Ma réponse à Lysiane Gagnon

Ma réponse à Lysiane Gagnon

Si l’on décortique vos propos, vous signifiez que les seules agressions condamnables sont celles qui impliquent une pénétration, de même que les attouchements et baisers non-désirés ne sont pas graves. La partie la plus violente de votre chronique est certainement la fin ; vous insinuez qu’une femme qui est touchée sans le désirer doit l’accepter, voire le banaliser, sans quoi, elle est folle. Suite à tout ce paragraphe que je considère violent, voire dangereux (on se le cachera pas, vous venez carrément de dire aux hommes que ce n’est pas grave, par exemple, de toucher les fesses d’une femme sans son consentement), il y a plusieurs questionnements qui me viennent à l’esprit. Qui êtes-vous pour juger les victimes au point de les traiter de folles ? Qui êtes-vous pour décider comment nous devons réagir face à une agression sexuelle ?

Lire la suite

Presse-toi à droite!

Presse-toi à droite!

Polémiquons. Lit-on La Presse parce qu’on est de droite ou est-on de droite parce qu’on lit La Presse? La question est subjective, voire tendancieuse, même si on reconnait intuitivement un fond de vérité à ce chiasme. Mine de rien, en posant cette question, j’ai procédé à une « restriction de champ», postulant implicitement que La Presse loge à droite du spectre politique et que ce parti pris influe sur sa couverture de l’actualité.  C’est une évidence pour peu qu’on l’ait lue, et malgré la présence de quelques voix dissidentes pour se more »

Lire la suite