Le vote et l’intégrité

Le vote et l’intégrité

Une chicane de famille inattendue s’est invitée aux élections. Le sujet du différend ne touche ni à la corruption, ni à l’augmentation des frais de scolarité, ni au Plan Nord.

Tout est une question de vote. Stratégique ou pas.

 

Le vote stratégique

Voter stratégique, ça veut dire voter CONTRE un parti. Par exemple, vous ne souhaitez pas que les libéraux soient élus. Dans votre comté, c’est le PQ qui vient en 2e, vous votez donc PQ, même si vous n’êtes pas souverainiste. Juste pour être sûr de mettre le candidat libéral dehors.

Alors que voter, ça peut aussi vouloir voter POUR un parti, des idées, une personne. Vous votez Québec Solidaire, même si vous habitez un comté où ils n’ont aucune chance. Ou vous votez Option nationale ou Parti Vert.

Bien sûr, tout n’est pas blanc ou noir. Il y aussi ceux qui voteront stratégiques pour un parti qu’ils auraient de toute façon appuyé. Ça s’appelle le meilleur des deux mondes.

Mais pour les autres, c’est un casse-tête. Et qu’on vote stratégique ou pas, il y aura des pour et des contre.

Québec solidaire a publié un vidéo très sympathique qui explique que voter pour eux n’est pas un vote pour le parti libéral. Sauf que cette explication ne vaut que dans les comtés où QS a des chances de l’emporter. Dès que vous vivez dans un comté où le résultat est serré, c’est autre chose.

 

Par exemple, vous habitez le comté de Taschereau, au centre-ville de Québec. Le seul comté péquiste de la capitale. D’habitude, vous votez PQ, mais là, Catherine Dorion vous a convaincu avec son vidéo hyper attachant. Vous votez donc ON. Votre coloc votera QS parce que Françoise David fut clairement la meilleure au débat des chefs.

Personne n’en a contre Agnès Maltais du PQ. En fait, on l’aime bien. Mais on veut voter pour d’autres partis, plus sympathiques, qui représentent à peu près les mêmes valeurs.

Je vais faire ma Nostradamette (c’est-à-dire une prédiction de pacotille) : le comté Taschereau passera aux mains des Libéraux le 4 septembre. Le PQ, QS et ON totaliseront plus de votes que M.Gignac, mais comme ils seront divisés entre trois partis, le candidat libéral passera.

 

La proportionnelle mixte

Je le sens, certains lecteurs ont le goût de m’étriper, en arguant qu’avec mon exemple de Nostradamette, j’encourage le vote stratégique. Mais si je veux prendre parti pour quelque chose, c’est pour un système où on arrêterait de se battre sur des questions pareilles.

Ça existe : ça s’appelle la proportionnelle mixte. C’est comme ça qu’on fonctionne dans plusieurs pays: en Scandinavie, en Belgique, en Suisse, en Italie, en Allemagne, en Corée du Sud, au Japon, en Tunisie, au Guatemala et d’autres.

Je vais essayer d’expliquer de façon simple. Vous avez à élire un député dans votre comté. Le jour du vote, vous devez voter pour votre préféré, mais vous aurez aussi une deuxième case à cocher : celle du parti de votre choix. Donc, dans Taschereau, vous pouvez dire que vous votez pour Catherine Dorion (ON), mais le PQ comme parti. Les électeurs de Brome-Missisquoi qui adorent Pierre Paradis (Libéral) pourraient l’élire comme député, mais choisir la CAQ comme parti (voir la finale de la chronique de Pierre Foglia).

Conséquence? Les votes des partis sont comptabilisés et un nombre de députés « flottants » (non attachés à un comté) entrent à l’Assemblée nationale. Disons qu’il y a 50 députés flottants et qu’Option nationale ramasse 2% des voix. Dans le système actuel, à moins que tous les votes soient dans le même comté, ça ne donne rien : aucun député ne sera élu. Mais dans un système mixte, 2% de 50 députés ça veut dire 1 personne. Et si QS ramasse 10%, ça veut dire 5 députés.

Non seulement, ça existe et ça fonctionne bien ailleurs, mais le gouvernement a même monté une superbe page où on explique les vertus d’un tel système.

 

Les politiciens bébés-la-la

Mais quand on est au pouvoir, qu’on est majoritaire, on est bien content d’y être et de « régner » seul, avec son équipe, donc avec des gens qu’on a choisis et qui ont les mêmes valeurs que nous. Et on se dit qu’avec un système mixte, on serait obligé de se parler et de s’entendre avec les gens d’autres partis. Ce qui est très plate parce qu’on ne pourra pas faire TOUT ce qu’on avait envie de faire avec le POUVOIR…

Quand je lis une déclaration aussi stupide que celle de François Legault, qui dit fièrement qu’il refuserait de collaborer s’il était à la tête d’un gouvernement minoritaire, ça me fait friser le toupet. Quand je vois que le nouveau projet de loi sur les mines n’a pas été adopté avant les élections, même si on avait un gouvernement majoritaire, tout cela parce que les autres partis jugeaient que ce n’était pas assez, j’ai envie de soupirer fort fort fort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maudites attitudes de bébé-la-la. On envoie nos enfants à la garderie, puis à l’école, et on essaie de leur apprendre à s’entendre avec le groupe, même si Alex est tannant, même si Claude « il est pas gentil ». On apprend à dire « pardon » et à piler sur son orgueil… Mais rendu à l’âge adulte, avec le statut de politicien, lâchez-vous lousse et adoptez sans crainte une attitude sans compromis!

Pour moi, réformer notre système pour qu’il représente mieux la société québécoise et les votes de tout le monde, c’est une priorité. Mieux encore, ça me semble une vraie question d’intégrité. Un gouvernement qui instaurerait un tel système irait au-delà de la partisannerie de son parti et il serait juste avec tout le monde.

Je trouve aberrant que ce débat existe encore. Qu’on ait une démocratie aussi imparfaite. Et on s’étonne encore que les gens soient devenus tellement cyniques face au vote?

Alors que faire dans ce système imparfait? Il en revient à chacun de décider. Mais je reste convaincue que décider librement de son vote est le plus important. Qu’on vote stratégique ou pas.

Le 4 septembre, j’ai bien hâte de voir ce que donnera notre assemblage de choix.

En attendant d’avoir un système où j’aurai deux cases à cocher, j’en ai au moins une.

 

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

14 thoughts on “Le vote et l’intégrité

  1. Je suis d’accord avec toi, qu’un système à vote proportionnel mixte serait meilleur que le système actuel. C’est aussi la position que défend QS. Cependant, le vidéo que tu critiques a été mis en ligne justement parce qu’on doit se débrouiller avec le système qu’on a actuellement. Ton exemple de Taschereau est plausible, mais elle n’assure pas pour autant que le parti libéral va gagner les élections. Tout ce que ça peut donner c’est la défaite de Agnès Maltais et elle l’aurait bien méritée, compte tenu de son appui à la loi sur le projet Labeaume sur le nouveau stade de Hockey à Québec, qui venait brimer toute contestation du projet.

    Personnellement, je préfère voter pour celui que je crois être le meilleur parti, en mon âme et conscience.

    1. Là-dessus, je suis vraiment heureuse que QS le suggère dans sa plateforme. Mais je suis terriblement déçue que le PQ l’ait retiré. C’est de la mauvaise foi pure et simple.

      Quant à savoir si Agnès Maltais mérite de gagner ses élections ou pas, rien de plus subjectif que cela! Je n’habite pas Taschereau et je connais peu son travail. Mais pour le nouveau stade, il me semble qu’elle a tenté une adaptation à son comté, puisqu’il y a pas mal de monde de Québec qui appuie l’idée de l’amphithéâtre.

      Mon exemple présentait une personne qui n’est pas vraiment contre Agnès Maltais. Qui se situe donc entre ce qu’il croit être le meilleur parti ou le parti qu’il ne souhaite absolument pas.

      Si les Libéraux n’entrent pas, ce sera peut-être la CAQ? Pour qqn qui vote QS ou ON, je ne crois pas que ce soit leur premier choix…

      Mais je crois que le droit le plus absolu est justement d’avoir la liberté de voter pour qui l’on veut, alors je suis entièrement d’accord avec votre dernière phrase.

      Et, paradoxalement, je pense aussi que pour certains, voter stratégique, c’est aussi voter en son âme et conscience. 🙂

  2. Jean-Serge Baribeau

    Cela fait un fragment d’éternité que je désire, souhaite et réclame un système électoral dans lequel chaque vote «compterait» (autant que faire se peut).

    « Ils » ont tous promis un tel système. Mais nous avons tous remarqué le manque de courage de beaucoup de politiciens, leur peur
    de perdre les élection et le mépris des ces «grands» vis-à-vis des petits partis qui tentent de se tailler un place. Ils préfèrent le bipartisme et l’alternance même si maintenant on a le tripartisme, voire le «polypartisme».

    Leur démocratie québécoise (et canadienne) est de plus en plus grabataire.

    JSB

  3. Benoit

    Excellent billet! Non seulement est-il amplement temps que l’on adopte la proportionnelle mixte, mais aussi des élections à date fixe. Ras-le-bol des campagnes électorales lancées en fonction des sondages du jour et des dates de reprises de commissions d’enquête!

    1. Oh que oui pour une date fixe, s.v.p.! Mais j’ai l’impression que ça s’en vient pour ça, alors je garde espoir pour la proportionnelle.

  4. EH BIEN!
    Le même jour où je publie cette chronique, un chercheur de l’Université Laval démarre une enquête sur le sujet!
    Je vous invite donc à y participer:

    http://www.voteauplurielquebec.org/fr_ca/

  5. La solution est simple…Il faut voter pour ON ou QS qui sont les deux seul partis qui offrent de changer le mode de scrutin dans leur plate forme dès leur premier mandat. Pour le PQ, PLQ et la CAQ il en est pas question, donc ont sera pris éternellement avec les deux mêmes partis en alternance, ce qui favorise la corruption…c’est ça que vous voulez?

    Excellent texte que je me suis empressé de partager.

    1. Nomadesse

      Merci!

      Reste à savoir si un parti qui a cela dans ses promesses le réalisera. Jusqu’au début de l’année, c’était aussi dans le programme du PQ. Mais on dirait que réussir à arriver en haut fait perdre la mémoire…

  6. […] vote et l’intégrité / Valérie Harvey http://www.gg.gg/hia Seul ON et QS offrent de changer le mode de scrutin pour nous éviter le vote stratégique. Si on […]

  7. camille rondeau

    Je crois que votre exemple sur la proportionnelle mixte n’est pas tout à fait exact. Vous dites:
    «Donc, dans Taschereau, vous pouvez dire que vous votez pour Catherine Dorion (ON), mais le PQ comme parti.»
    En fait, la façon de fonctionner la plus logique avec ce système est de voter pour le candidat de votre comté qui a le plus de chances de rentrer (dans ce cas-ci, Agnès Maltais, donc), puis de voter pour le parti que vous préférez vraiment, sachant que tous les votes pour les petits partis seront comptabilisés à la grandeur du Québec, et que le nombre de députés sera ajusté en fonction pour représenter une *proportion* correspondant au nombre de votes reçus.
    Mais là, vous êtes bien déçus pour Catherine Dorion que vous aimez beaucoup, et moi de même! Sauf que les candidats ajoutés proportionnellement ne le sont pas au hasard, mais bien d’après une liste établie par le parti. Il y a fort à parier qu’une candidate brillante comme Mme Dorion se retrouverait parmi les premiers de cette liste, et aurait toutes les chances de passer advenant un bon pourcentage pour ON.
    Ouff, compliqué, tout ça? Jetez un œil à ce petit vidéo génial où le tout est expliqué très clairement, avec l’aide des animaux de la jungle. On m’a dit que la traduction française serait disponible sous peu… http://www.youtube.com/watch?v=QT0I-sdoSXU

    1. Quel ajout pertinent! Un grand merci Camille!

  8. StephCar

    Coup de Nostradamette :

    Si on ne vote pas DÈS MAINTENANT pour défaire l’alternance, si le PQ est élu cette fois-ci et fait des insatisfaits, c’est la CAQ ou le PLQ qui va rentrer aux prochaines élections parce que la mauvaise performance du PQ va mal refléter sur les autre partis indépendantistes et/ou de gauche, parce que les gens sont cons comme ça. 8 ans supplémentaires de merde. Aux élections d’après, c’est soit la CAQ, le PLQ, ou le PQ qui va rentrer. Bref, on va devoir attendre DOUZE ans avant d’espérer voir de réels changements.

    LÀ on va vraiment être dans marde. Donc votez pour ON/QS/PV si c’est là que votre coeur se trouve. Parce qu’y se trouve que c’est là que la tête devrait se trouver aussi si vraiment, on pense stratégique à long terme.

    1. StephCar

      On pourra toujours aller manifester pour demander la proportionnelle. Ça, ça va peut-être marcher!

    2. Là Stephcar, vous me surpassez! Je n’appelle pas ça de la Nostrademette, mais de la super-nostradamette! Pour voir aussi loin dans le temps, vous devez être une redoutable joueuse d’échecs!

Laisser un commentaire