Mort aux joggings

Mort aux joggings

Pour ceux qui sont inconnus avec le concept des amis secrets, c’est une idée qui souvent est amenée par cette personne dans notre cercle d’amis qui a préalablement été moniteur dans un camp de jour pour enfant. Le concept est simple : on pige une personne, et au cours d’une période donnée, nous devons rendre la vie de cette personne plus agréable en lui offrant de petites attentions sous le couvert de l’anonymat. On peut également lui donner un défi pour rendre la réception de ladite attention méritée. Il se trouve more »

Lire la suite

Nous sommes tous des Fabien Hovington, Ça va super bien…

Nous sommes tous des Fabien Hovington, Ça va super bien…

La société politique contemporaine : une machine à désespérer les hommes Albert Camus   Je prends des notes, j’observe, je me calme sans trop savoir comment j’arrive à le faire quand je regarde ce qui arrive autour de moi, autour de nous. Par exemple, à ce monsieur non élu de l’arrondissement de Shipshaw, ce monsieur Fabien Hovington, dans une autre vie vendeur de motoneiges et de pontons pour faire circuler les cyclistes d’une rive à l’autre de la rivière Saguenay. Ce monsieur donc, qui fraternisait aussi avec moult forestiers, bûcherons et more »

Lire la suite

Un côté sombre. Un côté lumineux.

Un côté sombre. Un côté lumineux.

Par quelles curieuses ramifications cérébrales suis-je en train de laisser mes doigts danser sur les lettres du clavier d’où jaillissent les mots qui vont suivre? Comment la somme de mes lectures de moult verbiages (?), pardon! opinions sur les femmes, les religions, les libertés et les violences accaparant l’espace médiatique de ce mois m’amènent à ne plus voir qu’un seul mot? Et que ce mot s’impose à mon esprit comme une urgence à dire? Et que ce dire se révèle plus viscéral que rationnel? Patience, je vais vous l’écrire ce more »

Lire la suite

Voies réservées : comment tuer la solution

Voies réservées : comment tuer la solution

Au député Caire et à ceux qui pensent comme lui, Je crois que vous êtes dans le champ. S’attaquer aux voies réservées aux autobus sur l’autoroute pour réduire la congestion, c’est viser la mauvaise cible. Vous attaquez en fait le seul moyen véritablement efficace de diminuer le trafic. Vous devriez les remercier, ces gens-là. Ceux qui font l’effort d’attendre l’autobus dans le frette, souvent en retard, et de se rester debout 30 minutes parce qu’il n’y avait plus de place assise. C’est grâce à eux s’il n’y a PAS PLUS more »

Lire la suite

L’égalité des chances

L’égalité des chances

Tu t’es levé ce matin Ta mère était encore au lit Clouée par un mal de vivre atroce Que tu t’efforces jour après jour De ne jamais attraper Tu t’es servi à déjeuner, tu t’es lavé et t’es parti Sans dire bonjour De toutes façons Y’avait personne pour t’écouter   À l’école, on t’a grondé « Ta feuille n’est pas signée » « T’as pas fait la bonne dictée » Mais tu n’as pas bronché et t’as rien dit Quand la cloche a annoncé l’heure du midi Le ventre vide, tu t’es dirigé vers more »

Lire la suite

Lettre à RTA: On fait quoi maintenant?

Lettre à RTA: On fait quoi maintenant?

Quand j’étais ti-cul, dans mon Isle-Maligne natal, plus du trois quarts des pères de famille travaillaient pour Alcan. Mon père ne faisait pas exception. Il y a travaillé 38 ans à titre d’électricien. Et un électricien, ça gagnait un peu plus que les « pot-man » et avait de meilleures conditions de travail, puisqu’il travaillait à la « shop électrique ». On recevait régulièrement à la maison le « Lingot », journal de l’usine et mon père le dévorait littéralement. Notre vie s’articulait autour d’Alcan et de la centrale Hydro-Électrique d’Isle-Maligne. Quand on avait besoin de more »

Lire la suite

Saguenay doit être une vraie ville

Saguenay doit être une vraie ville

Le mot Saguenay sur une falaise autour de La Baie des Ha! Ha!, « ça fait ville » disait Jean Tremblay. Mais, avant de « faire ville », il faudrait vouloir être une ville. Quand je dis ville, je pense à une vraie ville, pas à un amalgame de banlieues fusionnées. Une ville qui a une préoccupation pour la chose urbaine, une ville qui a une vision de son développement, une vision intelligente. Ce développement intelligent, ce n’est pas de faire de la zone entre l’autoroute 70 et le boulevard more »

Lire la suite

Pour un sommet sur le développement

Pour un sommet sur le développement

Les dernières élections ont maintenu au pouvoir le régime du maire Jean Tremblay, mais il est évident que le nombre important de candidats, les luttes relativement serrées dans plusieurs districts et les résultats globaux – dont l’élection de huit nouveaux élus – ont changé la configuration politique municipale à Saguenay. Avec trois nouveaux venus qui ont battu des conseillers sortant de charge, deux élues de l’ERD qui incarnent une opposition organisée et 42 pour cent de nouveaux conseillers, on peut donc parler d’un renouvellement significatif du conseil municipal de Saguenay. more »

Lire la suite

Quand l’amour fout le camp

Quand l’amour fout le camp

C’est dans l’air du temps. Même si le sujet semble élimé, usé : les relations amoureuses s’effritent au même rythme que la mode définit la tendance d’une saison. Autour de moi, très peu de gens survivent à la vie de couple. À l’achat d’une maison. À la venue d’un enfant. À la grisaille de novembre aussi qui parfois, tel un typhon, s’abat sur nos existences tellement confortables, laissant quelques cœurs en miettes au passage. Des êtres qui se retrouvent de nouveau seuls, aigris, désabusés, choqués de ne pas avoir pu, de more »

Lire la suite

Bureaucratie, quand tu nous tiens!

Bureaucratie, quand tu nous tiens!

Il y a quelques années, j’écrivais dans le journal étudiant de l’UQAC un article intitulé La dérive bureaucratique. Je comparais la bureaucratie, dans notre société, au Titanic, ce paquebot incomparable que l’on a jadis hissé au sommet de l’évolution technique et vis-à-vis duquel on a vite désenchanté. Apparemment indestructible, il reflétait la « grandeur de l’homme », jusqu’à ce que sa collision avec un iceberg – dont l’anonymat reflète ironiquement notre déni historique des forces naturelles – provoque sa fin… L’analogie du Titanic m’avait amené à interpréter l’iceberg comme une menace naturelle more »

Lire la suite