Pour une conception pluraliste de la liberté d’expression

Pour une conception pluraliste de la liberté d’expression

Ce dont je veux surtout parler, c’est de la tension perturbante entre le contenu du texte et sa forme. En effet, Baillargeon met l’accent sur l’importance du débat et de la liberté d’expression au sein des universités. Or, il m’apparaît clair que des dispositifs comme les safe space sont pensés justement comme des moyens d’améliorer la liberté d’expression et la diversité des débats, en permettant l’émergence de discours plus marginaux ou, en tout cas, moins souvent mis de l’avant dans des espaces plus « traditionnels ». Pour avoir expérimenté des discussions « non-mixtes » entre femmes, je peux affirmer sans aucune réserve que, malgré ma méfiance initiale à l’égard de tels espaces, j’ai été surprise d’entendre des voix que je n’avais jamais entendues auparavant et de voir surgir de nouvelles problématiques, de nouvelles questions tout à fait pertinentes et fertiles. Bien sûr, ce n’est pas parce qu’il existe des safe space que toutes les discussions ont lieu dans ceux-ci; il s’agit d’un incubateur où des conditions différentes de celles qui prévalent en temps normal favorisent l’émergence de points de vue divergents.

Lire la suite

Gaétan Barrette ne s’excusera pas aux personnes épileptiques

Gaétan Barrette ne s’excusera pas aux personnes épileptiques

Je travaille dans un organisme communautaire régional du Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis 2001. Ma coordonnatrice, quant à elle, y travaille depuis plus de 20 ans. Cet organisme, c’est l’Association régionale pour les personnes épileptiques (Région 02), ou l’ARPE-02, pour faire plus court. Avec très peu de moyens financiers et une équipe de bénévoles réduite, mais très dévouée, nous poursuivons sans relâche la mission de l’ARPE-02 depuis 1980. Cette mission, c’est de venir en aide aux personnes épileptiques qui ont besoin d’écoute, de soutien, d’informations, de références, d’accompagnement. Nous n’oublions pas non plus more »

Lire la suite