on assume la genèse littéraire de l’oeuvre; le titre des différentes nouvelles est affiché, démarquant more »

Lire la suite

Petites morts et autres contrariétés

Petites morts et autres contrariétés

  Je voudrais mourir par curiosité. George Sand Je vais, cette semaine, voir le spectacle Petites morts et autres contrariétés du Théâtre CRI. C’est la deuxième semaine de représentations qui commencent. Je suis fébrile. Très fébrile. J’ai tellement hâte. La proposition m’emballe énormément. Les cinq metteurs en scène, Éric Chalifour, Christian Ouellet, Dario Larouche, Émilie Gilbert-Gagnon et Guylaine Rivard, tous assistés par Andrée-Anne Giguère, nous «… ont concoctés de petits univers sur roulettes transposant des images puissantes, ludiques, réalistes et tantôt symboliques. Des petites morts qui illustrent les nombreuses déconfitures, les risibles more »

Lire la suite