Voies réservées : comment tuer la solution

Au député Caire et à ceux qui pensent comme lui,

Je crois que vous êtes dans le champ. S’attaquer aux voies réservées aux autobus sur l’autoroute pour réduire la congestion, c’est viser la mauvaise cible. Vous attaquez en fait le seul moyen véritablement efficace de diminuer le trafic. Vous devriez les remercier, ces gens-là. Ceux qui font l’effort d’attendre l’autobus dans le frette, souvent en retard, et de se rester debout 30 minutes parce qu’il n’y avait plus de place assise. C’est grâce à eux s’il n’y a PAS PLUS de congestion.

Moi j’ai un char que j’utilise pour aller porter bébé à la garderie et voir ma famille dans Charlevoix. Mon mari se déplace en autobus pour se rendre au travail. Mais ce que vous proposez a une conséquence sur le trajet d’autobus : il s’allongera. Et j’avoue qu’une heure et quart, matin et soir, pour se rendre au travail, c’est déjà le maximum qu’on est prêts à faire.

Alors si on adhère à votre idée, moi j’utiliserai mon char pour aller travailler. Et on en achètera même un deuxième avec le prix de la passe STL-RTC. Et nous serons deux à s’ajouter à la file des voitures qui piétinent sur les autoroutes de votre belle ville. Au milieu des autres conducteurs et des autobus.

L’autobus n’est pas un transport comme un autre : c’est la solution pour que les autos puissent circuler. S’attaquer aux autobus et aux gens qui les utilisent, c’est étouffer la seule voie de sortie pour qu’un jour, ça roule mieux.

Les autobus ne sont pas en guerre contre les automobilistes. Bien au contraire, elles vous libèrent de toute une série de conducteurs qui ne viennent pas vous embarrasser.

 

Mais continuez : vous êtes bien partis pour attendre encore plus longtemps dans vos chars quand on utilisera tous le nôtre…

 

Valérie Harvey

Lévis

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi :

2 thoughts on “Voies réservées : comment tuer la solution

  1. infotrad

    Je crois qu’il est plutôt question de permettre aux voitures avec deux occupants ou plus d’emprunter la voie réservée et non pas d’éliminer les voies réservées.

  2. On a aussi parlé du covoiturage dans les voies réservées, ce qui est une demande légitime avec laquelle je suis d’accord (quoiqu’à voir l’utilisation que les gens en font sur le boulevard René-Lévesque, on peut en compter plusieurs qui ne comprennent pas que « plusieurs », ça veut dire 2 et plus). Mais mon article parle bien et bel d’une demande pour limiter les voies réservées à Québec parce qu’elles embarrassent.

Laisser un commentaire